ils arrivent !

ILS ARRIVENT 


premiers espagnols a Sées en 1939
                     LE MAIRE CHARLES FORGET



Notre président Albert Lebrun présente alors ses voeux à la population Française "" Nous avons la ferme conviction que 1940 sera une année plus heureuse pour toute l'humanité "                                                                    

MON PERE APPORTE UNE LARGE CONTRIBUTION A LA DEFENSE PASSIVE ET SE RETROUVE CHEF D ILOT 
A l'école on fait l'essayage des masques à gaz ...et c'est encore là ,une bonne occasion de se divertir
L'état d'alerte , décide la municipalité sera   annonçé par des sirènes ,le tocsins et... le clairon s'il y a lieu . Les verrières ,vasistas et toutes ouvertures laissant filtrer la lumière ,devront être peints en bleu fonçé pour ne pas attirer l'attention..... de l'aviation ...allemande ... bien entendu . La nôtre on ne la voit pas ! Si une fois ...un autogire Français haut dans le ciel ! L'unique vasistas du grenier ...est donc teint en bleu par sécurité !
Les motards militaires Anglais roulent à une vitesse folle sur nos routes ,...et quelquefois à gauche .L'un d'eux vient de se tuer au passage à niveau de la Madeleine
Si je comprends bien ,il ne se passe rien sur le front ... le combattant se confond souvent avec un guetteur qui veille ,l'oeil et les oreilles aux aguets aux avant postes d'une ligne Maginot réputée infranchissable avec pour seule moisson ces trois lettres R.A.S.
Mais la perçée de Sedan ouvre à la Werhmacht les portes de la France ,c'est l'exode et le début des illusions perdues .Une longue procession de réfugiés progresse vers le Sud ...Ma communion du 19 Mai 40 se déroule au pas de course pour laisser passer les voitures ,chars nordiques et Ardennais et véhicules de toutes sortes .La famille est absente ,pas de repas de communion ,les routes sont trop dangereuses ...surveillées par les stukas
Trois mille repas vont être distribués pendant plus de 15 jours consécutifs aux différents centres d'accueil ,avec la contribution... des "Coeurs Vaillants " patronage auquel nous appartenons Jean et moi . Un bureau de la Croix rouge est alors installe à la mairie . La gare fourmille de voyageurs fébriles et anxieux en attente d'un départ du train vers un lieu inconnu .. Les portes claquent ,les mouchoirs s'agitent . Sur le quai noir de monde chaque coeur qui bat ...bat certainement d'inquiétude ...
Avec jean nous apportons notre petite contribution et nous aidons les réfugiés , absorbés par leur détresse

Fuite vers le sud pour une partie de la famille  

Tandis que l'école ,périmètre sacré où la morale et la discipline rêgnent en maitre nous délivre de ses contraintes ,Charles Trenet " le fou chantant "chevelure flamboyante nous interprète des airs pleins de jeunesse et d'invention ... sûrement pour nous remonter le moral .
Il incarne la joie de vivre au moment où les nuages s'amoncellent sur l'Europe .

Après les bombardements des 14 et 16 juin , plusieurs quartiers de notre petite ville sont détruits . Une centaine de morts à l'Adoration ,au cercle catholique ,l'évéché ,l'institution Saint Joseph ,l'école libre et la rue Montjaloux .Devant les risques encourus nous trouvons un refuge de fortune dans une petite ferme du Meurger chez Madame Favry veuve de guerre aidée par ses enfants Constant et Simone et le "pére Jardinet " . Dans cette modeste ferme décrépie par deux siècles de vent et de pluie le grand silence de la nuit est uniquement troublé par le crissement des grillons ... Ce n'est plus la place du Parquet comparée à certains moments aux "forges de Vulcain" !


