le 19 mai 1940 C 'est la communion, a Sées

le 19 mai 1940 C 'est la communion, a Sées







le front


Ce 19 MAI 1940  C'est LA COMMUNION A SEES     'C 'est donc la mienne , mais c est aussi la débâcle.... les réfugiés encombrent les routes ,les trains sont bondés
Un soldat français originaire de Neuilly fuit vers le sud à la recherche de sa famille
 Nous l 'hébergerons pendant deux semaines

Les nouvelles de la BBC sont très pessimistes ....  une voix toutefois s impose  ....

Winston Churchill prononce  un discours éloquent ! bouleversant  déclarant qu il n 'avait rien à offrir hormis , du sang,du travail des larmes et de la sueur et que son seul objectif est " la victoire à tout prix ,la victoire malgré la terreur ,la victoire aussi difficile que puisse être le chemin "
quelques jours plus tôt il succédait à Neville Chamberlain au poste de  premier ministre britannique faisant face à cet immense dilemme  négocier la paix avec Hitler ou continuer les combats

Ce discours prononçé à la chambre des communes britannique est aujourd'hui considéré comme un moment emblématique de notre histoire européenne 

Début juin le grand Churchill rappellera " nous nous battrons sur les mers et les océans ,nous nous battrons avec uneconfiance croissante et une force croissante ...dans les airs  nous défendrons notre ile quel qu' en soit le prix Nous nous battrons sur les plages   nous nous battrons sur les terrains de débarquement , dans les rues les champs et les montagnes  nous ne nous rendrons jamais ! ( Sir winston Churchill BBC 4 juin 1940°)

RAPPEL
  • 21 mai : les villes d'Arras et d'Amiens sont prises. Les Allemands atteignent la Manche ; l'armée française est coupée en deux

J ai l impression que les hommes se battent depuis une éternité !
nos nuits ne sont jamais calmes  La patrouille allemande intraitable surveille les rues , la clarté des fenêtres,, des vitrines . C est le noir complet;;;; pas un trait de lumière ne doit filtrer Seuls les bruits de bottes rompent le silence...sauf quelquefois une bouteille vide explose dans le bas de la vitrine .Nous de notre fenêtre sur la grande place avec mon frère jean on ne peut rien nous dire !La cathédrale reste nPleine lune  ...nuit propice aux parachutages
Notre seul horizon !

les Halifax emportant des Windows effectuaient des largages de bandelettes de papier d’aluminium pour simuler sur les écrans radars adverses un raid important. Puis, ils s’éloignaient des formations de bombardiers « classiques », cherchant à attirer vers eux – et dans les zones de patrouille des redoutables Mosquito de chasse anglais – les intercepteurs allemands et ainsi à les détourner de leur véritable cible. Cela étant fait, les Halifax Windows se retiraient à l’abri 





Deux sentinelles gardent l’accès du champ... il nous faut ruser pour pénétrer au milieu du lieu de crash bordé d’immenses buissons d’aubépines. La présence des gendarmes en cours d’investigations semble alors nous protéger d’une éventuelle intervention des deux sentinelles. 
D’après les renseignements obtenus après la libération, j’ai pu apprendre que les deux sentinelles étaient yougoslaves. Nous étions fin mai 1944 et sans le savoir à la veille du débarquement. Dés l’annonce des premiers commandos sur la côte normande le 6 juin, les deux sentinelles yougoslaves et partisans de Tito en quête de patriotisme et de liberté plient bagages clandestinement, sans crier gare… et disparaissent dans la campagne. Leur équipée se terminera dans une ferme de Boisville, située à 1 km du lieu de crash. Sachant que toute désertion est passible de la peine de mort, ils attendront sagement la fin de la bataille de Chambois-Montormel avant de quitter définitivement leur refuge. L ‘un d’eux élira définitivement domicile dans la région sagienne après la libération 
Extrait de mon journal personnel ( 1940 1944 ) Quelques notes sur notre séjour à Bursard et au haras de Bois Roussel de juin à aout 1944


Nul ne guérit de sa jeunesse …ce que j’ai vu , ce que j’ai appris ….

« ECRIRE C EST ËTRE LIBRE » Lorette Nobecourt Romanciére

Au pied des collines verdoyantes de Perseigne et d'Ecouves qui bordent un vaste horizon s'étale dans la vallée de la Sarthe à quelques kilométres d'Alençon , le haras de Bois Roussel .
Berceau de chevaux illustres depuis que le comte Roederer sénateur de Normandie l’acquit un jour de 1802 
Depuis 1802 le haras était resté la propriété de la famille Roederer de Rochefort Il lui appartiendrait peut être encore encore si un jeune Roederer fils d’un cousin germain de la comtesse n’avait opté pour la nationalité américaine …celle de sa mére
Le jeune Roederer s’engagea dans l’armée américaine et fit la guerre au Viet Nam où il s’écrasa dans son hélicoptere en feu La comtesse de Rochefort n’ayant aucune descendance directe vendit son haras à la comtesse Bathiany dans les années 70


Leon Volterra l'un des magnats du théatre ,du music hall et du cinéma est alors le locataire depuis 1935 de ce vaste domaine .
Dans les années 58 De nombreuses personnalités turfistes passionnées l’Aga khan ,son fils Ali kan marié à Rita Hayworth ,Paola Négri ne manqueront pas de s’interesser aux produits de cet élévage

William Hayton britannique originaire du Yorkshire quitta la verte Irlande et le haras de Kildare en 1914 pour prendre différentes directions de haras .dont celle de Chamant ,Fitz James prés de Beauvais ,et enfin Bois Roussel alors sous la coupe du captain Cohn ex officier de l’armée britannique
Ce dernier marié à l’actrice Marcelle Chantal et ruiné par le krack de la bourse de 1929 .cédera le bail à Leon Volterra ...
Quelques années de réussite , de faste , et de victoires dont celle du Grand prix de Paris en 1934 et le derby d’Epsom en 1938 En quelques mois le nom de Bois roussel était devenu célébre chez tous les anglo saxons ,de Melbourne à San Francisco ,du Cap à Glasgow

William Hayton élévait des pur sang depuis plus de 35 ans et vint en France pour la premiére fois en 1904 Mais c’est seulement en 1914 qu’il vint s’installer définitivement sur notre territoire Il faut entendre le directeur du haras de Bois Roussel raconter ses traversées de la Manche avec ses poulinières ,ses caravanes de chevaux quittant Chamant dans la zone des armées .
Il s’installa alors en Normandie pour gagner …….le derby d’Epsom en 1938 Pour un Anglais c’était la conséquence suprême

Et la guerre , la terrible guerre , l'exode …surprendront la vie tranquille de ce haras réputé

Début Juin 1940 devant l'avance inexorable des troupes allemandes, une partie de la famille Hayton décide de fuir l'invasion …cap vers le sud et peut être Bordeaux là ou les Francais et gens du Nord hollandais , belges , luxembourgeois ,esperent trouver une issue les conduisant vers la verte Albion
La confortable "Matford " 21 CV 21 litres au 100 battant pavillon britannique ,conduite par Charley Hayton emmene neveux et niéces vers la Loire .Périple aux destinées incertaines en raison des attaques meurtriéres de la chasse allemande ,présente là où on ne l’attend pas
Une panique indescriptible causée par des milliers de réfugiés cantonnés sur la rive droite du fleuve bloque pratiquement la circulation

NOTES CHARLES HAYTON CARNET PERSONNEL 

11 JUIN 1940 Les troupes britanniques arrivent dans la cour du haras de bois roussel 
et des elements de la croix rouge 
14 JUIN 1940 SEES est bombardée 
15 JUIN Nous partons pour poitiers 
17 JUIN RESTONS a poitiers 
21 JUIN LES SOLDATS FRANçAIS ARRIVENT 0 POITIERS 
22 JUIN pluie 
24 JUIN LES soldats allemands arrivent à champagne ou nous sommes 
25 JUIN LES ALLEMANDS s emparent de ma voiture 
26 JUIN ILS ME RENDENT MA VOITURE 
27 JUIN retour à la maison tout le monde OK







En effet ;quatre files de voitures prenant toutes la même direction vers le Sud encombrent les rues de Blois créant une bruyante paralysie . Voitures surchargées trainant avec peine des passagers anxieux ,inquiets des derniers événements plutôt alarmants , matelas ,meubles divers , mais aussi des animaux de compagnie effrayés devant une telle cohue
Passant à Vibraye (Sarthe) la nombreuse famille , femmes et enfants découvre notre grand pere affairé à dissimuler laborieusement les précieux vins de sa cave dans une excavation préparée au milieu des sillons de pommes de terre Prisonnier en Allemagne pendant 4 ans dans un camp de prisonniers ,il me répétait souvent , “  le 22 Aout 1914 notre commandant nous avait conseillé lors de la percée de Charleroi “  Approchez vous le plus possible des tranchées ennemies et creusez …Nous avons si bien creusé et si prés des barbelés ennemis ….que le soir même nous étions prisonniers des troupes allemandes… ensuite direction le camp de Paderborn Sennelager ( Manheim ) Plus de quatre années d’isolement , mon épouse malade et pas de nouvelles …

Quittant Vibraye la petites famille reprend sa fuite vers le sud …..
Au milieu de ce désordre indescriptible elle passe enfin les ponts de la Loire et atteint Coyverac ( haras de Champigny Saint Hilaire ) propriéte de Rotchild juste avant l'arrivée des avant-gardes allemandes épuisées par un long parcours sur des routes inconnues
La Matford voiture confortable et seul moyen de transport attire leurs regard Confisquée manu militari pour une semaine par les fantassins allemands …
Plus de moyen de locomotion …longue .attente dans l’inquiétude et le désarroi le plus total au haras de Champigny

Réfugiés au haras de Bois Roussel dés juin 1940 après une étape au Meurger , vaste ferme de notre enfance , notre attention est attirée par l’arrivée de nombreux réfugiés d'origines diverses ,ayant eu connaissance d’un fief britannique au beau milieu de la campagne normande Ils transportent avec eux  bagages , couvertures ,ustensiles divers à l’aide de tout matériel roulant … voitures , remorques , et même brouettes Connaissant l'existence du haras et de son personnel , ils fuient l'invasion et prennent  quelque repos dans les boxes avant de poursuivre leur route vers le Sud
( je note les noms des familles Birch ,Cunningham etc…

Dans la fiévre et la précipitation ,les derniéres troupes françaises cantonnées au haras saccagent avec zèle et courage les differentes piéces du chateau appartenant à la comtesse et au comte de Rochefort .Dans un élan de surexcitation …Ils trouvent le temps d'abattre les deux cygnes inoffensifs du bassin Pour nous citadins crédules la grande désillusion commençait Etait ce cela notre armée ?




Des rumeurs infondées sur les atrocités allemandes vont bon train et notre chére maman est vraiment inquiéte La derniére guerre encore dans les esprits avaiT laissé quelques traces
Il faut dire que la mode pour les jeunes en cette période de guerre est constituée principalement de vêtements militaires
Notre sœur arbore deux magnifiques galons dorés de lieutenant sur son calot bleu marine !Une veste militaire avec épaulettes étincelantes complète la tenue
Jean et moi nous nous contentons du grade de sergent mais l’incertitude des événements qui se préparent nous incite à abandonner galons et décorations Nous attendrons des jours meilleurs ..pour faire briller nos dorures de circonstance et nous pavaner devant les copains …

NOTES CHARLES HAYTON CARNET PERSONNEL 

11 JUIN 1940 Les troupes britanniques arrivent dans la cour du haras de bois roussel 
et des elements de la croix rouge 
14 JUIN 1940 SEES est bombardée 
15 JUIN Nous partons pour poitiers 
17 JUIN RESTONS a poitiers 
21 JUIN LES SOLDATS FRANçAIS ARRIVENT 0 POITIERS 
22 JUIN pluie 
24 JUIN LES soldats allemands arrivent à champagne ou nous sommes 
25 JUIN LES ALLEMANDS s emparent de ma voiture 
26 JUIN ILS ME RENDENT MA VOITURE 
27 JUIN retour à la maison tout le monde OK






14 juin bombardement de Sées


Malgré les précautions prises par le maire,organisant une surveillance des maisons sagiennes et par des sagiens munis de brassards blancs , les maisons de Sées principalement les commerçants sont pillées Notre domicile n’échappe pas à la régle . vitrine enfonçée , chambres dévastées , objets , cadeaux divers disséminés ,On marche sur les piles de parfums en écrasant tubes , dentifrice et rouges à lévres … un énorme pavé a traversé le plafond avant de choir sur le lit de l’employée et nos affaires personnelles réduites en lambeaux


18 et 19 juin 1940 .Haras de Bois Roussel Nuit d'angoisse et d'insomnie .

C 'est l angoisse qui prédomine …..ou sont les allemands ?



