PARACHUTAGE en ORNE ET SARTHE

Objet: PARACHUTAGE en ORNE ET SARTHE

Exécution des opérations aériennes.

Chaque mois , et en fonction de la saison, le BCRA communiquait aux réseaux d'opérations les dates et heures limites de celles-ci. Il advenait souvent que l'appareil soit en retard car, en 1943, tout au moins , un bombardier de la RAF larguait parfois sur deux ou trois terrains différents.
La plupart des appareils , volant isolément , franchissaient la côte française dans la région de Cabourg. Puis ils allaient faire le point sur la courbe nord de la Loire dans la région d'Orléans. Pour les atterrissages , le balisage indiquait la piste et la direction du vent. Une quatrième lampe torche servait à émettre, en morse, la lettre de reconnaissance du terrain. L'appareil , s'étant posé , faisait demi-tour en bout de piste et revenait à son point d'arrivée: nouveau demi-tour et l'avion se trouvait en position de décollage. Les passagers et les courriers peuvent alors être débarqués et embarqués.

Pour les parachutages, trois lampes torches suffisent à indiquer la direction du vent, l'axe de largage et la lettre de reconnaissance. On distinguait les terrains "Arma" pour les simples réceptions d'armes, des terrains 
"homo" pour les receptions de parachutistes et, souvent de fonds. Il importait que ces derniers terrains fussent dépourvus d'obstacles et surtout de lignes électriques. Les terrains étaient souvent brûlés parce qu'un container, tombé trop loin , n'avait pu être récupéré et avait été signalé à la mairie. Les Maires ayant reçu des autorités de Vichy l'ordre de signaler directement aux Allemands toute trace de parachutage.

En raison principalement du balisage, les terrains devaient être invisibles des environs. Ils étaient donc souvent entourés de bois ou juchés sur des plateaux.  

LUNE DE FEVRIER 1943 :
HESLOUP: Parachutage à proximité du bois d' Esloup d' un important agent de la France Libre  DUTHILLEUL, pseudo "Oscar". Il est accueilli par Marcel Mezen du réseau Minipule  par M Aubert des Eaux et Forêts et par M BADRE du secours national , tous d'Alençon. Il sera convoyé vers la gare par Jacques Aubert, chef de fabrication à la SILEC, lequel sera déporté et mourra dans les camps ( Témoignage  Abbé Jean Aubert, Alençon)

NUIT DU 21 MAI 1943:
GEMAGES, L'HERMITIERE: premier parachutage d'armes et de matériel sur le terrain de la Pierre Procureuse pour le réseau Satirist Physician
du réseau Buckmaster pour OCTAVE SIMON de la sarthe. Réception par Guy et Aymard à Courson , Marcel Plessis , Jean Reiss,
Marius Garnier , Arthur de Montalembert, Bernard Delavigne. Les armes et munitions inventoriés dans les taillis du second parc
Château de l' Hermitière (Mme de Courson , morte en déportation) seront prises en charge après les interventions de la police allemande par le réseau DUTHILLEUL, mission champignon de la Sarthe.

NUIT DU 10 AU 11 JUIN 1943:
MORTREE, Parachutage BOA comme le précédent qui échoua. 10 containers dont 4 destinés au matériel médical.( Chevreuil, chef de terrain Mouton et groupe du sanglier de Tanville s'occupent de la réception.

NUIT DU 21 AU 22 JUIN 1943.
MACE sur terrain ORAGE, réception de 5 containers et 2 paquets contenant 8 pneus d'automobiles. Opération BOA Capitaine Denormand.
VOYER, DARCHY, GROS et 7 hommes à la réception et à la protection, plus groupe Chevreuil.
NUIT DU 27 AU 28 JUIN 1943:
 Près ECHAUFOURG la haute Bouillée, terrain . Mme de la Jachère, atterrissage d'un Lysander. Opération non identifiée.

NUIT DU 21 AU 22 SEPTEMBRE 1943;
MORTREE, échec du parachutage BOA sur terre "lapin". Présents sur le terrain CLOUET DES PERRUCHES, BOA régional BRIGITTE FRIANG sa secrétaire ANDRE GROS alias Minet de l'AIGLE, ALBERT TERRIER d'Alençon alias Mr Jules Briand , dit "Petit Maurice" FFC. René Croisé alias Janvier , de Mortagne.
NUIT DU 31 DECEMBRE AU 1er  JANVIER. (ou du 30 au 31 décembre).
ASSE LE BOISNE (SARTHE) parachutage réussi sur terrain OURAGAN. Les équipes ornaises accueillent 3 agents BECHE, SEMOIR, CHANCE. 15 containers ,
6 paquets et 2 500 000 F pour Galilée ( Clouet des Perruches) et le DMR.
NUIT DU 2 AU 4 FEVRIER 1944:
TANVILLE; Parachutage sur terrain ECLAIR . Reçu 6 containers et 1 paquet. A la réception groupe du Sanglier de Tanville. Tessier père et ses 2 fils , Septier, Olivier, Leborgne.

NUIT DU 1er AU 2 MARS 1944.
LE MERLERAULT : Parachutage BOA sur terrain " Message " le chien  a son numéro".

NUIT DU 9 AU 10 AVRIL 1944.
ST LEONARD DES PARCS: Succés parachutage sur terrain Aurore. Deux agents reçus TRACTEUR et SARCLOIR. 15 containers et des paquets.

Au lendemain de l'élection présidentielle, la France commémorait le 72 ème anniversaire de la fin de la deuxième guerre mondiale. C'est à 10h30 que le cortège, portes drapeaux en tête , se dirigea devant le monument aux morts , en présence des élus, anciens combattants, corps de la gendarmerie et pompiers. Dans son allocution, Yves Manas, président de l'amicale des anciens combattants de Soual-Lescout rendit un vibrant hommage à ceux qui ont résisté à tavers de nombreux maquis, à ceux qui ont dit non à l'occupation , non au nazisme , non à la collaboration . Il fit lecture de témoignages de ceux qui ont vécu cette époque.»La France est grande quand elle est unie, la France est belle quand elle est le pays de la liberté, la France est belle quand elle est fraternelle». Avant de lire le message du secrétaire d'état aux anciens combattants, Jean-Luc Alibert rendit lui aussi un hommage à tous ces hommes et toutes ces femmes qui dira t'il «se sont battus pour cette France belle,pleine de richesse, dont nous pouvons être fiers, dont nous devons être fiers». Yves Manas et Jean-Luc Alibert déposérent les gerbes au pied du monument aux morts suivis par les enfants avec une fleur dans leur main. Les noms des soualais morts pour le pays résonnent sur la place du village. La sonnerie aux morts puis l'hyme national parachèvent cette cérémonie pleine de solennité.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SEES année 40 ...OCCUPATION

FALLINGBOSTEL CAMP DE PRISONNIERS STALAG 11 B RETOUR A PUTANGES

MONGOLS ARMEE ALLEMANDE....