Dans cette campagne au visage d'angoisse, subsistent encore aujourd'hui quelques images ... la pêche avec Jean parmi une horde de canards en goguette , le réveil de la basse cour aux premières heures du jour , le grenier à foin , la conduite des chevaux le matin à l'abreuvoir après avoir échappé au "calva "matinal , et enfin , l'arrivée des premiers motards allemands ,"cavaliers de l'enfer" couverts de poussière sous les fenêtres du haras et ...le regard anxieux des parents ....,
Notre passe temps favori 
c est bien sûr la pêche  " les carpes n ont qu à bien se tenir " les ombrages de cette petite mare située "au meurger" je ne les ai jamais oubliés et je suis sur que jean garde cette image dans ses pensées



Résultat d’images pour mare poissons ombrages











CommentaireComme en témoignent les documents, l'occupant est logé dans les casernes, mais aussi chez l'habitant. Les propriétaires doivent se plier à l'occupation de leurs bâtiments. Des lieux de vie font également l'objet de réquisitions. En effet, la salle du théâtre est régulièrement occupée par les troupes allemandes. Le cinéma est également concerné par cette mesure. Un foyer du soldat (Soldatenheim) est installé rue Saint Thibault en 1940, puis rue du Donjon en 1943. Le premier local est en effet devenu trop exigu pour le divertissement des troupes. Les dossiers de réquisition du personnel et du STO (Service du Travail Obligatoire) , mais aussi leurs difficultés à se procurer leur pain quotidien, leurs ruses, leurs expéditions et leurs batailles dans les campagnes nourricières?Pourquoi ne pas dire les ersatz, le faux tabac, le faux, le faux savon, les faux témoins, les divertissements d'une époque qui n'a pas été noire " pour tout le monde, mais aussi les souffrances des femmes de prisonniers de guerre, le martyre de tous ceux que la Gestapo traquait et attaquait?Pourquoi ne pas évoquer les nuits d'alerte, les lendemains de bombardements, le climat de ces villes dont les rafles, le couvre-feu dépeuplent les rues, l'écoute de la radio anglaise dans l'odeur des rutabagas, la vie des maquisards pour qui le combat n'est qu'une brève lumière dans la suite des jours ternes et dangereux?Très différent de tous les livres qui ont paru sur les années 1940-1944, La vie des Français sous l'Occupation éclaire d'un jour nouveau l'une des périodes les plus dramatiques et les plus controversées de l'histoire Requisitions  S.T.O. NOTRE VIE DE JEUNE SAG

Cette vie ..C est notre vie de jeune sagien durant l occupation













CommentaireComme en témoignent les documents, l'occupant est logé dans les casernes, mais aussi chez l'habitant. Les propriétaires doivent se plier à l'occupation de leurs bâtiments. Des lieux de vie font également l'objet de réquisitions. En effet, la salle du théâtre est régulièrement occupée par les troupes allemandes. Le cinéma est également concerné par cette mesure. Un foyer du soldat (Soldatenheim) est installé rue Saint Thibault en 1940, puis rue du Donjon en 1943. Le premier local est en effet devenu trop exigu pour le divertissement des troupes. Les dossiers de réquisition du personnel et du STO (Service du Travail Obligatoire) , mais aussi leurs difficultés à se procurer leur pain quotidien, leurs ruses, leurs expéditions et leurs batailles dans les campagnes nourricières?Pourquoi ne pas dire les ersatz, le faux tabac, le faux, le faux savon, les faux témoins, les divertissements d'une époque qui n'a pas été noire " pour tout le monde, mais aussi les souffrances des femmes de prisonniers de guerre, le martyre de tous ceux que la Gestapo traquait et attaquait?Pourquoi ne pas évoquer les nuits d'alerte, les lendemains de bombardements, le climat de ces villes dont les rafles, le couvre-feu dépeuplent les rues, l'écoute de la radio anglaise dans l'odeur des rutabagas, la vie des maquisards pour qui le combat n'est qu'une brève lumière dans la suite des jours ternes et dangereux?Très différent de tous les livres qui ont paru sur les années 1940-1944, La vie des Français sous l'Occupation éclaire d'un jour nouveau l'une des périodes les plus dramatiques et les plus controversées de l'histoire Requisitions  S.T.Ojeune sagien durant l occupation !Ce texte je l ai  écris en souvenir de mon  cher frère jean , Rasés de prés , coupes réglementaires ,satisfaits ?      claquant des talons devant leur supérieur nos "pensionnaires " se regroupent ensuite sur les marches du café Ferté 