Cinq heures , le soleil n'est pas encore levé , une légère brume flotte sur le haras …des bruits de motos pétaradantes sous nos fenêtres ,…
Les silhouettes impressionnantes de plusieurs motards allemands se dessinent sur le pas de la porte .dans une demi pénombre Casqués , imperméables gris , couverts de poussiére ,menaçants ces nouveaux arrivants ressemblent à des guerriers d'un autre age . Frappant brutalement à la porte de notre habitation , ils demandent à visiter les lieux .Devant leur insistance William Hayton hésitant ,se décide à entrouvrir la porte d’entrée Découvrant le piano du salon ,l'un des motards exténué ,s'installe délibérément sur le tabouret et rythme des airs guerriers ,repris en choeur par les fantassins qui l’accompagnent

photo de presse

Etrange chorale inquietante et rassurante à la fois ….Nous descendons prudemment de notre chambre du premier étage …
Les lourdes bottes écrasent les pédales du piano et nos nouveaux occupants scandent dans un rythme effréné des airs guerriers

Les jours suivants plusieurs compagnies de la Wehrmacht bivouaquent dans la cour du haras ,juste devant les bureaux . alors que les officiers soudainement intéressés par les pur sang demandent à visiter les boxes et même essayer quelques montures Une ruade inattendue de l’étalon “ Casterari ” gagnant du grand prix de Berlin en 1935 …..et notre fier officier se retrouve au milieu du bassin le nez dans les nénuphars …Son arrogance est restée au vestiaire et nous …on se marre discrétement …je murmure discrétement à l 'oreille de Jean ...et pan dans les dents ...
Ce qui me frappe c'est le comportement délibérément insouciant de ces guerriers entrainés sur le sentier de la guerre

Accrochés au poste de TSF local ,réfugiés Belges et Français rassemblés dans la cour du haras écoutent le discours pathétique de notre marechal Pétain ,dernier rempart de cette invasion
Pétain devient alors l’espoir de tout un peuple …



Dés leur arrivée dans notre département la kommandantur s'est royalement installée dans les salons de l'hostellerie du Grand Cerf rue saint Blaise à Alençon
Chaque Anglais résidant au haras de Bois Roussel devra réguliérement  “ pointer ” à la kommandanture d'Alençon

En decembre 1940 aprés cinq mois d'occupation,des nouvelles peu rassurantes arrivent de la kommandanture . Une partie de la famille Hayton et en particulier celle ayant gardé la nationalité britannique sera internée ,....caserne Valazé à Alençon , et ensuite …..direction vers les camps
d' internement de Vittel et de Drancy «  j’ai eu le temps de récupérer au vol un énorme jambon et une bouteille de calva ..cadeau des alençonnais … »nous rappelera Charley Hayton
Le camp de Drancy heureusement sous administration française hébergera donc les membres du Commonwealth protégés alors par la Croix Rouge internationale

Les parents Hayton et leur fille Betty rejoignant le personnel féminin et les personnes agées sont internés au camp de Vittel ,caserne Vauban stalag



Charley et Maurice Hayton rejoignent alors le camp de Drancy sous administration française et immense complexe d’immeubles d’aspect peu engageants Charley se débrouille pour se faire employer aux cuisines ,, c’est toujours cela de gagné ! Maurice préfére rester dans la chambrée .s’évertuant à récupérer quelques paquets de cigarettes
Drancy c’est une large bâtisse en forme de U avec une cour de 200 métres de long et de 40 metres de large .nous écrit Charley dont le courrier est souvent censuré Il nous communique son adresse et les possibilités de visites
……..

Le café Alriquet situé juste devant les sinistres immeubles sert de relais à tous ceux qui ont l'intention aprés autorisation des autorités locales de rendre visite aux prisonniers afin de leur remettre éventuellement des colis mais aussi aprés avoir subi une fouille organisée par les sentinelles du poste de garde

En juillet 1941 ,l’administration allemande a pris la direction du camp …de nombreuses files de juifs misérables arrivent au camp de Drancy dont la direction est prise en charge par les sinistres Brunner et Adolf Eischmann
.Les familles Netter et le docteur Melun habitant Sées et d'autres familles ornaises seront acheminées dans ce sinistre camp fin 1943 avant de disparaitre à Auschwitz
Du fait de notre situation place du Parquet nationalités les plus diverses
mais aussi la présence de résistants qui se mêlent discrétement          à la clientéle journaliére
Quelquefois nos valeureux gendarmes qui avant d entrer dans notre salon évitent d'avoir a saluer nos occupants présents en faisant demi tour


Leon Volterra propriétaire de l’écurie connaitra lui même avec Max Jacobs et autres personnalités connues du monde parisien la dureté du camp d'internement avant d' être libéré quelques mois plus tard .On s’est toujours demandé comment il avait pu faire …. je pense que la reprise de ses activités de directeur du Lido, théâtre de Paris , a joué un rôle déterminant dans la décision des autorités germaniques
Dans le cadre de ses activités Il reprendra d’ailleurs l’emploi des artistes les plus connus de l’époque Maurice Chevalier …Mistinguette ,Raimu
Rappelons pour être précis que le camp de Drancy ouvert officiellement le 20 aout 41 prendra valeur de symbole bien plus que d’autres camps de concentration très français eux aussi
Depuis son passage sous administration allemande le régime a totalement changé , les colis vestimentaires sont impitoyablement refusés aux familles que l’on aperçoit repartir les bras chargés de colis Il n’est plus question que de faim et de nourriture .75 ooo juifs seront déportés de Drancy vers Auschwitz et gazés …Victimes expiatoires du nazisme … Pas de Croix Rouge internationale pour eux …

Notre voisin sagien le docteur Melun interné au bagne d’Aurigny partira de Drancy par le convoi no 63 le 17 dec 1943 ( la totalité des internés du train sera gazée )avant de décéder ‘épuisé ,dans le train en direction d’ Auschwitz Les familles Netter habitant rue du Long Boyau prés de la gare ,connaitront également cette infortune une déportation sans espoir ..
Fin 1944 Drancy se refermera sur cet holocauste qui a pu se développer sous les yeux des habitants d’une cité ouvriere pareille à tant d’autres Certaines familles avaient loué des chambres donnant sur le camp avec l’espoir de découvrir quelques êtres chers …

La famille Hayton sera libérée sous caution des camps de Vittel et Drancy en Juillet 1941 . A la demande des autorités allemandes ,deux familles d'Essay ( Briffaud et ….. ) devront se porter garants de la présence des sujets britanniques au haras
La vie du haras reprend son cours ...et les .yearling galopent dans la prairie verdoyante comme aux plus beaux jours
Avril 1942

Suite à une lettre de dénonciation "La belle Alice "( témoignage Charley )employée comme interprête à la kommandantur accompagne pour une perquisition une escorte de voitures et camions Que veut elle ? Elle brandit une lettre de dénonciation Des armes sont cachées parait il dans les boxes du haras .
Les recherches commencent Heureusement aprés maintes investigations pas de traces d’armes ..Deux aviateurs anglais évadés Paddy et Jordy envoyés par le curé de la région sont dissimulés au dessus du bureau
Involontairement j’avais été mis personnellement dans le secret . Betty Hayton me rapportera avoir évité d’interroger les deux aviateurs de crainte d’être questionné postérieurement par les allemands en cas de dénonciation

Le17 Avril 1942 lors d'un raid sur Augsburg un Lancaster est abattu à proximité d'Ormes ( Eure ) par la chasse allemande (
)
L'équipage est pris en charge par un groupe d'Alençonnais et de patriotes du département
Un membre de l’équipage Bert Dowty avec lequel j'ai correspondu en 1998 ( voir lettre Dowty 1998)..éprouve une reconnaissance éternelle envers la famille Hayton ....
Parmi les ornais courageux qui ont pris en charge ces quatre évadés on trouve les noms de
Andr é Demarquai de Saint Aquillin d'Augeron par Montreuil ( Eure )
Lucien Legendre de la Trinité des Laitiers par Gaçé ,Dufresne pére agent d'assurances de la cie urbaine et son fils Michel ,23 rue Saint Blaise à Alençon ,
Francis Cagnard cafetier place de la Halle au blé à Alençon , et William Hamilton anglais résidant à Alençon et ami de la famille Hayton .
William Hayton de nationalité britannique est sollicité pour abriter les rescapés mais étroitement surveillé par la kommandantur aprés son retour du camp d'internement de Vitttel il ne peut prendre de risques et . remet 4000 francs à Michel Dufresne pour aider l'expédition ( voir récit de Bert Dowty ).Le véritable organisateur de cette évasion c’est Francis Cagnard ,cafetier Les réunions clandestines ont lieu dans le café , les chaises barricadent la porte d’entrée
Francis Cagnard accompagnera nos quatre évadés jusqu’à la ligne de démarcation
Nos quatre aviateurs sont alors arrêtés par la police de Vichy dans le train lors d'une tentative de passage de la ligne de démarcation Ils passeront deux années dans un camp de prisonniers en Allemagne
Une avenue porte le nom de Francis Cagnard à Alençon depuis 1983
Aprés la guerre ,ces aviateurs rescapés et en particulier Bert Dowty qui m'adresse son journal d'évasion souhaiteront garder le contact avec tous ceux qui les ont aidé ( voir journal )
Un repas souvenir les réunira au haras de Bois Roussel et Dowty me rappellera avoir vu sur le bureau devant lui la reproduction du sabot d’un étalon célébre


4 Juillet 1943 Ce jour de "l'Independence Day "( pour les Etats Unis ) une forteresse volante touchée par la DCA au dessus du Mans se traine derriére la formation qui a mis le cap sur l'Angleterre L'avion en flammes s'abat prés de Belfonds




Dés l'apparition dans un ciel sans nuages des premiers parachutistes ,Charley Hayton se dirige vers Sées à bicyclette ,à toutes pédales me dira - t –il…. Il atteint le moulin d'Escures blotti dans les méandres de l'Orne et rencontre Duval le propriétaire du moulin . Du fait de sa nationalité britannique ,Il propose son aide aux résistants présents qui cherchent une solution pour faire disparaitre les rescapés ;Dans le bocage alentour l'un d'eux Charles Mankovick ,mitrailleur de queue est étendu dans un champ de blé ,sous un pommier ,un éclat dans la cuisse attendant un docteur prévenu par l'un des habitants de Belfonds .( ce sera le docteur L emeunier de M ortrée )
Charley Hayton servira ainsi d'interpréte pendant quelques minutes dominé par la crainte d'être surpris par les allemands lançées aux trousses des rescapés




Commemoration à Belfonds en 1998 du monument érigé au val d’enfer

Avec mon pére et jean mon frére nous partons à l’assaut de la Seneviére le 5 juillet au matin pour une partie de pêche ?
C’est le calme de la riviére mais aussi le le bruissement des feuillages des peupliers…. ,atmosphère reposante d’une campagne tranquille qui vient de connaître un terrible drame .Pas de sentinelle en vue …nous prenons les seules photos aujourdh’ui existantes de l’épave ,
Les corps de Hackley et Irvine sont recouverts d’un drap blanc , décorés sommairement d’un bouquet de violettes
Un berger a assisté à la chute de Francis Hackley dont le parachute en flammes s’est abattu à proximité du troupeau de moutons dont il avait la garde Avec Jean nous découvrons son corps brûlé recouvert de son blouson, image que nous ne pourrons jamais oublier……
En 2007 j’étais contacté par la famille qui découvrait le nom gravé de Hackley( photo ci-dessous ) sur le monument érigé à Belfonds au Val d’Enfer
Après 64 années enfin un contact ….

Bouquet de violettes déposé par des âmes compatissantes Element qui déclenchera la fureur de l’administration allemande soulignant la connivence des habitants


Avec un résistant Georges Carbonnel , ils me surprendront l’aprés midi du dimanche sur le chemin du retour alors que j'étais en train de récupérer avec un inconnu un morceau de parachute que j'aurai la chance de passer sans encombre au passage à niveau de Saint Laurent malgré le contrôle précipité organisé par les allemands … mais au prix d’une frousse terrible
Q uel était cet inconnu ? J’ai toujours craint qu’il se montre trop bavard
Au collége d’Argentan fin 43 mon inquiétude était grande de voir apparaître un casque allemand dans la cour….. le parachute je l’avais soigneusement camoufle place du Parquet sous les planches du grenier
J’ai enquête pendant plusieurs années auprés des services d’archives de Maxwel llabama et correspondu avec les rescapés Je crois connaitre aujourd’hui tous les tenants et aboutissants de ce crash de Belfonds qui endeuilla notre région

JEAN ET MOI le jour du crash de la forteresse





1944 22 Mai un avion en flammes rase les clochers de la cathedrale et s’écrase 1 km au nord de la ville Cet avion inconnu je n’ai pu l’identifier qu’en 2003 Une bague et une photo retrouvée m’ont conduit vers les ’immensités Canadiennes pour tenter de découvrir les familles dispersées non informées du lieu et des circonstances du drame Toutes pensaient que leurs êtres chers étaient disparus dans les eaux sombres de la Manche L’importance de la commémoration organisée par la municipalité sagienne en Mai 2005 fut à l’image de cette découverte

Bois roussel est situé à 4 kms de Bois Roussel aussi ai-je ajouter mon journal de Bursard à la suite de notre séjour à Bois Roussel

1944 10 Juin



Bursard ,petit village situé à six kilométres de Sées nous accueille donc dans le silence de sa campagne verdoyante . Au loin les contours bleutés et noyés de brumes de la forêt de Perseigne . D'interminables clotures blanches bien alignées annoncent les limites du haras de Bois Roussel , là où nous étions réfugiés en Mai et Juin 1940 .
Nous sommes donc hébergés à la mairie par notre cousine Paule , institutrice et directrice de cette petite école composèe de deux classes ,désertées prématurément par les éléves récupérés prudemment par les parents inquiets de la tournure des événements .
Avec mon frére on ne s'embarrasse pas ...Libres comme l'air nous glissons deux matelas au milieu de l'amoncellement désordonné des postes de TSF de la mansarde du second étage .(En effet les habitants de Bursard avaient été obligés de rapporter leur poste de TSF à la mairie sur ordre de la kommandanture ) Là au moins ,nous vivrons en paix... loin du royaume des adultes ..On ne joue pas... nous ...dans le même registre que les grands .
. Mais cette TSF ,nous ne pouvons l'écouter ... pas de courant

Le cousin qui nous héberge ,savant bricoleur , songe bien à monter une éolienne mais malgré la période perturbée que nous vivons ,cette réalisation géniale est liée à l'accord de l'administration
Ce qui empêche nullement le rassemblement dans la salle à manger ,à la lumiére d'une lampe à pétrole , de l' importante tablée familiale ...un nombre de douze à quinze selon les jours .
L’oncle François surveille avec attention ses rayons de pommes de terre Gare aux doryphores § son sujet de discussion préféré le Maroc , le Rif les bataillons d’afrique photo Fume cigarette déployé , la tante thérese vit perpétuellement dans un nuage de fumée

Avec Jean nous avons trouvé notre sujet de distraction ..retour à la nature….Accompagné des deux chiens ,un cocker Ted et un bâtard noir tacheté de blanc Dick .nous parcourons les prairies et les douves bordées de roseaux du haras .Deux redoutables chasseurs entrainés à dénicher canards sauvages et poules d'eau ,enfin tout le gibier des marais et des cours d'eau de la campagne environnante .Rien de tel pour améliorer l'ordinaire !



