Nous écoutions tres discretement la BBC …comme de nombreux français

Le BOA de  l Orne dirigé par un homme d exception Edouard Paysant (ref  mémoires d un sagien Roger cornevin-hayton et  reflexions  ) 



Nous écoutions tres discretement  la BBC …comme de nombreux français

Le 17 juin 1940, le général de Gaulle, alors sous-secrétaire d’Etat à la Défense nationale,

refuse cette défaite et fait le choix de continuer le combat depuis l’Angleterre d’où il adresse

un appel historique à ses compatriotes. Des Français mais également quelques étrangers,

formant des groupes disparates d’origines diverses,le rejoignent donnant ainsi naissance à la

France Libre, aux Français Libres et à la Résistance extérieure.

Pour nous c’est presque l’ébauche d’un acte de rebellion que l’écoute réguliére et clandestine de cette emission destinée aux nations opprimées .
Encore faut il être trés prudent ...,  bien fermer les deux portes et notre unique fenêtre, tendre avec précaution le rideau noir qui camoufle notre vitrine,dés la tombée de la nuit  et se concentrer pour percevoir une voix lointaine quelquefois inintelligible et nasillarde perturbée par les brouillages allemands
« Le poste de T.S.F. familial était lui toujours présent, là,  prés de la fenêtre, dressé sur un meuble en bois ciré, dans notre petite cuisine qui nous sert de salle à manger .La B.B.C.avec les quatre coups annonciateurs de « la symphonie de Beethoven « c’est presque notre raison de vivre . Chaque soir malgré le brouillage, alors que les aiguilles de notre « Pendastrava « style « Art Déco « fonctionnant avec des piéces de dix francs,  marquent 8 heures, nous écoutons religieusement en sourdine les emissions en essayant de trouver une signification aux messages mystérieux et codés diffusés par l’émetteur anglais . Messages à destination des « réseaux de l’ombre « sans aucun doute . !
Le general de gaulle accepta difficilement la participation des français  dans une organisation britannique et il créa a son tour le BCRA de la France libre( ref soe in France M Foot ))
Entre le BCRA de la France libre crée par le general de gaulle et la section F donc française du SOE la cooperation pour efficace qu elle fut devint inévitablement competitive, Des heurts fréquents et parfois rudes emailleront les échanges entre les deux partis
Les débuts du BCRA composé de français volontaires furent donc hésitants en raison de désaccords entre le gouvernement britannique et le général de gaulle

En complément ajoutons que les britanniques disposaient d une aviation apte à remplir les missions les plus diverses dans le cadre des parachutages Les anglais fournissaient naturellement au BCRA le matériel le transport et les services de réception des émissions clandestines en leur laissant toute liberté d action

Et nous arrivons à la simple conclusion …si on raisonne rapidement et simplement . Sans la BBC, pas de messages secrets definissant les lieux et dates de rendez vous nocturnes pour les parachutages …Sans la RAF . pas d avions pas de munitions…. pour la France resistante des villes des campagnes et des forêts donc une armée de resistants héroiques livrés à eux memes et sans moyens

Malgré l immense courage et l’esprit de sacrifice démontrés par la resistance ses moyens utilisés auraient donc été amoindris sinon très affaiblis
Ou inexistants en raison de l absence des britanniques

La voie des airs dominée par l aviation britannique opposée à la luftwaffe fut donc
l element vital et prépondérant qui permit a la Resistance française de rivaliser avec succés contre l ennemi occupant
Les chiffres et les faits sont là C’est grâce au SOE que parvinrent à destination des milliers de tonnes d’armes et d explosifs envoyés pour aider les réseaux et les comités de réception
Le probléme du SOE …le manque d avions Heureusement l’US Air force viendra
 à la rescousse plus tard dans le cadre des missions Harry
Notons pour le démontrer que Six Halifax du SOE furent abattus dans notre département ou
a proximité ...Sainte Gauburge Tinchebray Larré Aube Ecorcei Bernieres