Priorité à la wehrmacht nous rappelle le panneau affiché sur les portes des magasins....  le marchand d articles funéraires Grande rue n'a pas oublié cette recommandation mais se fait rappeler a l ordre par le maire



La Ortskommandantur siegera a l HOTEL DE VILLE  les lundi mecredi vendredi  de 10 heures a midi 
En cas d urgence s 'adresser au bureau de
 l 'Orskommandantur couvent de la miséricorde  En ce qui concerne le chantier prés de la cathedrale a l appel "halt Wer Da" on doit immédiatement s arrêter sous peine de s exposer a un coup de feu Personne ne doit franchir les murs armés du séminaire et de la miséricorde 

Argentré
il est défendu  de descendre dans les abris creusés dans les cours du Petit séminaire et de l école communale

Je ne pouvais donc rester indifférent au déferlement des événements et à la vision de ces images fortes ,difficiles à chasser de ma mémoire .
Charley sujet britannique fuyant l envahisseur ,au volant de sa Matford ... 21 litres au cent avait embarqué vers le Sud la nombreuse famille des neveux et nièces ,pour un long périple de dix sept jours,après un passage laborieux de la Loire à Blois parmi des milliers de réfugiés . A  l arrivée de son périple au haras de Rotchild ( nom oublié )     des formes gris verdâtres se profilent prés de l 'entrée du haras surprise !les allemands sont déjà là.....
La voiture est confisquée pendant deux jours et les allemands ont ils trouvé le pavillon britannique dissimulé sous un coussin à l 'arrière?

Notre président Albert Lebrun présente alors ses voeux à la population Française "" Nous avons la ferme conviction que 1940 sera une année plus heureuse pour toute l'humanité "
Dés Septembre 1939 après la déclaration de guerre à l'Allemagne ,la défense passive s'organise dans notre petite ville , comme dans toutes les villes de France . .Mon père y apporte une large contribution et se retrouve chef d'ilôt . A l'école on fait l'essayage des masques à gaz ...et c'est encore là ,une bonne occasion de se divertir
L'état d'alerte , décide la municipalité sera annonçé par des sirènes ,le tocsins et... le clairon s'il y a lieu . Les verrières ,vasistas et toutes ouvertures laissant filtrer la lumière ,devront être peints en bleu fonçé pour ne pas attirer l'attention..... de l'aviation ...allemande ... bien entendu . La nôtre on ne la voit pas ! Si une fois ...un autogire Français haut dans le ciel ! L'unique vasistas du grenier ...est donc teint en bleu par sécurité !
Les motards militaires Anglais roulent à une vitesse folle sur nos routes ,...et quelquefois à gauche .L'un d'eux vient de se tuer au passage à niveau de la Madeleine
Si je comprends bien ,il ne se passe rien sur le front ... le combattant se confond souvent avec un guetteur qui veille ,l'oeil et les oreilles aux aguets aux avant postes d'une ligne Maginot réputée infranchissable avec pour seule moisson ces trois lettres R.A.S.
Mais la perçée de Sedan ouvre à la Werhmacht les portes de la France ,c'est l'exode et le début des illusions perdues .Une longue procession de réfugiés progresse vers le Sud ...Ma communion du 19 Mai 40 se déroule au pas de course pour laisser passer les voitures ,chars nordiques et Ardennais et véhicules de toutes sortes .La famille est absente ,pas de repas de communion ,les routes sont trop dangereuses ...surveillées par les stukas
Trois mille repas vont être distribués pendant plus de 15 jours consécutifs aux différents centres d'accueil ,avec la contribution... des "Coeurs Vaillants " patronage auquel nous appartenons Jean et moi . 
En juillet 1937 nous avions eu la chance de participer à une sortie au vel d hiv de paris où des manifestations sportives avaient été organisées pour les " coeurs vaillants de France"




Un bureau de la Croix rouge est alors installe à la mairie . La gare fourmille de voyageurs fébriles et anxieux en attente d'un départ du train vers un lieu inconnu .. Les portes claquent ,les mouchoirs s'agitent . Sur le quai noir de monde chaque coeur qui bat ...bat certainement d'inquiétude ...
Avec jean nous apportons notre petite contribution et nous aidons les réfugiés , absorbés par leur détresse