Nos cousins Raymond et Paule Jacob , . leur deux enfants France et Armelle 4 et 2 ans mais aussi les oncles et tantes ….l’oncle François et la tante Thérése dont l’habitation a été bombardée et dévastée lors du bombardement d’Alençon composent notre grande famille ,


Impatients de suivre l'évolution de la situation nous nous lançons dans la fabrication d'un poste à galéne sous la direction de mon beau frére électricien de métier et de talent aux carriéres de quartzite de Chailloué et qui se charge de trouver le fil de cuivre .nécessaire à la confection d'une bobine de bonne dimension
La galéne nous la trouvons chez l’électricien Ipcar place du parquet
,qui malgré la désertion d'une partie de la ville par ses habitants , résiste encore à la tentation de fermer son magasin. Quelques piéces de récupération ,un condensateur variable et enfin les écouteurs du téléphone familial pour parfaire notre oeuvre La confection du bobinage nous prendra une semaine

Ce poste il nous faut le camoufler à la vue des uns et des autres ..un pupitre d’écolier servira de cachette
Ce jour je me concentre attentivement pour tenter de percevoir les émissions de la BBC . Je presse alors fermement les écouteurs pour m'isoler du bruit extérieur . Soudain moment de stupeur ... la face lunaire d'un soldat allemand se colle brusquement sur l'une des vitres de la fenêtre de la classe . Que vient il faire dans nos murs ? M'a t il aperçu ?
D'un geste je réussis à camoufler précipitamment l'encombrant poste sous le pupitre d'une table d'écolier
Le lendemain , l'arrivée de lourds camions trainant des canons ,batteries de DCA à coup sûr, nous surprend en plein déjeuner ! , . Ce feldwebel n'est pas venu pour rien ...il précéde tout simplement l'installation sous les tilleuls de l'allée de la mairie , d' une compagnie de servants de DCA .Cette intrusion dans notre campagne tranquille nous remplit d'inquiétude .
Une dizaine de camions remorquant des canons recouverts de filets de camouflage vient alors se ranger sous les ombrages de l'allée qui conduit à la mairie . Nous réalisons ainsi que la tranquillité des lieux fait alors partie des souvenirs ..... sachant que cette présence inattendue risque d'attirer l'attention de l'aviation alliée .Nous avons constaté que tout mouvement au sol est immédiatement sanctionné ....si d'aventure un avion allié traine au dessus de nos têtes
. Nous commençons à craindre pour notre sécurité .,et la peur des parents et cousins d'être pris pour cible grandit de jour en jour


A notre grande surprise ...nos occupants essaient de ne pas trop nous perturber et traversent les premiers jours ,les salles de classe , la cuisine , sans vouloir vraiment nous importuner . Ils n'ont pas encore découvert le premier étage , notre refuge ,notre domaine ,à mon frére et moi . Quelques occupants nous montrent tristement leurs photos de famille . Ils semblent accepter leur sort avec résignation sans manifester d'agressivité
. L'un d'eux nous apprend à identifier à partir de silhouettes imprimées sur une brochure , les avions de la RAF ou de l' US air force . Les silhouettes et les caractéristiques de ces avions volant ,hauts dans le ciel n'ont bientôt plus de secrets pour nous


Revenus de notre surprise ,il ne nous reste plus qu'à faire disparaitre l'encombrant poste à galéne et quelques photos compromettantes mettant en évidence le passé militaire dans l'armée de l'air de notre cousin démobilisé en 1940 .Une photo représente son avion , un Potez sur le terrain d’Auxerre ,perdu au milieu d'un troupeau de moutons . Pour le moment notre cousin n'a plus d'avion à se mettre sous la dent mais ses souvenirs d'Afrique et ses photos ont le don de me faire rêver C'est l'image exotique de Gao sur les boucles du Niger et la découverte par le rêve .... des sables du désert .... Quand à Paule elle nous parle avec regret de son séjour à Kenitra avec ses parents



L'aviation américaine intervient le jour et la RAF dés la tombée de la nuit .Le bruit insistant d' armadas nocturnes passant au dessus de nos têtes trouble notre sommeil
Les P47 aux ailes rayées de noir et de blanc nous survolent à trés basse altitude et nos mouchoirs s'agitent en signes d'amitié .Nous avons l'impression ,que le pilote dans son cockpit incline les ailes de son avion pour mieux nous observer et c'est avec enthousiasme que nous le découvrons figé aux commandes . Les pilotes alliés volent si bas.au dessus de nos tetes .. cinquante métres peut être !Curieusement ils semblent avoir pris la mairie comme point de repére avant de fondre sur leur proie en l'occurence les chasseurs allemands qui s'apprêtent à décoller des terrains environnants
Notre environnement devient un univers ponctué de tirs de DCA et de combats aériens opposant chasseurs de la Luftwaffe et chasseurs alliés mais les allemands nous foutent royalement la paix ….au contraire las de cette situation ils se montrent assez familiers et nous montrent à jean et moi les silhouettes d’avions

1 5 Juin 1944 Trois terrains d'aviation de la Luftwaffe sont crées dans un minimum de temps à Lonray , Essai et Semallé . Les combats sont pratiquement journaliers et les escadrilles allemandes stationnées subissent quelques pertes . Il est vrai que la Luftwaffe se bat à un contre dix .Des Français sont réquisitionnés pour creuser des tranchées
De lourds nuages noirs limitent toute visibilité et les alliés descendent trés bas . Nous sommes frappés par les rayures blanches et noires qui strient les ailes de chaque avion


Photos trouvées sous les batteries le 12 aout lors du départ précipité des servants à l’approche des la division blindée US et de la 2eme DB


17 Juin 1944

Combats aériens entre mustangs et Fockewulf . Avions identifiés par l'un des servants qui est hébergé dans nos murs
Il est 20 heures Un bruit de moteurs s'amplifie . Le terrain d'Essay à 5 kilometres est pris pour cible .De longs nuages couvrent l'horizon

Visité aux dernieres de la journée par 38 liberator le terrain d'Essay aura reçu prés de cent tonnes de bombes qui ont atteint leur cible . 25 autre B25 venus s'en prendre au terrain occupé par le 1/JG 1 à Lonrai ayant eux mis à côté ( ref )
Un chasseur allemand s'écrase à Neuilly le bisson


28 Juin 1944

Ce jour je me rends de la mairie de Bursard au haras de Bois Roussel distance deux kilométres . Traversée du village de Bursard sans encombre
En cours de route je suis surpris par le survol de la route à trés basse altitude d une escadrille de mustangs . Un convoi composé de trois camions couverts de branchages est là présent sur le bord de la route . Les soldats de la wehrmacht m'obligent à me coucher dans le fossé Je m'incruste au mieux dans le sol humide prés d'un feldwebel
Plusieurs rafales d'armes du côté d'Essai
Photo trouvée dans l’épave qui permit d'identifier l'un des membres de l'équipage , le mitrailleur WILKINSON



Croix érigée dans le bois de la Goderie sur les lieux du crash en l’honneur des deux occupants du mosquito Clark et Carr

Chaque jour nous sommes survolés par les escadrilles alliées ,Dans la prairie les purg sang affolés nous croisent de toutes parts ? Une belle frayeur ajoutée aux dangers de l’aviation alliée
Figés dans leur cockpit les pilotes américains nous font des signes d'amitiés . Les anglais n'apparaissent que la nuit et nous n'avons pas la chance de saluer leur apparition . Le ciel est souvent chargé de lourds nuages et les chasseurs descendent trés bas

A la mairie de Bursard , notre rudimentaire poste à galéne de fabrication familiale ,construit par mon beau frere Raymond electricien de talent nous permet de suivre avec difficultés l'avançée des troupes alliées d'autant plus que la présence de nos occupants qui cohabitent dans nos murs ,nous prive de toute liberté Le casque rivé sur le crâne je perçois difficilement les émissions de la BBC
Le cousin Raymond notre hôte remet à plus tard lafabrication de son éolienne ….
Particulierement habile il a fabriqué de ses mains une automobile miniature qui est représentée dans le journal «  l’auto « 

Raymond mon beau frére dispensé de STO échappe ainsi à l’emprise de Lentz l’un des germains dirigeants departementaux de l’organisation Todt Lentz à la recherche de denrées rares passe en trombe en plein midi à Bursard en quête d’adresses de fermiers susceptibles de lui vendre beurre , œufs avant un départ prochain en Allemagne Silence de notre part …J e crois qu’il pressent déjà la défaite du grand Reich
En 1946à la recherche de sa maitresse habitant rue Cazaut à Alençon transformé en bandit de grand chemin il sera abattu lors d’une tentative d’évasion par la police française
Ma chere maman s’évertue à suivre l’avancée des troupes alliées en plantant des petits drapeaux sur une carte préparée pour cet événement
Surprise …, le commandant des batteries de DCA installée aux Fontaines écoute la BBC avec Charley Hayton
Le 16 Juillet 1944 un quadrimoteur de la RAF Halifax transportant des munitions et devant ravitailler le réseau de résistance local à Radon ( Equipe Tellier ) est abattu et s'écrase au lieu dit " La Chouannerie . Aucun survivant ( voir liste d'équipage )
Les serveurs "des Fontaines " revendiquent cette victoire . Information contredite par la suite par Mr maire de Forges me précisant qu'une batterie de DCA était alors installée dans une mare asséchée lieu dit nom oublié …
Un piége avait été tendu au Halifax du SOE et les membres de l'équipage furent trompés par les feux disposés au sol par les allemands La photo d’un cortége de mariés est retrouvé dans les restes de l’épave ce qui permettra d’identifier le mitrailleur Wilkinson Je serai contacté par la famille en 2005 qui ignorait les circonstances du crash

16 juillet

Un bombardier s’écrase prés de Larré une explosion lointaine mais aucun renseuignement ne perce
Lors d’une enquête réalisée pour le maire de Larré m Marseguerra dans les années 90 je’obtiendrai auprés du ministere
de la défense britannique la liste de l’équipage de cet avion du soe spécialisé dans les parachutages d’armes l’avion Halifax piégé par les feux installé par les allemands, s ‘écrasera à la chouannerie , la photo d’une cérémonie de mariage permettra d’identifier l’une des victimes je correspondrai avec l’un des membres de la famille ignorant des circonstances du crash
Quelques jours après ce drame un fermier après avoir humé les vapeurs d’un vieux calvados nous rend visite à la mairie de Bursard il vient de trouver sous les ombrages du bois Leguernay un engin bizarre et il souhaite obtenir l’avis de mon beau frere Raymond
Grande prudence de notre part …. Dans le silence de la forêt les branches et les feuillages craquent sous nos pas … un parachute est accroché dans les branches basses d’un sapin Aux pieds du tronc un appareil radio fracassé C’est un poste emetteur dont les lampes ont volé en morceaux
Le lendemain deux inconnus se présentent à la mairie et nous comprenons vite qu'ils sont à la recherche de ce poste . Devant l'incertitude de la situation nous préférons rester muets
Résistance ou Gestapo ?
Nous apprendrons quelques jours plus tard que le maire et son adjoint venaient d’être fusillés à Tanville et les deux personnages mystérieux appartenaient au groupe de resistance de ce village
En fait leur mission consistait après le balisage du terrain de parachutage de Radon a récupérér les containers d’armes

Les viaduc de Saint Gervais ,la voie ferrée ,les terrains d'aviation sont les cibles journaliéres Les crash sont nombreux dont un sur la voie ferrée prés de Vingt Hanaps
Avec mon frére Jean nous essayons bien d'identifier tous ces avions mais la visibilité est bien souvent réduite . Un serveur de batteries nous aide dans notre tâche et nous donne quelques conseils

30 Juillet 1944

Un mosquito est abattu et s'écrase au lieu dit " La maréchalerie " à proximité de la mairie de Bursard ou nous sommes hébergés .avec les servants de batterie Le bois est dévasté et brûlé sur 1/2 hectare
Nous dormons d un sommeil paisible … mais un avion rase les toits et s'écrase dans le bois alentour Bruit impressionnant jean se cache sous les couvertures

Très tôt le matin , je suis sur place avec un serveur de DCA qui récupère les cartes d'identité du pilote et du navigateur . Triste spectacle deux corps mutilés une carte qui dépasse d une poche de l une des vareuses
Une cérémonie est rapidement organisée par les allemands au pied de l'église ,à quelques métres de notre demeure. Les allemands refusent notre présence…Même l’oncle F rançois ne peut accéder à son jardin Une salve brise le silence de cette sombre journée




Croix de la tombe de l’inconnu du Halifax abattu le 16 juillet 1944



La famille Hayton en particulier Edith Morel ( fille de William Hayton) établira le contact avec les familles Clark eCarr . Celles çi viendront sur la tombe située prs de l'église dans le petit cimetiére de Bursard


11 aout 44 21 à 23 heures

La nuit tombe sur le village.
La petite route départementale se déroule dans le bocage ,entre les vieilles maisons et les fermes et passe à l'extrémité de l'allée de tilleuls , à cent métres de notre mairie, Un bruit métallique et familier perce la pénombre.. En effet un long convoi de chars "Tigres" s’étire bruyamment devant nous,....il défilera ainsi une grande partie de la nuit ,ignorant totalement notre présence et la curiosité imprudente des villageois. Impassibles, le visage noirci par la poussiére ,vêtus de noir , ils imposent comme à la parade leur puisssance de feu , et leur détermination ,!
Je pense que ces chars tentent de rejoindre au Nord, le front de Normandie,par les petites routes ombragées de campagne ,en se déplaçant dés la tombée de la nuit. Ils essaient bien sûr de ne pas attirer l'attention de l'aviation alliée ....un seul char repéré et c'est la curée !

Les chenilles des chars laisserent trés longtemps sur cette route devenue soudainement cahoteuse dés l'entrée du village , de profondes ornieres,de terre et de boue , souvenir de leur triste passage.
Je prends mon journal de bord et je note ...." passage d'une division blindée à Bursard ...en route vers le front .."