Plusieurs parachutages Les nuits sagiennes
 
En me reférant aux archives departementales j ai compté 300 PARACHUTAGES ;;;;dans notre département par les avions du SOE
Halifax   lanceur de containers



l’ Orne constituait un département clé favorisé encore par la nature de ses paysages, petites plaines ou campagnes protégées, hauteurs boisées, entourées de haies vives et de vergers de pommiers, accessibles par des chemins creux couverts et secrets ( ref archives departementales)

Les bombardiers du SOE décollaient de Tempsford 2 heures de vol suffisaient pour atteindre notre departement

ci dessus Terrain balisé les feux au sol alignés selon  le code convenu





Temoignage d un pilote de Halifax bombardier du SOE

Le Halifax bombardier de la RAF basé à Tempsford aérodrome secret de la RAF spécialement transformé aménagé et chargé de ses containers emporte armes munitions medicaments destinés à la resistance locale
Un comité de réception courageux (citons les groupes Tessier,  Cercueil etc..°,)vigilant,  prêt à tout,  caché sous les ombrages nous attend, guettant désespérément notre arrivée quelles que soient l’heure de la nuit,  la température, le brouillard, la pluie,  la neige,  les rafales de vent et il nous faut absolument découvrir les feux dissimulés dans une nature surveillée par les patrouilles allemandes Tâche périlleuse entre toutes qu’il nous fallait assumer
Rappelons que le ciel de nuit est une occasion d’affronter pour les lourds bombardiers ….. les rapides chasseurs de la Luftwaffe
Cette bonne terre de France si attirante mais inhospitaliére il nous faut la survoler avec la plus grande prudence avec un équipage perpétuellement aux aguets scrutant du sabord ou de la tourelle arriére les profondeurs de la nuit
..equipage composé de dix hommes de nationalité souvent différente Britannique, Canadiens, australiens polonais néo zelandais etc..
« chaque sortie dure plus de sept heures, des heures d’un vol angoissant dans la solitude nocturne, passées a survoler la mer toujours hostile et la terre ennemie, à surveiller un vide que peut a tout moment trouer le chasseur de nuit assassin, a scruter un néant que perce le pinceau glaçé du projecteur doublé du mortel éclatement de la flak _ »

Les nouvelles…… nous les jeunes nous ignorons tout de la politique et de ses effets mais nous commençons à comprendre que des faits exceptionnels se déroulent au dessus de nos têtes la nuit dans nos campagnes et l ombre de nos forêts
 Il faut comprendre également que notre esprit était faussé par la propagande permanente diffusée sur les chaines de radio du gouvernement radio paris etc..

Extrait de mon journal

« Le poste de T.S.F. familial était lui toujours présent, là,  prés de la fenêtre, dressé sur un meuble en bois ciré, dans notre petite cuisine qui nous sert de salle à manger .La B.B.C.avec les quatre coups annonciateurs de « la symphonie de Beethoven « c’est presque notre raison de vivre . Chaque soir malgré le brouillage, alors que les aiguilles de notre « Pendastrava « style « Art Déco « fonctionnant avec des piéces de dix francs,  marquent 8 heures, nous écoutons religieusement en sourdine les emissions en essayant de trouver une signification aux messages mystérieux et codés diffusés par l’émetteur anglais . Messages à destination des « réseaux de l’ombre « sans aucun doute . !

Ma mere patriote convaincue en profitait pour acheminer les messages tapés à la mairie sur une machine à écrire rudimentaire, messages cachés dans le guidon de sa bicyclette à rétropédalage « L’hirondelle « venant tout droit des ateliers et manufactures de Saint Etienne . Le rétropédalage lui permettait t de monter les côtes sans faiblir et…. sans efforts ....enfin c’est ce qui était écrit sur la notice d’utilisation


Pour nous c’est presque l’ébauche d’un acte de rebellion que l’écoute réguliére et clandestine de cette emission destinée aux nations opprimées .Encore faut il être trés prudent ...,  bien fermer les deux portes et notre unique fenêtre, tendre avec précaution le rideau noir qui camoufle notre vitrine,  et se concentrer pour percevoir une voix lointaine quelquefois inintelligible et nasillarde perturbée par les brouillages allemands