Fuite vers le sud pour une partie de la famille  

Tandis que l'école ,périmètre sacré où la morale et la discipline rêgnent en maitre nous délivre de ses contraintes ,Charles Trenet " le fou chantant "chevelure flamboyante nous interprète des airs pleins de jeunesse et d'invention ... sûrement pour nous remonter le moral .
Il incarne la joie de vivre au moment où les nuages s'amoncellent sur l'Europe .
Après les bombardements des 14 et 16 juin , plusieurs quartiers de notre petite ville sont détruits . Une centaine de morts à l'Adoration ,au cercle catholique ,l'évéché ,l'institution Saint Joseph ,l'école libre et la rue Montjaloux .Devant les risques encourus nous trouvons un refuge de fortune dans une petite ferme du Meurger chez Madame Favry veuve de guerre aidée par ses enfants Constant et Simone et le "pére Jardinet " . Dans cette modeste ferme décrépie par deux siècles de vent et de pluie le grand silence de la nuit est uniquement troublé par le crissement des grillons ... Ce n'est plus la place du Parquet comparée à certains moments aux "forges de Vulcain" !

Dans cette campagne au visage d'angoisse, subsistent encore aujourd'hui quelques images ... la pêche avec Jean parmi une horde de canards en goguette , le réveil de la basse cour aux premières heures du jour , le grenier à foin , la conduite des chevaux le matin à l'abreuvoir après avoir échappé au "calva "matinal , et enfin , l'arrivée des premiers motards allemands ,"cavaliers de l'enfer" couverts de poussière sous les fenêtres du haras et ...le regard anxieux des parents ....,
Notre passe temps favori c est bien sûr la pêche  " les carpes n ont qu à bien se tenir " les ombrages de cette petite mare située "au meurger" je ne les ai jamais oublié et je suis sur que jean garde cette image dans ses pensées



Notre président Albert Lebrun présente alors ses voeux à la population Française "" Nous avons la ferme conviction que 1940 sera une année plus heureuse pour toute l'humanité "
Dés Septembre 1939 après la déclaration de guerre à l'Allemagne ,la défense passive s'organise dans notre petite ville , comme dans toutes les villes de France . .Mon père y apporte une large contribution et se retrouve chef d'ilôt . A l'école on fait l'essayage des masques à gaz ...et c'est encore là ,une bonne occasion de se divertir

Les motards militaires Anglais roulent à une vitesse folle sur nos routes ,...et quelquefois à gauche .L'un d'eux vient de se tuer au passage à niveau de la Madeleine
Si je comprends bien ,il ne se passe rien sur le front ... le combattant se confond souvent avec un guetteur qui veille ,l'oeil et les oreilles aux aguets aux avant postes d'une ligne Maginot réputée infranchissable avec pour seule moisson ces trois lettres R.A.S.


ILS Arrivent !

Mais la perçée de Sedan ouvre à la Werhmacht les portes de la France ,c'est l'exode et le début des illusions perdues .Une longue procession de réfugiés progresse vers le Sud ...Ma communion du 19 Mai 40 se déroule au pas de course pour laisser passer les voitures ,chars nordiques et Ardennais et véhicules de toutes sortes .La famille est absente ,pas de repas de communion ,les routes sont trop dangereuses ...surveillées par les stukas
Trois mille repas vont être distribués pendant plus de 15 jours consécutifs aux différents centres d'accueil ,avec la contribution... des "Coeurs Vaillants " patronage auquel nous appartenons Jean et moi . Un bureau de la Croix rouge est alors installe à la mairie . La gare fourmille de voyageurs fébriles et anxieux en attente d'un départ du train vers un lieu inconnu .. Les portes claquent ,les mouchoirs s'agitent . Sur le quai noir de monde chaque coeur qui bat ...bat certainement d'inquiétude ...
Avec jean nous apportons notre petite contribution et nous aidons les réfugiés , absorbés par leur détresse

Fuite vers le sud pour une partie de la famille  
                                        Ponts de la Loire coupés 
Tandis que l'école ,périmètre sacré où la morale et la discipline rêgnent en maitre nous délivre de ses contraintes ,Charles Trenet " le fou chantant "chevelure flamboyante nous interprète des airs pleins de jeunesse et d'invention ... sûrement pour nous remonter le moral .
Il incarne la joie de vivre au moment où les nuages s'amoncellent sur l'Europe .