Reparlons de Saint Exupéry .Ce jour en 1996 l'appareil un lightning P38 et le pilote n'ont toujours pas été retouvés . Un pilote allemand de la Luftwaffe Robert Heichele apporta les précisions suivantes . Le 31 Juillet 1944 aprés avoir décollé d'Orange avec son Focke Wulf il rencontra un lightning au dessus de Castellane ,vraisemblablement celui de Saint Exupéry . Il lui tira dessus et vit l'appareil s'abimer en mer à 12 heures 15 à 10 kilométres au sud de Saint Raphael . Malgré les recherches de l'ifremer la méditerranée n'a pas encore livré son secret aujourd'hui

Les chars sont pris d'assaut par les villageois qui tendent aux conducteur,des bouteilles d'eau,de cidre, et même de Calvados ! Des rations militaires, chewing gum, cartouches de cigarettes de marques inconnues ..Camel , Lucky Strike , philip Morris etc....atterrissent dans nos bras
Notre cousine brandit un grand panneau au dessus des têtes "welcome to you "....Plusieurs chars passent dans un nuage de poussiére "Ramassez votre pancarte ! nous sommes français " Eclats de rire !
! "

Deux voitures allemandes ignorant la libération du village,passent par hasard et sont prises à partie par la colonne blindée, et détruites séance tenante,.
Le corps d'un soldat allemand restera longtemps enseveli à proximité du lieu de cet affrontement déterminant
.
Un" mouchard",monoplan de surveillance ,nous survole en battant des ailes., Le pilote , semble à notre portée .....C'est l'accomplissement d'un rêve !

12 aout journée


Il est 10 heures , une énorme clameur nous parvient de la route d’ »essai , des chars fantomatiques surgissent d’un épais nuage de poussiére et se dirigent vers le village …..grand effroi … chars allemands ? Mais non la partie avant ’avant de ces blindés est recouverte d’une vaste toile orange heures des clameurs prolongées et ensuite des cris de joie les chars sont pris d’assaut par les villageois nous n’osons y croire et pourtant nous nous précipitons sur la route à lentrée du village . Paule a confectionné une pancarte qu’elle brandit avec enthousiasme «  Welcome « 
Nous sommes français nous répondent nos pacifiques assaillants ……
En effet il s’agissait de l’avant-garde de la 2 eme division L eclerc dont nous n’avions jamais entendu parler … La frousse nous étreint …et si les allemands revenaient

14 Avril 1996 Bursard

Un pâle soleil perce la brume ...Il est pourtant midi
Une tombe en marbre clair ,isolée dans un angle du cimetiére ( dans le fond à gauche ) avec cette épitaphe " A la glorieuse mémoire de Flying officer Francis Carr no 148458 27 Octobre 1919 30 Juillet 1944 et de Robert Henri Clark No 487 Squadron RNZAF 16 Février 1920 30 juillet 1944 Tombés en combat aérien dans le bois de la Garenne Bursard Orne RIP "

"The other generations might possess from shame and menace . Free in years to come a richer heritage of happiness they marched to that heroic martyrdom "



Raymond Jacob et Jean Nos occupants ont fait sauter la batterie n otre demeure est enfin libre je récupére un paquet de photos dispersées sous la batterie

16 Aout Midi c’est la joie …. mais non à l’extrémité de l’allée nous surprenons un fantassin allemand .. puis deux puis trois enfin une bonne dizaine Curieusement ils semblent nous ignorer… et n’ont pas distingué notre table de fêtes cachée derrière le monument Des soldats égarés , ignorant que le village a été libéré Comment vont-ils réagir ? se venger , fuir ? curieusement ils n’ont pu distinguer notre table de fête…. cachée derrière le monument
Mon père décide de les suivre à distance .les réfugiés présents refusent de nous aider De prairie en prairie .nous les suivons avec prudence ,accompagnés du capitaine jackson et de son ordonnance avant d'arrêter une jeep américaine venant d'Alençon .
Les occupants d'un camion FFI décident de leur tendre un piège à la sortie du moulin ...
Une brève fusilla et les soldats égarés se rendent sans résistance /mais une balle perdue vient se ficher dans la capot de la traction avant

La foule hostile s’est massée sur la place principale d’Essai et veut leur faire un mauvais parti je récupère dans la bataille une baionnette et des décorations jetées à tous les vents

En 1945 des représentants britanniques récompense

Noel Archer Flight lieutnant appartenant au Commonwealth war graves ami de la famille a en charge dans le cadre de sa mission d'identifier les aviateurs dont les corps sont inhumés dans les cimetières communaux .
Ainsi les deux victimes du mosquito resteront à Bursard tandis que les sept victimes que j'ai pu identifier appartenant au Halifax seront inhumées au cimetière du Mans Le Mans


A la recherche de victimes du séisme d’Agadir en février 1960 je fais la connaissance d’un cousin de Raymond Jacob volontaire employé comme moi mème dans la recherche des victimes  du séisme. Originaire de Mousai en Moselle , il se nommait Carpentier

1945 La famille Hayton et Noel Archer flight lieutnant officier britannique
qui a prété son uniforme à Charley


A Key West (Floride ) je rencontrerai en 1962 un officier américain qui me disait avoir participé à la percée d'Avranches ,et ensuite à la libération des villages environnant la région d'Alençon. avec la 3eme armée Patton .Sous le chaud soleil du mois d'Août et assommé par les rasades de "calva" il n'avait pu continuer sa route .Les haies de la verte Normandie ,c'est une chose que je n'oublierai jamais me disait il !. Au détour de chaque haie c'était l'embuscade …..... l embuscade c'était la ration de calva

J’ai enquête pendant plusieurs années auprès des services d’archives de Maxwell Alabama et correspondu avec les rescapés Je crois connaitre aujourd’hui tous les tenants et aboutissants de ce crash de Belfonds qui endeuilla notre région
En 2007 aprés 64 années de recherches et de silence j’étais contacté par un membre de la famille Hackley il venait de découvrir le rapport que j’avais exposé (en anglais et français) sur internet et ensuite la présence du nom de Hackley gravé sur le monument de Belfonds suite aux recherches communes entamées à la demande de monsieur Pavard maire de Belfonds déçédé en 2007
Hackley parachute en flammes s’écrasa après avoir sauté tardivement à proximité d’un troupeau de moutons Le gardien du troupeau effaré n’a jamais oublié cette scéne
j'ai pu obtenir des nouvelles du copilote Clifford Dartt …trahi par le fermier et livré à la kommandanture , Dartt nous assura qu’il ne remettrai jamais les pieds en France …...

Comment fut identifiée la nationalité de l avion abattu à "la Potence" en mai 1944  une semaine avant le débarquement

Dans la nuit du 22 au 23  SEPTEMBRE 1944 un avion inconnu rase les clochers de la cathédrale et s'écrase à "la potence"

Les sources ,Le compte rendu de la gendarmerie daté du 23 MAI 1944 9 HEURES           qui stipule " avion vraisemblablement allié "

En janvier 1945 soit 5 mois après la libération une voiture militaire britannique s 'arrête au haras de Bois Roussel haras occupé par des britanniques spécialisés dans l élevage des pur sang
Nous venions alors de terminer notre repas dans l allégresse la plus totale

"Perdu dans la campagne normande je ne m 'attendais pas à trouver  un fief britannique "nous reporte l un des visiteurs le  flight lieutnant NOEL ARCHER officier du MRES chargé des recherches 

Résumons la situation , la Royal air force devant l afflux des pertes subies 42000 aviateurs et les réclamations des familles venait de créer le MRES 

The Royal Air Force Missing Research and Enquiry Service 1944 - 1952   EXTRAIT

The Royal Air Force Missing Research and Enquiry Service (MRES) was set up in 1944 to trace the 42,000 personnel who were listed as 'missing, believed killed'. The demand was so great that the department was expanded in 1945.                                               Noel Archer Flight Lieutenant Noel Archer of the MRES noting details of aircrew graves at a civilian burial ground in France.
These men had no special training, and did not have the benefits that modern technology offers; only a strong desire to bring home those who had noreturned. Despite the obstacles caused by the lack of tools, the MRES was able to account for over two   thirds of the missing personnel by a thorough combing Flt Lt Ralph Laronde and Flt Lt Noel Archer and colleagues from the MRES bearing an exhumed coffin to a reburial ceremony at an official war grave somewhere in France. of the globe. Those found were identified and reinterred in Commonwealth War Graves Commission plots.
Without the commitment shown by the dedicated teams of the MRES, many families would go on not knowing what had happened to their loved one or of the location of their Final resting place. The MRES allowed families the dignity to finally grieve. The unit was disbanded in 1952
Charles hayton a revêtu l'uniforme de Noel Archer   et Noel Archer est alors en tenue civile
 photo Roger Cornevin Hayton et toute la famille Hayton

LA famille Hayton et le chauffeur de  Noel Archer à gauche avec Mme WHayton




ci dessous le compte rendu relatif à cet avion inconnu 
Identification de l’épave par l’équipe britannique du MRES 

Dés Mars 1946 soit plus de 18 mois après la libération, le MRES intervient sous la direction de Noel Archer, flight lieutenant enquêteur de la RAF et sans nouvelles précise concernant l'identité de cet avion.
Une simple lettre de l'un des gendarmes parlait d'un avion de transport.


 Noel Archer décide l’extraction des moteurs profondément enfoncés dans un sol humide et examine avec son équipe les débris de l’épave qui sont restés sur place.
Voici les termes de son intervention: 
“J'ai trouvé un morceau de fermeture éclair utilisé pour la fabrication des bottes d’aviateur. Cette pièce est canadienne car la doublure des tenues de combat canadiennes est d'un bleu plus pâle et plus éclatant que ceux portés par la RAF.
Sur les lieux du crash nous avons pu voir les ailerons de l’appareil de forme carrée typiques du Whitley et nous avons trouvé un chargeur d’une mitrailleuse VGO utilisée à l'époque sur les Whitley mais dont l utilisation fut abandonnée par la suite sur les bombardiers en service à la fin de la guerre.
Notre hypothèse fut confirmée par la découverte d 'une plaque matricule affichant le nom Whitley suivi d une série de chiffres. Sous les moteurs, pas de trace de corps…»
L’équipage en fait comprenait 6 membres d'équipage, 5 corps furent ramassés par les allemands placés dans 4 cercueils et enterrés dans le cimetière civil de Sées"



Par la suite les corps en question furent exhumés en 1946 par une unité non identifiée des forces alliées et transférés au cimetière de Bretteville sur Laize. Deux des six membres d’équipage demeuraient introuvables mais six noms seront gravés sur le monument.
Le 25 septembre 1948 ( plus de 4 années après la date du crash ) les familles Wyckoff et Goodwin, étaient informés du décès de leurs êtres chers sans autres précisions. La Royal Air Force comme on le sait n’avait pas transmis à l’administration française les résultats de son enquête. Le mystère concernant cet avion restait donc entier pour les sagiens qui avaient été témoin de ce crash.
La photo du pilote retrouvée par un sagien fut enfin remise à son épouse.


les familles avaient cessé toutes recherches après avoir été informé par leur gouvernement que
l 'avion était disparu dans la Manche avec tout son équipage

Identification de l’épave par l’équipe britannique du MRES
Mars 1946 Retrospective soit 22 mois après le crash
Des Mars 1946 soit plus de 18 mois aprés la liberation ,le MRES intervient sous la direction de Noel Archer flight lieutenant enquêteur de la RAF et sans nouvelles précise concernant
 l identité de cet avion
Une simple lettre de l un des gendarmes parlait d un avion de transport ……..Noel Archer décide l’extraction des moteurs profondément enfonçés dans un sol humide et examine avec son équipe les débris de l’épave qui sont restés sur place v
voici les termes de son intervention
Jai trouvé un morceau de fermeture éclair utilisé pour la fabrication des bottes d’aviateurCette piece est canadienne car la doublure des tenues de combat canadiennes est d un bleu plus pâle et plus éclatant que ceux portés par la RAF
Sur les lieux du crash nous avons pu voir les ailerons de l’appareil de forme carrée typiques du Whitley et nous avons trouvé un chargeur d’une mitrailleuse VGO utilisée à l époque sur les withley mais dont l utilisation fut abandonnée par la suite sur les bombardiers en service à la fin de la guerre
pour compléter ce compte rendu j apporte les précisions suivantes 


23 MAI 1944



Découverte …Les débris d’un avion inconnu …
L'avion inconnu dont nous ignorons totalement l'origine avait le nez enfoui dans le sol et la queue pulvérisée par une probable explosion.
Les corps des victimes étaient dispersés dans les haies et les buissons d’aubépine. Deux sentinelles assuraient une certaine sécurité et repoussaient les curieux peu nombreux à cette heure de la journée. Allemands et gendarmes s’affairaient alors dans les débris épars en quête d’éléments permettant d’identifier la nationalité de l’avion. Les allemands récupèrent enfin une liasse de billets de banque qu’ils s'empressent de garder (ref  PV gendarmerie ). Nos deux gendarmes découvrent la photo d’un asiatique, un foulard, une bague carbonisée et un portefeuille renfermant quelques photos dont celle d’un inconnu.

Ils ne peuvent identifier la nationalité de cet avion et le gendarme G… stipule “avion inconnu” mais vraisemblablement allié » dans le procès verbal. En final le procès verbal n’apporte rien à l’identité de l’avion ( ref compte rendu gendarme G.. ). Parmi les débris épars le brigadier de gendarmerie récupérera la bague carbonisée de l’une des victimes et un sagien la photo d’un aviateur demeuré dans les restes du cockpit. C’est le mystère total ….grand mystère qui subsistera pendant prés de 60 années... tout au moins pour les sagiens. 
Procès-verbal de la gendarmerie daté du 23 mai 1944 à 9 heures.