 Un après midi un alsacien de la wehrmacht entrant doucement dans notre salle à manger est venu nous prévenir que l on percevait les sons propres à la BBC dans le salon ou les clients attendaient patiemment leur tour

Nous ne pouvons oublier les excellents commentaires de Maurice Schumann qui chaque jour par le canal de la BBC vantaient l unité d action de tous les alliés et on commençait à percevoir une lueur d espoir


. Ces voix d’outre manche nous faisait oublier les diatribes de propagande que nous assénait chaque soir Jean Hérold Paquis le chantre de radio Paris .

Mais on parlait déjà de nous enlever notre valeureux poste ....par ordre de la Kommandantur _ »

Par sa position stratégique à moins de 100 Kilometres des côtes de la Manche et quelques 250 kilométres des bases aériennes du sud de l Angleterre L Orne constituait un département de choix

Dés la fin de 1942 sous l impulsion de l organisation civile et militaire l ingenieur du génie rural Robert Aubin de Fontenay sur Orne des patriotes se mirent a l œuvre pour recenser des terrains favorables aux opérations aériennes Retenons le nom de Edouard Paysant homme de courage et d abnégation qui prit en mains les destinées du BOA departemental et qui étendra son influence sur les departements voisins et en particulier la Sarthe 
Apres la libération de notre ville je découvrais que Tempsford aerodrome secret situé au nord de Londres était le point de décollage de tous ces avions inconnus qui venaient parachuter le contenu de leurs soute dans notre campagne alentour Il fallait considerer qu’ une heure et demi à 2 heures de vol… temps suffisant à un bombardier Halifax pour effectuer le trajet ;;;;; de Tempsford au departement de l Orne… une courte distance mais semée d embûches
Je recueillais quelques témoignages
Réflexion d’un membre d’équipage … ( rencontré à Londres en 1948 et retraité de la RAF )et qui m adressa une correspondance réguliére durant quelques années

-« Notre base de Tempsford est située à 100 km au nord de Londres et de Cambridge Nous décollons de Temspford destination … la France .Nous passons à haute altitude au dessus de Londres perdu dans le brouillard
La destination est gardée secréte ;;;mais nous savons que c’est un petit coin de
Normandie
La joie d’apercevoir la ligne sombre qui annonce la côte française ( Honfleur ou Cabourg )est vite atténuée par l’illumination inamicale des projecteurs allemands et l’aboiement des canons de la flak dont les obus éclatent autour de nous .Nous volons feux éteints Nos repéres…les lumiéres des habitations,  les rivieres scintillantes sous les rayons de lune,  les ponts, les gares, les voies ferrées, les églises,  

Suite    Pour avoir longtemps volé dans l Aéronautique navale de jour et de nuit sur différents types d avions je considére que ces vols de nuit constituaient de veritables tours de force…Survoler une nature obscure ,surveillée ,ponctuée de mille piéges et découvrir sous le couvert des arbres un terrain balisé par des feux rudimentaires en volant au ras des cimes, feux éteints constituaient un énorme défi au danger 

Quel danger!les radar et la chasse de nuit allemande  ,la surveillance par les patrouilles allemandes  des campagnes et des villes aprés le couvre feu  , les vicissitudes du temps ...brouillard  ,pluies, orages , etc...

 Les différents crashes de Halifax dans notre département comme ailleurs le démontrent 
Rappelons le crash du Lancaster abattu à Larré le 16 juillet 1944 vers 23 heures 
(les feux au sol avaient été déplacés par les servants de la  batterie allemande et l avion fut abattu à basse altitude sans aucune possibilité de  réaction pour l éuipage)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

sees la place du Parquet

SEES année 40 ...OCCUPATION

FALLINGBOSTEL CAMP DE PRISONNIERS STALAG 11 B RETOUR A PUTANGES