Après les bombardements des 14 et 16 juin , plusieurs quartiers de notre petite ville sont détruits . Une centaine de morts à l'Adoration ,au cercle catholique ,l'évéché ,l'institution Saint Joseph ,l'école libre et la rue Montjaloux .Devant les risques encourus nous trouvons un refuge de fortune dans une petite ferme du Meurger chez Madame Favry veuve de guerre aidée par ses enfants Constant et Simone et le "pére Jardinet " . Dans cette modeste ferme décrépie par deux siècles de vent et de pluie le grand silence de la nuit est uniquement troublé par le crissement des grillons ... Ce n'est plus la place du Parquet comparée à certains moments aux "forges de Vulcain" !LA ferme du Meurger notre refuge ,la ferme mais aussi une mare où la carpe abonde 
Résultat d’images pour EXODE SEES

Dans cette campagne au visage d'angoisse, subsistent encore aujourd'hui quelques images ... la pêche avec Jean parmi une horde de canards en goguette , le réveil de la basse cour aux premières heures du jour , le grenier à foin , la conduite des chevaux le matin à l'abreuvoir   après avoir échappé au "calva   "matinal , et enfin , l'arrivée des premiers motards allemands ,"cavaliers de l'enfer" couverts de poussière sous les fenêtres du haras et ...le regard anxieux des parents ....,
Notre passe temps favori c est bien sûr la pêche  " les carpes n ont qu à bien se tenir " les ombrages de cette petite mare située "au meurger" je ne les ai jamais oublié et je suis sur que jean garde cette image dans ses pensées


Le palais épiscopal Aout 1944




 Sous la coupe de l occupant !!!



Lors d un rassemblement au cercle catholique l' abbé Fulgence et les  abbés responsables des jeunes coeurs vaillants nous avaient  informé

que tout rassemblement était  dorénavant interdit et qu' il 
n' était  plus possible de " défiler " en chantant dans les rues de notre vieille cité sagienne 

Nous sommes également  avertis de ne pas défier l occupant ..

.Rappelons que notre intervention dans le chantier prés de la cathédrale en octobre 1940 n 'avait nullement été appréciée par 
 l 'occupant et un ordre de la Orskommandantur ( affiché a l' hotel de ville  )nous fit comprendre que tout incident de ce genre serait puni sévérement Comme on le sait la riposte à la nuée de marrons d inde sur la sentinelle dans sa guérite fut brutale et d 'après le maire nous nous en tirions à trés bon compte


Résultat d’images pour pendule pendastravanRésultat d’images pour pendule pendastravaotre pendule " pandastrava " qui fonctionne aec des pieces de monnaie       Source d 'économies!
fait ce chantier c 'était le lieu où toutes les masses et roches de granit indispensables à la restauration de la façade de la cathédrale était réunies mais c était aussi notre terrain de jeux et 
d aventures 


Malgré quelques incursions risquées dans les sous sol du palais en passant par le soupirail non protégé nous  avions abandonné a la demande impérative du maire tout projet d'intrusion dans les lieux réservés à la wehrmacht 
Un camarade d école que je ne nommerai pas se souviendra de la volée de bois vert qu il reçut de la part de la sentinelle excédée de recevoir des marrons d inde 


il fait nuit noire ...comme chaque soir mon frère et moi sommes à notre fenêtre donnant sur notre grande place face  à notre majestueuse cathédrale Cette cathédrale objet de tous les regards nous l observons depuis plus de quinze années  et elle fait partie de notre univers 

C'est le désert sur la place et le monument de notre grand Conté se dresse devant nous alors que l énorme statue est maintenant disparue a tout jamais.absorbée par les exigence de l industrie germanique .
Seuls subsistent aujourd'hui présents à notre vue un socle en granit et des grilles qui disparaîtront.... peut être avec le temps
 La tête de la statue a été semble t il cachée dans les sous sols de la mairie  emplacement secret où elle restera durant toute la période de l 'occupation
Nous avons du mal à croire que les allemands étaient déjà présents dans nos murs et sur notre grande place durant la guerre de 1870 