Aprés 58 ans en ….1998
Je retourne dans notre petite cité après plusieurs années d ‘absence et je découvre avec surprise l’ignorance et le manque d’intérêt évident de la municipalité concernant ce drame oublié aussi je décidais de conduire ma propre enquête en commençant par le cimetière communal. Le problème …. j'avais totalement oublié la date du crash ! Remuant une montagne de vieux registres présentés par le gardien du cimetière nous découvrons l'inhumation de plusieurs aviateurs anglais inconnus à la date du 22 mai 1944. Le gardien de l'époque, plus de 50 ans après, n'avait aucun souvenir de cet événement mais par contre il me faisait découvrir une tombe abandonnée qu'il entretenait soigneusement suite aux consignes formulées par les gardiens précédents. Surprise  ! la tombe était vide… et j'apprendrai par la suite que les corps avaient été transférés par des inconnus vers le cimetière canadien de Bretteville sur Laize si bien que les divers gardiens du cimetière entretenaient une tombe vide depuis ….1946 !
Le registre du cimetière communal.
A partir de cette date, j'obtiens enfin la liste de l'équipage auprès du Ministère de la Défense que je transmets au journal « Orne Hebdo » et là …. ce fut la grande surprise. A la lecture de l’article à partir des éléments communiqués par le Ministère de la défense britannique, deux sagiens rapportent au journal la photo d’un inconnu et une bague en or soigneusement restaurée et comportant les initiales WGH gravées intérieurement, et les noms de Grand Valley, et de C.A.S sur la face extérieure. 


L'équipage du WHITLEY V  AD701 de la ROYAL CANADIAN AIR FORCE.
DAVID WEBSTER GOODWIN FLYING OFFICER - PILOTE
RCAF - J/25874
24 ANS
KALEDEN, BRITISH COLUMBIA
WILFRED GORDON HARRIS
SERGEANT - MITRAILLEUR
RCAF - R/115064
23 ANS
GRAND VALLEY, ONTARIO
JOSEPH HONG
FLYING OFFICER - NAVIGATEUR
RCAF - J/37185
21 ANS
WINDSOR, ONTARIO
JACK HOPPER
SERGEANT - MITRAILLEUR
RCAF - R/80789
21 ANS
TORONTO, ONTARIO
JOSEPH GASTON JACQUES
WARRANT OFFICER - MITRAILLEUR
RCAF - R/108393
28 ANS
DRUMMONDVILLE, QUEBEC
CHARLES BEVERLY WYCKOFF
FLYING OFFICER - BOMBARDIER
RCAF - J/26695
23 ANS
VITTORIA, ONTARIO



15 Août
Ivres de gaieté nous avons décidés de fêter l’évenement dehors , autour d’une grande table .
Nous sommes ainsi installés prés de la porte d’entrée de notre vaste demeure et nous
découvrons ainsi toute la longueur de l’allée de tilleuls . L’ambiance est à l’expression d’une
joie démesurée et nous mesurons dans un optimiste général le chemin parcouru depuis plus
de quatre années .
Soudain .... mais je ne crois pas rêver . Une ombre se profile là bas prés de l’entree,derriére le
premier tilleul . Avec surprise je finis par distinguer la haute stature casquée d’un guerrier du
reich . SS , wehrmacht ,parachutiste ? C’est la stupeur et cette apparition stoppe brutalemnt
l’animation de la tablée . Plus un mot n’est échangé ,nous sommes tous figés dans une
immobilité inquiéte et silencieuse devant cette appariton insolite
Ce soldat nous a t il vu ? Il marque un temps d’arrêt à l’entrée de l’allée ,observe les environs
et reprend sa marche prudente ,courbé en deux ,vers la sortie du village . Un second ,un
troisiéme apparaissent bientôt en file indienne . C’est enfin huit soldats armés jusqu’aux dents
qui passent ainsi devant l’extrémité de l’allée en nous ignorant complétement . Je ne
comprends pas comment ils n’ont pas pu nous apercevoir ...
Peut être ces irréductibles ignorent ils que le village vient d’être libéré ....,ou encore affamés
sont ils en quête de quelque nourriture .? A coup sûr ils viennent des bois environnants .
Equipés comme des guerriers au combat , Mauser ,fusil mitrailleur, ils sont munis d’
armement impressionnant , complété par les grenades à manche passées dans la ceinture . .
Aprés quelques minutes d’intense émotion , je décide de suivre mon pere .
Notre curiosité nous incite à tenter de les suivre à .distance ... bien sûr . Ils traversent avec
prudence et à pas lents le village scrutant méticuleusement les environs
Des réfugiés du Nord sont là ,au bord de la route ont aperçus ces soldats encore sur le sentier
de la guerre . lLes réfugiés ne voulant pas prendre de risques préférent s’esquiver …
Le petit groupe armé , peut être avide de revanche , traverse avec précaution , la route Essai
Menil Erreux et suivant une épaisse haie ,à travers champs prend la direction du moulin de
Sou . Nous tentons de repérer leur itinéraire …
Une Jeep américaine venant d’alençon surgit à grande vitesse sur la nationale avec deux
occupants . Nous nous plaçons en travers de la route . La jeep stoppe devant notre insistance
et nous nous lançons dans une longue explication pour expliquer notre découverte Un
capitaine et un sergent ( le capitaine Jackson et le sergent ....)nous demandent si nous
acceptons de les aider .
,Armés d’un fusil à répétition et d’un revolver et nous dissimulant derriére les haies nous
tentons de suivre prudemment et à distance l’ escouade de guerriers du reich ...
C’est la premiére arme que je tiens entre mes mains ...et je ne sais pas trop comment m’en
servir
Aprés dix minutes d’une lente et prudente filature , ponctuée de plats ventre derriére les
haies ,le capitaine Jackson découvre enfin que notre tentative est d’avance vouée à l’échec et
estime devoir abandonner la partie
Après nous avoir quitté après de nombreux
remerciements il me fait cadeau de l’insigne du
corps d’armée
Nous traversons la nationale Essay Alençon au
moment où un camion de FFI passe accompagné
d’une traction avant barriolée de peinture blanche et .déjà couverte de croix de Lorraine

Notre groupe est conduits par un ami de la famille vers le moulin de Sou où une embuscade
est tendue aux allemands ,à la barriére d’un champ . Quelques minutes d’attente et nos
guerriers apparaissent enfin à la lisiére d’un bois
Sommation d’usage par les FFI ,...un allemand prend la fuite ,et bientôt abandonne dés le
premier coup de feu . ;
Ses compagnons d’évasion se rendent sans crier gare . Une balle égarée vient se figer dans le
coffre de la traction
D’où vient cette compagnie ? Occupants de chars détruits , fantassins abandonnés ?
Sur la grande place d’Essai ,une foule excitée est rassemblée . Elle veut lyncher les soldats .
Casques ,armes mauser ,mitrailletes baionettes , sont bientôt la propriété des villageois
déchainés . Les décorations sont jetées à tous les vents
A quoi bon commenter !
J’apprendrai beaucoup plus tard que deux soldats allemands furent abattus dans cette
échaffourée dans des circonstances demeurées mystérieuses ....
























Gorée.... Ile d 'histoire .....






Voilà ce que  j 'ai retenu après  trois années passées au Sénégal Souvenir de trois années passées a Dakar Bel air ou j exerçais la spécialité de radariste sur Sunderland
Chaque jour je survolais l ile de Gorée  aussi bien au décollage qu a l'amerrissage.......une douzaine de décollages et d'amerrissages par matinée ...
je ne pouvais donc faire autrement que de songer et de rêver en dehors des perçées radar au spectacle qui se déroulait sous la coque de    l'hydravion .....les   contours  de ... l ile de Gorée 

Parlons donc de cette petite île  de Gorée   située à 3,5 km au large de Dakar et des côtes du Sénégal,
 Elle fut  du XVe au XIXe siècle le plus grand centre de commerce d'esclaves de la côte africaine

Gorée 28 ha petite ile,longue d un kilomètre au plus ; située dans une mer intérieure au centre de l 'anse dessinée par l éperon rocheux qui porte Dakar  Il ne faut que quinze minutes  aux vedettes à vapeur pour aller d un lieu à un autre

Mais mes lectures et mes découvertes me faisaient comprendre que l histoire du Sénégal était marquée par l histoire de Gorée et chaque vol au dessus de cette ile pleine d histoire me faisait rêver
Petite ile témoignant d 'un passé particulièrement douloureux et d’une expérience humaine sans précédent dans l’histoire des peuples.



                             Ile de Gorée
 
Son histoire   apporte alors un témoignage exceptionnel sur l’une des plus grandes tragédies de l’histoire des sociétés humaines : la traite négrière. 
— Forts, bâtisses, rues, places, etc. — racontent, chacune à sa manière, l’histoire de Gorée qui a été du XVe au XIXe siècle le plus grand centre de commerce d’esclaves de la côte africaine.
 Son architecture est caractérisée par le contraste entre les sombres quartiers des esclaves et les élégantes maisons des marchands d'esclaves.
Le  president des Etats unis o Bama  lui-même attiré par la terre de ses ancêtres du Kenya marqua un point d honneur à vouloir  visiter en  2013 le continent qui avait vu naitre ses ançêtres  et surtout rendre hommage à l’immensité des esclaves noirs qui avaient quitté par la force leur terre natale .
Goree Island
Île de Gorée


Un quart d'heure en chaloupe suffit pour relier Gorée au reste du continent. D'une superficie de 28 hectares, l'île attire de nombreux visiteurs qui ressentent une émotion particulière en parcourant ses ruelles étroites et paisibles.  
Trois siècles durant, de nombreux africains ont été réduits à l'esclavage et embarqués, à partir de l'île de Gorée, en direction du continent américain.
Dans la fameuse Maison des Esclaves, à quelques encablures de Dakar on peut encore voir les cellules des femmes, des hommes ou des enfants, les cachots pour les rebelles, la porte pour le «voyage sans retour» donnant sur l'océan, et l'escalier à double révolution conduisant aux appartements des négriers
http://i47.servimg.com/u/f47/14/17/85/70/1960_c11.jpg
Image

HISTORIQUE DE L'ESCLAVAGE ET DE LA TRAITE
Ecrire sur l’esclavage et la traite des Noirs est douloureux et périlleux,mais l histoire (de 1550 à 1850)est là présente pour nous rappeler un certain nombre de faits témoignant de l horreur de la traite et du terrible comportement des négriers
Cet   événement nommé " la traite des noirs " marqua l’histoire de l’humanité : À cette époque, les Européens amenèrent entre 10 et 12 millions d’esclaves africains en Amérique, par bateau. Cet événement a marqué de façon particulière et dramatique le cours de l’histoire sur tout le continent américain.

 j ai pu trouver une explication lors de mes recherches sur le sujet

Les pertes en vies humaines commençaient lors de la chasse aux futurs esclaves, se continuaient pendant leur acheminement jusqu'à l’embarquement sur la côte atlantique puis lors de la traversée. 
Résultat de recherche d'images pour "THE NOMADES PORT ETIENNE NOUADHIBOU"On estime à 30% le nombre de captifs finalement débarqués sur les côtes Américaines ou autres tel le Brésil
 En effet, à cette époque, plusieurs grands pays européens, désireux de s’approprier davantage de territoires et de richesses, ont mis en oeuvre des expéditions visant à découvrir de nouvelles terres à exploiter. Les pays européens ont donc envoyé des colons pour peupler les nouvelles colonies européennes d’Amérique.
 Les colons avaient le mandat d’exploiter ces nouvelles terres étrangères et d’en tirer des ressources naturelles (or, argent, café, sucre, coton), qui allaient permettre aux Européens de s’enrichir.
C’est entre 20 et 100 millions d’hommes et de femmes, qui furent perdus pour le continent africain et livrés au destin  la plus affreux
Au Sénégal, il y avait un esclave pour un homme libre et, dans certaines régions quatre à seize esclaves par homme adulte libre.

L’esclavage et le servage ont donc  été à la base de l’économie de la plupart des civilisations et  furent  abolis en France en 1848



Presqu ile du cap vert (ci dessus )

Le climat de Dakar lui ;;; a sa celébrité ,Chaleur sénégalienne est devenu synonyme de température a peu prés infernale 
Ce n’est pas toujours le cas ... . de la Toussaint à  la Pentecôte le soir il fait frais comme en France aux beaux jours de la fin du printemps ,le ciel est d un bleu merveilleux sans nuages
Seule l’heure du midi sous un soleil implacable reste dure, les visages sont joyeux, les santés altérées 
En juin les choses se  gâtent  … Non seulement le thermomètre grimpe allègrement  mais ce qui est plus grave la chaleur devient humide ,le ciel se couvre de nuées opaque et des orages furieux chassent sur le pays des averses dévastatrices
En septembre et octobre la queue de l’hivernage donne parfois à la côte sénégalaise la température d un bain turc ,les européens sont alors dévorés par la bourbouille   Petits et Grands en sont les victimes
Jour et nuit la sueur baigne les corps, les vétements ;;;; tout effort épuise.... on transpire à outrance
La ville est comme plongée dans une douce torpeur Les noirs allongés dorment affalés sur les bancs ou sur les trottoirs ,plongés dans la moiteur du midi

A ce sujet un simple séjour a Port etienne   1000  km au nord température séche et élevée 38 degrés humidité 35 pour cent suffisait a faire disparaitre cette maladie de peau insupportable 



Donc Retour a Bel air ... et  cap sur Port Etienne


Une bordure  mouvante d écume  blanche...... la barre  …elle règne partout   quel que soit l'état de la mer Il  est toujours périlleux de la franchir
et enfin........ Port Etienne














............................................................................................................................................................









                                                          
Résultat de recherche d'images pour "nichonville"
J

                                                     
 27 octobre  1955  Notre Sunderland  Escale à Port Etienne 
Arrivons de Port Lyautey

Aux confins du sahara dans le souffle de l atlantique s 'étendent des terres qui paraissent échapper à l histoire 
A cet instant de ma jeunesse le verbe vivre a changé de sens Je découvre une terre nouvelle ,son immensité 


Le phare Copoloni et le cap Cansado sont en vue. Un appel de la tour de contrôle et notre hydravion se  pose  par un  vent de sable aveuglant  ,trainant un long sillage  d'écume   ,sur le  plan d'eau de Port Etienne battu par les alizés soufflant dans   la baie du Lévrier  
Un groupe de boscos de la marine nationale  s'agite en tous sens et nous indique l'emplacement de la  bouée d'amarrage . Hydroplanage ,  approche prudente  ,la bouée est prise sans coup férir ,par un membre de l'équipage muni d'une longue gaffe.   Exercice de routine pour un équipage entrainé. 