Avec deux camarades espagnols nous n'avons pas voulu échapper à la dernière vision du corps de la statue    et étions partis à la gare distinguer les restes du corps de la statue qui avait dominé notre grande place depuis       
 Nous scrutons le ciel ....comme chaque soir des centaines de points lumineux se dirigent vers le sud ,et émergents parmi les nuages   Ce sont des escadrilles de bombardiers britanniques je suppose !à la recherche d objectifs stratégiques situés quelque part dans le centre de la France ou peut être le nord de l 'Italie . c'est notre passe temps à mon frère et moi Comme chaque matin  nous trouverons éparpillés sur les toits ,dans les jardins des myriades de bandes  argentées qui  en fait attirent notre attention mais quel est leur rôle ?    
un ordre du maire " interdit d y toucher 
  
Il est 22  heures ,trente  ,nous entendons le pas régulier et saccadé de la patrouille sur les pavés de la rue Conté 

C est le couvre feu ,.... impossible de " mettre le nez dehors "mais là où nous sommes  nous ne risquons rien .....observant  les quelques  mouvements de notre grande place toutes lumières éteintes En résumé rien ne nous échappe 
Avec jean c est l entente parfaite , ...ne sommes nous pas deux frères facétieux mais solidaires  profitant des moments de la vie ,les bons comme les mauvais 
Les allemands nous les subissons tous les jours .... ,nous les subissons peut être mais dans le calme et la discipline avec  l'espoir que les alliés  nous délivreront un jour de cette emprise 
C est pourquoi nous  sommes si souvent accrochés prudemment à la BBC
Peut être dix allemands par jour dans notre salon!Rien à leur reprocher !Polis , quelquefois arrogants mais corrects et silencieux Avec eux c est toujours le grand silence .....aucun échange 

Exception faite pour les rares alsaciens       engagés " malgré eux dans l armée allemande  ils seront d ailleurs surnommés les malgré eux L' un d 'eux nous a 
d ailleurs conseillé de baisser le son de notre poste de TSF perpétuellement connecté  sur la BBC Notre souci c est surtout d 'éviter de se le faire enlever sur ordre de la kommandantur
Il est vrai que quelques mètres séparent le salon ,de notre salle a  manger et la voix du grand Churchill est si encourageante  à entendre 
Churchill c est l 'espoir pas simplement le nôtre mais celui d une grande partie de 
l Europe dominée par le joug germanique 

Ce soe crée par Churchill est un service secret et autonome chargé 
d une mission classique la guerre subversive en apportant une aide puissante et inestimable aux groupes de résistants issus de de nos villes et nos campagnes ,aide apportée par une collaboration étroite entre le BOA et le SOE en utilisant la voie des airs ,la radio de la BBC et l aviation par l intermédiaire du BCRA organisme de la France libre 



Je ne pouvais donc rester indifférent au déferlement des événements et à la vision de ces images fortes ,difficiles à chasser de ma mémoire .
Charley sujet britannique fuyant l envahisseur ,au volant de sa Matford ... 21 litres au cent avait embarqué vers le Sud la nombreuse famille des neveux et nièces ,pour un long périple de dix sept jours,après un passage laborieux de la Loire à Blois parmi des milliers de réfugiés . A  l arrivée de son périple au haras de Rotchild ( nom oublié )     des formes gris verdâtres se profilent prés de l 'entrée du haras surprise !les allemands sont déjà là.....
La voiture est confisquée pendant deux jours et les allemands ont ils trouvé le pavillon britannique dissimulé sous un coussin à l arriére


De notre refuge ,quand le vent est favorable ,on essaie de percevoir dans le lointain le son des cloches de la cathédrale . Mais que se passe t il dans notre petite ville ?
Dans notre campagne c'est la pêche ,....encore la pêche qui prédomine dans la douceur des ombrages .Avec Jean ,on entend rarement les appels du déjeuner et du dîner ,ces rites d'adultes qui ont tout oublié du rêve et de l'aventure ...