Notre chaloupe accoste au vétuste appontement de bois , secoué par le ressac., planté au bord d'une longue gréve blanche où des barques délabrées et de vieux chalutiers achèvent de disparaitre,noyés par   une longue  coulée de sable 
A chaque  décollage je me poserai cette éternelle question..Pourquoi ces bateaux en plein délabrement sont ils venus mourir si  loin de leur port d'attache ?


 ARRIVEE DE PORT LYAUTEY   PRISE DE BOUEE




Réves de jeunesse Mermoz ,Saint Exupéry avaient non  seulement survolé cette région mais connu les pires vicissitudes 
D' autres l écriront mieux que moi mais cela ne m empêche pas d ' apporter  ma petite pierre a  
 l' édifice 



plan Jean yves  Blot
La baie du lévrier est une vaste baie  située au nord-ouest de la Mauritanie  à proximité de la frontière avec le Sahara occidental  La baie sépare le Cap blanc de la côte principale. Ses eaux calmes abritent le port de Nouadhibou , nommé Port Étienne avant l'indépendance.




la base marine de Port Etienne lors de notre arrivée

Au loin la blancheur des maisons de forme semi sphériques de Port Etienne se détache sur la teinte unie des  dunes.

 Nom trés pitoresque porté par cet ensemble de maisons de forme arrondie



Résultat de recherche d'images pour "nichonville"Une  vedette de la marine accoste pour les pleins de carburant... visite aprés vol ...vérifications diverses par l'équipage  ..Parés pour un prochain décollage . ; ; ;
Au loin la blancheur des maisons de forme semi sphériques de Port Etienne se détache sur la teinte unie des  dunes. Elles semblent construites sur le trajet du vent , qui balaie la baie  avant de traverser le village .Deux miradors , plusieurs "demi tonneaux"    de  type  Nyssen...C'est  la base marine ... !


A une vingtaine de km au sud de Port Etienne se dresse tout au bout de la péninsule  le phare du cap blanc que nous survolerons chaque jour pointe, la plus avancée du continent saharien
je me posais donc l éternelle question " mais ou est donc enfouie l'épave de la méduse "
Pris dans le cadre d une mission et sans moyens de recherches efficaces il nous était difficile d apporter le moindre résultat Notre seule arme, le radar centimétrique don l 'écran laissait apparaitre tous les objets présents a la  surface de la mer ,bateaux de pêche et objets les plus divers .sans compter  un" retour de mer " dissimulant par sa présence tout objet flottant  En résumé aucun moyen de découvrir l écho de l épave située a quelques mètres de profondeur et noyée dans les méandres des bancs de sable émergeant a marée basse
 Corvée en perpective pour l équipage .....les dégats causés par les mouettes

Une rencontre inattendue .....



Ce  problème que Je me posais jean yves Blot l' a résolu ...
Ecrire ce que je ressens   lors du survol de   cette mer hérissée de bancs de sable émergeant a marée basse  est indéfinissable   

 Au terme d un immense travail jean yves Blot archéologue sous marin infatigable , historien, plongeur; hommes de talent qui possédait toutes les qualités de l explorateur et de la connaissance historique mit un terme en 1980 a toutes mes interrogations
Invités sous la tente ......pour un thé fort et sucré
IL réalise le rêve de tant d autres et  retrouve avec son équipe    l 'épave de la Méduse sur les bancs d' Arguin.... la frégate disparue depuis 1816



Distingué à l'île Maurice par ses travaux importants sur l'épave du Saint-Géran, le bateau de Paul et Virginie, il crée, sous la présidence du professeur Théodore Monod, le « GRIEEM » (Groupe de recherche pour l'identification et l'exploration de l'épave de La Méduse).;;;;;;;

La véritable histoire du radeau de La Méduse devient alors un véritable hommage à l'instinct de survie des naufragés, aller jusqu'au bout de leur humanité – voire au-delà –, à la rage de créer chez Géricault et à la volonté indéfectible de comprendre de la part des chercheurs contemporains les causes de ce drame 
Un récit émouvant qui soude la mort, l'art et la mémoire.( ref a GRIEEM » (Groupe de recherche pour l'identification et l'exploration de l'épave de La Méduse).

"Ils partirent à 151 et arrivèrent à 15… Qui connaît la véritable histoire du Radeau de La Méduse ? Peint en 1819, le chef-d'œuvre romantique de Théodore Géricault a atteint une telle renommée qu'il a depuis occulté le fait divers réel qui l'a inspiré. En juin 1816, un navire français, La Méduse, quitte le port de Rochefort en direction du Sénégal. Son équipage, composé de civils, fonctionnaires, marins et soldats doit s'installer dans cette ancienne colonie restituée par l'Angleterre. Mais par la faute de la cartographie aléatoire de l'époque et de l'imprévoyance de son commandant, La Méduse s'échoue sur un banc de sable, au large de la Mauritanie. Les canots de sauvetage se révélant en nombre insuffisant, 151 passagers sont sommés de prendre place sur un radeau de fortune de 20 mètres sur 12, avec cinq tonneaux de vin en guise de vivres. Seuls 15 d'entre eux survivront, secourus par un autre navire français, L'Argus, après treize jours de dérive. Quels terribles événements expliquent ce décompte macabre ?"

Depuis cette époque, et aussi longtemps que les structures noircies de la coque se dressaient encore au-dessus des eaux vertes du banc d'Arguin, il est probable que l'épave fut « visitée » à plusieurs reprises par des pillards à la recherche du « trésor » : trois barils contenant 90 000 pièces d 'or"

je me suis largement inspiré des observations liées aux découvertes de jean yves Blot  ....Il m'était difficile de faire autrement ....

"L, essentiel de l'anomalie que l on doit  attendre est donc composée d objets en fer massifs, canons ,ancres Nous disposons de magnétomètres pour détecter l' épave mais rien pour localiser la zone de recherches
La CSEE dispose du Sylosat pilier du positionnement en mer l'endroit ou se perdit la frégate découverte de l'épave grâce aux moyens du positionnement satellite de l'époque (SatNav).
Nous allons évoluer sur la partie du banc d 'Arguin la plus exposée   la houle celle ou les hauts fonds sont plutôt inquiétants entre trois et cinq mètres 
 --------------------------------------------------------------------------
L' anomalie magnétique vient d 'être retrouvée ... une forte concentration de fer et acier Les deux plongeurs sont enfin prêts notre bateau  jette l ancre a proximité du lieu de l 'anomalie constatée
Les minutes passent interminables;;;
Soudain une voix jaillit du haut parleur , sa voix ressemble a un vol de perruches au dessus d ;un champ de tournesols...
Des noms fusent ....canons de fer ,clous de cuivre , la voix répéte «  c est la méduse il n 'y a pas a tortiller c est la méduse
Nous sommes en décembre et l eau n est certainement pas a 22 degrés la Visibilité ne dépasse pas un mètre, un mètre cinquante la profondeur n 'est que de 5 a 6 mètres,le fond est de sable comme prévu , un morceau de métal oxydé apparaît
Au fur et a mesure de ma progression surgit le décor habituel d une épave ancienne … une tige métallique de forte section apparaît cette tige est la verge d une ancre, je découvre une seconde ancre posée sur le sable
Voilà justement un canon camouflé sous une immense gangue de calcaire .... tiens un autre.... un autre encore....
et soudain c est le choc une lueur dans le brouillard vert une cheville une grosse cheville de cuivre... l épave est celui  d'un navire de guerre........."


Le documentaire fiction d'Herlé Jouon raconte l'histoire d'une métamorphose : celle d'un des faits divers les plus dramatiques de la marine militaire en un des chefs-d'œuvre les plus percutants de la peinture française.

NOTE Le professeur Monod a une longue relation avec le banc d'Arguin. C'est à son initiative que le gouvernement mauritanien a transformé cette zone en parc national en raison de son extraordinaire richesse en poissons, qui en fait un lieu d'escale favori de millions d'oiseaux migrateurs.
 


Mais c'est aussi historique .....où l'on voit qu'un incompétent bien né M. de Chaumareys est nommé capitaine pour ce qui devait être une navigation de routine : transporter des émigrants à Saint Louis du Sénégal. Mais son incompétence n'avait  d'égale que
 Son ignorance de la navigation

souvenir de vol

  1955  Notre Sunderland  Escale à Port Etienne  
Arrivons de Port Lyautey( aujourdh'ui Kenitra )

Le phare Coppoloni et le cap Cansado sont en vue. Un appel de la tour de contrôle et notre hydravion se  pose  par un  vent de sable aveuglant  ,trainant un long sillage  d'écume   ,sur le  plan d'eau de Port Etienne battu par les alizés soufflant dans   la baie du Lévrier  
Carte du cap Blanc, aujourd'hui râs Nouâdhibou (1958)Un groupe de boscos de la marine nationale  s'agite en tous sens et nous indique l'emplacement de la  bouée d'amarrage . Hydroplanage ,  approche prudente  ,la bouée est prise sans coup férir ,par un membre de l'équipage muni d'une longue gaffe.   Exercice de routine pour un équipage entrainé.

Notre chaloupe accoste au vétuste appontement de bois , secoué par le ressac., planté au bord d'une longue gréve blanche où des barques délabrées et de vieux chalutiers achèvent de disparaitre,noyés par   une longue  coulée de sable 




,La bouée est prise sans coup férir ,par un membre de l'équipage muni d'une longue gaffe.  

Devant nous..... notre campement des années 50.....le vent et le sable


 C est ce cap qu 'a manqué "la méduse "dans la nuit du 1er au 2 juillet 1816 A une vingtaine de km au sud de Port Etienne tout au bout de la péninsule se dresse le phare du cap blanc pointe la plus avancée du continent saharien avant l' infléchissement de la côte vers le sud repère essentiel aux navigateurs
Carte du cap Blanc, aujourd'hui râs Nouâdhibou (1958)
Au delà 100 km plus bas s 'étend un vaste traquenard;..... des milliers de km 2   d un banc  de sable a peine immergé que les navires doivent à tout prix contourner par le large 



















 A marée haute ces bancs de sable sont invisibles et présentant un réel danger pour le navigateur non averti 
J ’ai  eu recours à mon  carnet de vol  jauni par le temps et bien rangé dans le fond d’un tiroir …je lis    20   séjours à Port Etienne et autant de survols de l’ile Tidra et des bancs d Arguin   Au cours de nos missions sur Port Etienne de 1955 à  1957  J’ai donc  survolé comme beaucoup d autres la  Mauritanie ,ses plages désertes , ses dunes , ses massifs rocheux  et enfin les bancs d Arguin  …Il m’était donc difficile de rester indifférent à la tragédie de  cette  frégate disparue dans la région au siécle dernier …..la  Méduse  tragédie reprise par les écrivains de l époque Et pourtant chaque jour en cours de vol ‘ aucun membre de l équipage  ne se posait  la question ignorant le drame qui s était déroulé le siécle précédent au large de cette région désertique
                                            Notre Sunderland amarré  à la bouée

Assailli par les mouettes ....!
Les maures  nous invitent sous leur tente pour un thé fort et sucré
Seul sur la planéte !


                                                                                                                                                  
Notre Survol journalier du Cap Blanc, promontoire rocheux et désolé sur fond de brume la baie du Lévrier  Plus désolé ,.plus stérile encore que le reste de la côte ... Pas le moindre buisson sur la côte sablonneuse ,pas le moindre relief que l'homme est en droit d'attendre du plus aride  des paysages ..et pourtant c'est le plus surprenant  refuge d'oiseaux marins de la planète ....mais c’est là aussi que nous  réalisons entre deux vols  les plus belles pêches en espérant que les requins ne viendront pas troubler notre quiétude de pêcheur amateur     


Distinguer en dessous de nous l’emplacement approximatif du naufrage c ‘était rechercher une aiguille dans une botte de foin…
 
En survolant ce lieu désertique ,de notre couche de  nuages   il nous est facile de distinguer sans efforts cette eau d'un vert profond qui s'éclairçit  lors de la présence d'un banc de sable effleurant  la surface de l'eau C'est   en effet le fameux banc d'Arguin, un immense banc immergé ,une plate forme sous marine située bien au large constamment recouverte d'eau... Une immensité d'eau de  faible profondeur à différents endroits cachant comme on le sait … un  gigantesque  piège aux marins non informés ..Ce sont les bancs de sable  ….’C est là que  la Méduse s’échoua un beau jour de 1816 

Le privilège de survoler cette région et de découvrir sous un ciel limpide les bancs d’Arguin  ,incite inévitablement à vouloir évoquer et comprendre les causes de ce drame

Inexpérience du capitaine ou cartes mal renseignées ? Le sujet a été largement traité !
Nous tentons quand même quelques approches radar ;;; Ne serait ce que pour évaluer  le point de ce  naufrage célébre ,mais rien ce jour  ,ne dissipera la part de mystere qui enveloppe cette disparition Face a cette terre aride la méduse s'est choisie la plus austère  des tombes , « les bancs d’Arguin » un immense plateau  à fleur d'eau ,vaste banc de sable ….qui émerge à marée basse ... quelque part au sud du cap Blanc par le travers de l'ile Tidra 


 Notons la position exacte du naufrage en 1816 que nous survolions pratiquement chaque jour dans le cadre de nos missions 
20 degrés de latitude nord 17 degrés west par le travers de l ile Tidra    ( 5 metres d'immersion environ  100  miles au sud de Port Etienne ( Nouadhibou) notre base d hydravion Sunderland 

 
Sunderland ...décollage !!!!

Recherches de l 'épave de la méduse ( suite )


La réponse je la trouverai 50 années plus tard ….lors de la lecture de l’ouvrage d un remarquable explorateur des fonds marins jean yves Blot
Découverte de l’épave en 1980 .donc 25 ans aprés notre séjour à Port Etienne


Je fais référence à son ouvrage « Chronique d’un naufrage ordinaire «publié en 1980
Dans le cadre des moyens de recherches, l’exploration aérienne , le sonar que l on utilise dans nos escadrilles ,les sondeur à sédiments , le scanner à infra rouges apparaissaient d’emblée inutilisables
Restait le magnétométre à protons mis au point pendant la seconde guerre mondiale lors de la recherche d’un moyen de détection des sous marins en plongée et qui devait permettre de déceler les parties métalliques issues de l’épave et réparties sur une centaine de metres carrés
La chance sourit enfin à l’expédition , une anomalie magnétique de 1000 gammas est repérée puis confirmée ( reference faite à l ouvrage de jean yves Blot) Deux plongeurs confirment la présence d’une épave et revenus à la surface annoncent la présence sur le fond de canons de fer et de clous de cuivre L’enthousiasme est grand …. ce ne peut être que la Méduse

Jean yves Blot plonge à son tour dans une eau opaque et glauque La visibilité ne dépasse pas 1 mètre 50 et la profondeur est limitée à 5 ou 6 mètres
« Quelques herbes épaisses poussent ça et là …. une épave ancienne surgit….rongée par plus d’un siècle de séjour sous marin Des poissons hantent le
fond …..
les minutes passent interminables;;;

Soudain une voix jaillit du haut parleur , sa voix ressemble a un vol de perruches au dessus d ;un champ de tournesols...
Des noms fusent ....canons de fer ,clous de cuivre , la voix répète «  c est la méduse il n 'y a pas a tortiller c est la méduse
Nous sommes en décembre et l eau n est certainement pas a 22degrés la Visibilité ne dépasse pas un mètre, un mètre cinquante la profondeur n 'est que de 5 a 6 mètres,le fond est de sable comme prévu , un morceau de métal oxydé apparaît
Au fur et a mesure de ma progression surgit le décor habituel d une épave ancienne … une tige métallique de forte section apparaît cette tige est la verge d une ancre, je découvre une seconde ancre posée sur le sable




En conclusion quelle que soit la vérité ,c’est l’horreur du drame  du radeau mis en évidence par la réaction de l’opinion publique devant le tableau de Géricault   qui retiendra l’attention .La rencontre du drame et d’une œuvre exceptionnelle exaltant et fixant  l’image de ces hommes désespérés  n’a pu  laisser indifférents les amateurs de sensations fortes 

Incendie a bord

 Le 30 décembre 1953 noroit no 22    nous décollons pour un vol de  huit heures ,  pleins complets , équipage entrainé , plein beau temps Le ciel est bleu sans nuages et les derniers reliefs de la côte s estompent au loin
Soudain une fumée .... envahit  le cockpit Un incendie se déclare .....  Réaction instantanée du pilote «  Coupez le radar «  ..Une grosse fumée aveuglante.. Inquiétude générale  .... le feu se propage rapidement  dans l aile gauche
Manoeuvre délicate …Le pilote dans un réflexe de circonstance plonge l hydravion vers la mer …le choc est brutal ....l hydravion rebondit sur les crêtes de vagues  Le feu prend des proportions ;;;
Précipitation vers les  dinghies de sauvetage 
 le pilote, homme d 'expérience lutte pour maintenir l avion en ligne de vol 
Les flammes surgissent et nous aveuglent Posés en catastrophe  i.C'est  la chasse aux gilets et aux canots de sauvetage Plongeon dans l eau glacée Mais que l èau est  froide!
Me voici seul dans mon dinghie Isolé …mae west équipée , flottant  au grès de ce  vent de décembre sur les eaux agitées de la méditerranée…
Heureusement initiative  le radio de bord avait eu la bonne idée de lancer un SOS …. 
Aprés deux heures d' errements sur les eaux froides   nous voici  environnés de bateaux .....Enfin  recueillis  par tout ce qui pouvait naviguer dans notre secteur  Bateaux lançés à notre recherche pendant que notre vaisseau se consumait lentement mais sûrement ..berçé par ce vent d hiver glacial et pénétrant 
Un disparu toutefois Un membre d équipage...le médecin .... Guidé par son instinct   aventureux il  avait  formulé le désir de participer à notre vol et  quitté l avion en toute indépendance …retrouvé aprés de longues heures de recherches  il nageait alors désespérément ,porté par le vent violent , mae west perforée et le corps couvert de fluorescéine , teinture artificielle qui lui donna pour une semaine l’apparence d’un mort vivant

 Il ne remettra plus jamais les pieds sur cet avion..... nous assure t il !

 Mais que l 'eau était froide  en ce 30 décembre !



Publié il y a 4th December 2016 par roger cornevin-hayton

Re: ESCADRILLE 53 S


Afficher l'image d'origine

 La première installation de la 
marine française remonte au moins à 1917 (premier commandant de la base). Accueillant des hydravions avant guerre, la base est endommagée pendant les combats de la Seconde Guerre mondiale : occupée par les Allemands à partir de novembre 1942, elle est bombardée plusieurs fois puis reprise par les Américains en mai 1943.
Remise en état après guerre, la BAN Karouba abrite plusieurs unités dont la flottille 9F et la flottille 17F.

 Deux semaines auparavant dans les eaux de la méditerannée l’un de nos hydravion avait pris feu en vol alors que nous partions pour une mission de huit heures
 Quelques aventures  lors d un vol navigation Une fumée
Résultat de recherche d'images pour "dinghie de sauvetage"noire se dégage du poste radar et le feu attisé par les filets d’air se développe rapidement dans l’aile gauche 

Notre salut nous le devons  a une évacuation rapide des lieux et un saut précipité dans les dinghies de sauvetage Un bateau averti par SOS vint à notre secours alors que l’incendie à bord faisait rage et pendant ce temps nous naviguions sur les flots agités poussés par le vent du nord
Mais où est donc le médecin que nous avions embarqué pour un vol d 'accoutumance ? Disparu ! nous le retrouvons en fin d après midi couvert de fluorecéine nageant désespérément vers la côte


Résultat de recherche d'images pour "NOROIT"

Bizerte  le port  
A la recherche de l 'épave d un" noroit"sur le lac de Bizerte

PLUSIEURS COURS AUX ETATS UNIS DANS LES ANNEES 60 ME DEMONTRERENT QUE CES RECHERCHES AURAIENT PU ËTRE ABREGEES PAR DES MOYENS DE DETECTION ET DE LOCALISATION APPROPRIES 

Résultat de recherche d'images pour "BASE KAROUBA"Résultat de recherche d'images pour "LAC DE BIZERTE"


Seul à la tour de contrôle la vision de cet hydravion en chute libre avant un amerrissage je crois que je ne pourrai jamais l' oublier
et mon irruption soudaine dans le bureau de commandement fit forte impression parmi les membres du service administratif
Une lourde inquiétude toutefois  Remontant avec le commandant de la base au sommet de la vigie .....nous découvrons  la surface  
du lac agitée par  le vent  .....l écume des vagues ... le calme absolu .....
Regard interrogateur du commandant et plutôt sceptique....
. J'avais révé ? je commençais à douter ..
Mais non.... après 10 minutes d 'attente angoissante un morceau de la coque remonte ,puis deux ,puis trois ..et enfin une partie importante du poste pilote 
Devrais je dire soulagement;.?.. je réalise que je ne m 'étais pas trompé Au même moment confirmation de la catastrophe Quelle sensation bizarre!et quelle contradiction dans mes sentiments !








A la tour de contrôle et seul témoin du crash d un hydravion "noroit " avec huit occupants je m attendais donc à être désigné pour les recherches de l 'épave Huit hommes a bord !Un seul survivant grièvement blessé 
La progression des scaphandriers sur les fonds sablonneux du Lac de Bizerte couverts de hautes herbes semblait interminable   
Nous étions en 1954  et aucun moyen de détection n 'était en      mesure de détecter une masse métallique par 30 mètres de fond De mon bateau de secours je ne pouvais qu' organiser les zones de recherche Par contre  j étais en mesure de constater l'épuisement des scaphandriers 
 Un fonds marin couvert 
d herbes  et de sable 

cliquez pour agrandircliquez pour agrandir
Résultat de recherche d'images pour "hydravion noroit"



Résultat de recherche d'images pour "NOROIT"

                                                                    
 Résultat de recherche d'images pour "cap blanc afrique"

 
Résultat de recherche d'images pour "PINTEREST BIZERTE"



Résultat de recherche d'images pour "PINTEREST BIZERTE"
Depuis une année aprés une arrivée de rêve sur la" ville de Tunis" le premier juin soit une semaine après la naissance de Pascale nous décidons avec mon beau père de visiter les ruines de Carthage Ce premier juin jour mémorable nous prenons un car direction Tunis A bord c est l 'euphorie des grands jours,cris de joie ,chants démonstration d enthousiasme 
Privés d informations nous ignorions totalement que Bourguiba revenait d exil et que tout un peuple  attendait son retour avec passion

Résultat de recherche d'images pour "RETOUR D EXIL BOURGUIBA"Résultat de recherche d'images pour "retour bourguiba exil"

Bien sûr pas de guide sur le site de Carthage le désert !si bien que nous décidons de visiter le site en totale liberté ! 

Résultat de recherche d'images pour "PINTEREST ALGER"



Nous quittons Bizerte Décollage de la base de  Karouba dans une gerbe d’écume …un dernier salut à Bizerte ,sa plage bordée de palmiers,et  sa médina . Une pensée pour Bourguiba chevauchant en juin 55 un fringant cheval noir    et franchissant  au galop les remparts de la ville comme tous les grands héros de l’histoire 


Afficher l'image d'origine



Résultat de recherche d'images pour "prise de bouée hydravion"







Cap sur Alger et Port Lyautey( aujourd’hui Kenitra) Un regard en passant sur Tabarka et ses fonds transparents. Dans le lointain les eaux vertes du lac  d'El Mellah brillent au soleil . Un souvenir de vol ..un amerrissage en douceur  sur ce lac non pas sur Noroit mais sur Dornier Notre hydravion nous avait conduit tout droit  ,dans l’épaisseur des feuillages d’ un  village  blotti  dans la verdure ... Les habitants stupéfaits vinrent nous prêter mainRésultat de recherche d'images pour "VILLAGE PALMIERS"forte en nous aidant à hâler notre hydravion vers le rivage . Dans le calme de cette nature ,  un   pic nic   consistant auquel participeront  quelques habitants est  improvisé dans une totale allégresse  .
Résultat d’images pour VEGETATION TROPICALE

Résultat de recherche d'images pour "COTE ALGERIENNE EL MELAH"

 

Résultat de recherche d'images pour "EL ELLAH LAC"


Résultat de recherche d'images pour "lac el mellah algérie"


Résultat de recherche d'images pour "PINTEREST COUCHERDE SOLEIL"
C'est enfin  Constantine ,et le tumultueux fleuve du  Rummel , mais aussi Alger étalée à flanc de montagne ,dans la lumiére  .
Au nord de Tanger, les côtes d’Espagne et la ville forte de Tarifa ….et au loin ,à travers les brumes, le profil sévére du rocher de Gibraltar
Résultat de recherche d'images pour "le rummel"

Résultat de recherche d'images pour "pinterest hydravion"

Destination Port Etienne  26 octobre 1955        Karouba  Port Lyautey   7 heures de vol sur Sunderland
.
Cap sur Alger et Port Lyautey ( aujourd’hui Kenitra) Un regard en passant sur Tabarka et ses fonds transparents. Dans le lointain les eaux vertes du lac  d'El Mellah brillent au soleil . Un souvenir de vol ..un amerrissage en douceur  sur ce lac nous avait conduit tout droit  ,dans l’épaisseur des feuillages  d’ un  village  blotti  dans la verdure ... Les habitants stupéfaits vinrent nous prêter main forte en nous aidant à hâler notre hydravion vers le rivage . Dans le calme de cette nature ,  un   pique-nique  consistant auquel participent quelques habitants est  improvisé dans une totale allégresse  .
 

Résultat de recherche d'images pour "PINTEREST ORAN"
C'est enfin  Constantine ,et le tumultueux fleuve du  Rummel , mais aussi Alger étalée à flanc de montagne ,dans la lumiére  .
Au nord de Tanger, les côtes d’Espagne et la ville forte de Tarifa ….et au loin ,à travers les 
Résultat de recherche d'images pour "breguet deux ponts"
Résultat de recherche d'images pour "TARIFA"brumes, le profil sévére du rocher de Gibraltar





 Résultat de recherche d'images pour "pecheur canarien"




Une fuite d'huile inattendue …..et c’est l’escale     à Port Lyautey sur l'Oued Sebou . Descente acrobatique dans un brouillard tenace  .
Les plans de l'hydravion sont terriblement glissants ,un faux mouvement... et c'est le plongeon dans l'oued ..

     
Résultat de recherche d'images pour "sillage hydravion"
27 octobre 1955   Port  Lyautey  
                                                                         



Résultat de recherche d'images pour "BATHURST GAMBIE"


 .
Résultat d’images pour végétation luxuriante PINTEREST



Résultat de recherche d'images pour "BATHURST GAMBIE"




Sunderland 53 S 1 24 Fevrier 1957 Dakar bel air Bathurst 
ref carnet de vol extraits de mon journal 

En route pour 
Bathurst( Gambie anglaise ) ;;;aujourd hui Banjul 
La Gambie ;;; Petit État continental d'Afrique. enclavé dans le Sénégal, s'étend de part et d'autre du cours inférieur et de l'estuaire du fleuve Gambie, Voilà notre objectif …Nous allons rendre visite au consul de France....et nous trouvons à notre arrivée un essaim de jeunes filles impatientes de visiter notre avion.........en notre compagnie
Vol tranquille Notre vaisseau se pose sur un plan d’eau encombré de bateaux les plus divers
Arrivée au port en hydroplanant ….port trés fréquenté Mais ou est donc la bouée d amarrage , ?L’eau défile de part et d autre à grande vitesse et les trainards( éléments de toile en forme d entonnoirs utilisés sur les plans d eau par vent faible ) sont rapidement largués à la demande du pilote par les hublots arrière du pont inférieur
 
Cette approche précède la prise de bouée d’amarrage délicate sur ce plan d’eau sans  rides 



BBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBB

   Parlons du  Sénégal !