Je reprends le déroulement des événements depuis Mai 1940 ,je suis obligé de noter avec regret que la plupart des maisons de Sées et en particulier les commerces ont été pillés et mis à sac par les réfugiés de passage , les troupes françaises en déroute et certains habitants de la ville et ceci bien avant l'arrivée des troupes allemandes dans notre petite ville . Une calamité !
Notre magasin a été totalement dévasté ,les chambres pillées par une horde de vandales qui en dehors des parfums et produits de toutes sortes ont pulvérisé ... cadres de photos ,cadeaux ,objets personnels et ...mon journal !
Le magasin de notre voisin coiffeur , Frémiot ( 2 ) a subi le même sort ainsi que tous les commerces de la ville . Une désolation .... que ces pillages par les habitants de la ville

N.P. 1997

Notre voisin Albert Frémiot ,victime de la bande à Jardin ,sera fusillé par la gestapo à L'home Chamodot le Août 1944 avec Jean Mazeline notre professeur d'Anglais et Géographie au cours complémentaire de Sées .
Notre autre voisin ,le docteur Melun disparaitra en déportation à Auschwitz en Décembre 1943
De retour à Sées ,nous ne pouvons que constater le pillage de la maison et l'amoncellement de toutes sortes de débris dans nos chambres
Lors du bombardement , un énorme pavé a traversé la toiture avant de choir sur le lit de Fernande ,l'employée chargée de nous surveiller !
Sous nos fenêtres les allemands harassés après une longue marche ...,uniformes gris vert ,mauser et masque à gaz en bandoulière , forment leur faisceaux aux pieds de la statue de Conté ..
En Juin le gouvernement s'installe à Vichy à l'hotel du Parc . L'appel du 18 Juin nous ne pouvons pas l'entendre ...Plus de T.S.F.! . La ligne de démarcation coupe la France en deux . Plus question d'aller à Montluçon chez mon oncle et ma tante ... et chez mon grand père de Vibraye . Ce grand pére, soldat dans le régiment territorial de Mamers avait connu la guerre de 14 .....mais derrière les barbelés allemands à Paderborn au sud de Hanovre .
En effet prisonnier des les premiers jours de guerre ..il avait eu pour mission nous répétait il de creuser des tranchées... le plus prés possible des lignes allemandes ...



Enfin pour le moment ,de notre fenêtre l'image de ces gigantesques officiers SS ,arpentant avec arrogance la place du Parquet et exigeant le salut des sagiens nous impressionne ...et en face de notre maison ...la kommandantur s'installe dans les bureaux de la mairie . L'étendard à croix gammée flotte au vent au dessus de la porte d'entrée
Nous sommes le  22 Mai 1944  Nuit noire il est 23 heures ,comme chaque soir  des centaines de points lumineux dans le ciel !Où vont ils?
Ils se dirigent vers le sud semble il ! leur objectif les zones industrielles du nord de l Italie objectifs du grand Churchill 

J ai l impression que les hommes se battent depuis une éternité !

Nos nuits ne sont jamais calmes  La patrouille allemande intraitable surveille les rues , la clarté des fenêtres,, des vitrines .

Une bouteille atterrit dans le bas de la vitrine 
C 'est le noir complet Seuls les bruits de bottes rompent le silence..de la nuit ..nous de notre fenêtre sur la grande place on ne peut rien nous dire !La cathédrale reste notre seul horizon !




les anglais luttent pour eux , pour leur victoire qui se trouve être la notre et dans ces conditions là nous sommes , nous français prêts à tout faire pour leur rendre la tâche plus facile 
Ne sont ils pas nos alliés et la confiance en Churchill est immense 
ils ont un chef dont l éloquence est à la hauteur de leur drame  " la mort et la douleur seront nos compagnons de voyage a t il dit à son peuple les privations seront notre manteau et la constance notre bouclier "


C est un vrai langage shakespearien et nous ne pouvons qu adhérer à ces paroles qui nous concernent tous français jeunes et vieux 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

sees la place du Parquet

SEES année 40 ...OCCUPATION

FALLINGBOSTEL CAMP DE PRISONNIERS STALAG 11 B RETOUR A PUTANGES