Chaque jour je survolais l ile de Gorée  aussi bien au décollage qu a l'amerrissage.......une douzaine de décollages et d'amerrissages par 
 matinée ...




Photo

 
je ne pouvais donc faire autrement que de songer et de rêver en dehors des perçées radar au spectacle qui se déroulait sous la coque de    l'hydravion .....les   contours  de ... l ile de Gorée 

Evoquons le passé  de cette petite île  de Gorée   située à 3,5 km au large de Dakar et des côtes du Sénégal,
 Elle fut  du XVe au XIXe siècle le plus grand centre de commerce d'esclaves de la côte africaine

Gorée .....28 ha petite ile,longue d un kilomètre au plus ; située dans une mer intérieure au centre de l 'anse dessinée par l éperon rocheux qui porte Dakar  Il ne faut que quinze minutes  aux vedettes à vapeur pour aller d un lieu à un autre
Résultat de recherche d'images pour "carte gorée"
Mais mes lectures et mes découvertes me faisaient comprendre que l histoire du Sénégal était marquée par l histoire de Gorée et chaque vol au dessus de cette ile pleine d histoire me faisait rêver
Petite ile témoignant d 'un passé particulièrement douloureux et d’une expérience humaine sans précédent dans l’histoire des peuples.Résultat de recherche d'images pour "PINTEREST MOUETTES"
Assailli par les mouettes!!!!

Son histoire   apporte alors un témoignage exceptionnel sur l’une des plus grandes tragédies de l’histoire des sociétés humaines : la traite négrière.
— Forts, bâtisses, rues, places, etc. — racontent, chacune à sa manière, l’histoire de Gorée qui a été du XVe au XIXe siècle le plus grand centre de commerce d’esclaves de la côte africaine.
Résultat de recherche d'images pour "LA MAISON DES ESCLAVES GOREE"
 Son architecture est caractérisée par le contraste entre les sombres quartiers des esclaves et les élégantes maisons des marchands d'esclaves. 
Le  président des Etats unis O Bama  lui-même attiré par la terre de ses ancêtres du Kenya marqua un point d honneur à vouloir  visiter en  2013 le continent qui avait vu naitre ses ançêtres  et surtout rendre hommage à l’immensité des esclaves noirs qui avaient quitté par la force leur terre natale .





Un quart d'heure en chaloupe suffit pour relier Gorée au reste du continent. D'une superficie de 28 hectares, l'île attire de nombreux visiteurs qui ressentent une émotion particulière en parcourant ses ruelles étroites et paisibles.  
Trois siècles durant, de nombreux africains ont été réduits à l'esclavage et embarqués, à partir de l'île de Gorée, en direction du continent américain.
http://i47.servimg.com/u/f47/14/17/85/70/1960_c11.jpg DansRésultat de recherche d'images pour "PINTEREST ILE DE GOREE" la fameuse Maison des Esclaves, à quelques encablures de Dakar on peut encore voir les cellules des femmes, des hommes ou des enfants, les cachots pour les rebelles, la porte pour le «voyage sans retour» donnant sur l'océan, et l'escalier à double révolution conduisant aux appartements des négriers



HISTORIQUE DE L'ESCLAVAGE ET DE LA TRAITE
 L'île de Gorée située face à Dakar est devenue un des symboles de la traite transatlantique, un « lieu de mémoire ». Elle est inscrite depuis 1978 à l'inventaire du patrimoine mondial de l'humanité de l'UNESCO (cf. visite virtuelle de la « maison des esclaves de Gorée sur le site de l'UNESCO). Compte tenu de sa petite taille (800 m sur 200), elle ne fut pas un site de traite de l'importance de ceux de l'Angola, du Congo ou du Bénin. Elle devint en 1677 une possession française. Elle eut un rôle d'escale de ravitaillement et d'entrepôt commercial. Ses maisons les plus anciennes permettent d'évoquer le souvenir de ceux qui ont passé dans leurs cellules leurs derniers jours en Afrique avant de franchir la « porte du voyage sans retour ».
Eric MESNARD
Ecrire sur l’esclavage et la traite des Noirs est douloureux et périlleux,mais l histoire (de 1550 à 1850)est là présente pour nous rappeler un certain nombre de faits témoignant de l horreur de la traite et du terrible comportement des négriers

Cet   événement nommé " la traite des noirs " marqua l’histoire de l’humanité : À cette époque, les Européens amenèrent entre 10 et 12 millions d’esclaves africains en Amérique, par bateau. Cet événement a marqué de façon particulière et dramatique le cours de l’histoire sur tout le continent américain.

 j ai pu trouver une explication lors de mes recherches sur le sujet 

Les pertes en vies humaines commençaient lors de la chasse aux futurs esclaves, se continuaient pendant leur acheminement jusqu'à l’embarquement sur la côte atlantique puis lors de la traversée. 
On estime à 30% le nombre de captifs finalement débarqués sur les côtes Américaines ou autres tel le Brésil

 En effet, à cette époque, plusieurs grands pays européens, désireux de s’approprier davantage de territoires et de richesses, ont mis en oeuvre des expéditions visant à découvrir de nouvelles terres à exploiter. Les pays européens ont donc envoyé des colons pour peupler les nouvelles colonies européennes d’Amérique.
 Les colons avaient le mandat d’exploiter ces nouvelles terres      étrangères et d’en tirer des ressources naturelles (or, argent, café, sucre, coton), qui allaient permettre aux Européens de s’enrichir.
C’est entre 20 et 100 millions d’hommes et de femmes, qui furent perdus pour le continent africain et livrés au destin  le plus affreux
                     AFRICAINE COTE        D IVOIRE

Résultat de recherche d'images pour "ile de goree sénégal"Au Sénégal, il y avait un esclave pour un homme libre et, dans certaines régions quatre à seize esclaves par homme adulte libre.

L’esclavage et le servage ont donc  été à la base de l’économie de la plupart des civilisations et  furent  
                                  La maison des esclaves....la porte pour le voyage sans retour....
abolis en France en1848                       
Résultat de recherche d'images pour "CAP CANSADO"


1955  Notre Sunderland  Escale à Port Etienne  
Arrivons de Port Lyautey( aujourdh'ui Kenitra )

Le phare Coppoloni et le cap Cansado sont en vue. Un appel de la tour de contrôle et notre hydravion se  pose  par un  vent de sable aveuglant  ,trainant un long sillage  d'écume   ,sur le  plan d'eau de Port Etienne battu par les alizés soufflant dans   la baie du Lévrier  
Un groupe de boscos de la marine nationale  s'agite en tous sens et nous indique l'emplacement de la  bouée d'amarrage . Hydroplanage ,  approche prudente  ,la bouée est prise sans coup férir ,par un membre de l'équipage muni d'une longue gaffe.   Exercice de routine pour un équipage entrainé. 

Résultat de recherche d'images pour "hydravion sunderland gaffe" 
Résultat de recherche d'images pour "vieux chalutier"

Notre chaloupe accoste au vétuste appontement de bois , secoué par le ressac., planté au bord d'une longue gréve blanche où des barques délabrées et de vieux chalutiers achèvent de disparaitre,noyés par   une longue  coulée de sable 






,La bouée est prise sans coup férir ,par un membre de l'équipage muni d'une longue gaffe.   

 


Devant nous..... notre campement des années 50.....le vent et le sable
nous découvrons N......ville




A une vingtaine de km au sud de Port Etienne tout au bout de la péninsule se dresse le phare du cap blanc pointe la plus avancée du continent saharien avant l' infléchissement de la côte vers le sud repère essentiel aux navigateurs
 C est ce cap qu 'a manqué la méduse dans la nuit du 1er au 2 juillet 1816 

Résultat de recherche d'images pour "PINTEREST BANC DE SABLE"

Au delà 100 km plus bas s 'étend un vaste traquenard;..... des milliers de km 2   d un banc  de sable a peine immergé que les navires doivent à tout prix contourner par le large  






















 A marée haute ces bancs de sable sont invisibles et présentant un réel danger pour le navigateur non averti


J ’ai  eu recours à mon  carnet de vol  jauni par le temps et bien rangé dans le fond d’un tiroir …je lis    20   séjours à Port Etienne et autant de survols de l’ile Tidra et des bancs d Arguin   Au cours de nos missions sur Port Etienne de 1955 à  1957  J’ai donc  survolé comme beaucoup d autres la  Mauritanie ,ses plages désertes , ses dunes , ses massifs rocheux  et enfin les bancs
 d Arguin  …Il m’était donc difficile de rester indifférent à la tragédie de  cette  frégate disparue dans la région au siècle dernier …..la  Méduse  tragédie reprise par les écrivains de l époque Et pourtant chaque jour en cours de vol ‘ aucun membre de l équipage  ne se posait  la question ignorant le drame qui s était déroulé le siècle précédent au large de cette région désertique
                                            Notre Sunderland amarré  à la bouée
Assailli par les mouettes ....!
Seul sur la planéte

                                                  
Les maures  nous invitent sous leur tente pour un thé fort et sucré



                                                                                                                                                  
Notre Survol journalier du Cap Blanc, promontoire rocheux et désolé sur fond de brume la baie du Lévrier  Plus désolé ,.plus stérile encore que le reste de la côte ... Pas le moindre buisson sur la côte sablonneuse ,pas le moindre relief que l'homme est en droit d'attendre du plus aride  des paysages ..et pourtant c'est le plus surprenant  refuge d'oiseaux marins de la planète ....mais c’est là aussi que nous  réalisons entre deux vols  les plus belles pêches en espérant que les requins ne viendront pas troubler notre quiétude de pêcheur amateur     


Distinguer en dessous de nous l’emplacement approximatif du naufrage c ‘était rechercher une aiguille dans une botte de foin…
 
En survolant ce lieu désertique ,de notre couche de  nuages        il nous est facile de distinguer sans efforts cette eau d'un vert profond qui s'éclairçit  lors de la présence d'un banc de sable effleurant  la surface de l'eau C'est   en effet le fameux banc d'Arguin, un immense banc immergé ,une plate forme sous marine située bien au large constamment recouverte d'eau... Une immensité d'eau de  faible profondeur à différents endroits cachant comme on le sait … un  gigantesque  piège aux marins non informés ..Ce sont les bancs de sable  ….’C est là que  la Méduse s’échoua un beau jour de 1816 


Le privilège de survoler cette région et de découvrir sous un ciel limpide les bancs d’Arguin  ,incite inévitablement à vouloir évoquer et comprendre les causes de ce drame
Résultat de recherche d'images pour "PINTEREST DESERT"
Inexpérience du capitaine ou cartes mal renseignées ? Le sujet a été largement traité !
Nous tentons quand même quelques approches radar ;;; Ne serait ce que pour évaluer  le point de ce  naufrage célèbre ,mais rien ce jour  ,ne dissipera la part de mystere qui enveloppe cette disparition Face a cette terre aride la méduse s'est choisie la plus austère  des tombes , « les bancs d’Arguin » un immense plateau  à fleur d'eau ,vaste banc de sable ….qui émerge à marée basse ... quelque part au sud du cap Blanc par le travers de l'ile Tidra 

 Notons la position exacte du naufrage en 1816 que nous survolions pratiquement chaque jour dans le cadre de nos missions 
20 degrés de latitude nord 17 degrés west par le travers de l ile Tidra    ( 5 metres d'immersion environ  100  miles au sud de Port Etienne ( Nouadhibou) notre base d hydravion Sunderland 
Carte du cap Blanc, aujourd'hui râs Nouâdhibou (1958) 
Sunderland ...décollage !!!!

Recherches de l 'épave de la méduse ( suite )


La réponse je la trouverai 50 années plus tard .lors de la lecture de l’ouvrage d un remarquable explorateur des fonds marins jean yves Blot
Découverte de l’épave en 1980 .donc 25 ans aprés notre séjour à Port Etienne

Je fais reference à son ouvrage « Chronique d’un naufrage ordinaire «publié en 1980
Dans le cadre des moyens de recherches, l’exploration aérienne , le sonar que l on utilise dans nos escadrilles ,les sondeur à sédiments , le scanner à infra rouges apparaissaient d’emblée inutilisables
Restait le magnétometre à protons mis au point pendant la seconde guerre mondiale lors de la recherche d’un moyen de détection des sous marins en plongée et qui devait permettre de déceler les parties métalliques issues de l’épave et réparties sur une centaine de metres carrés
La chance sourit enfin à l’expédition , une anomalie magnétique de 1000 gammas est repérée puis confirmée ( reference faite à 
l ouvrage de jean yves Blot) Deux plongeurs confirment la présence d’une épave et revenus à la surface annoncent la présence sur le fond de canons de fer et de clous de cuivre L’enthousiasme est grand …. ce ne peut être que la Méduse

Jean yves Blot plonge à son tour dans une eau opaque et glauque La visibilité ne dépasse pas 1 mètre 50 et la profondeur est limitée à 5 ou 6 mètres
« Quelques herbes épaisses poussent ça et là …. une épave ancienne surgit….rongée par plus d’un siècle de séjour sous marin Des poissons hantent le fond …..
Les minutes passent interminables;;;

Soudain une voix jaillit du haut parleur , sa voix ressemble a un vol de perruches au dessus d ;un champ de tournesols...

Des noms fusent ....canons de fer ,clous de cuivre , la voix répète «  c est la méduse il n 'y a pas a tortiller c est la méduse

Nous sommes en décembre et l eau n est certainement pas a 22degrés la Visibilité ne dépasse pas un mètre, un mètre cinquante la profondeur n 'est que de 5 a 6 mètres,le fond est de sable comme prévu , un morceau de métal oxydé apparaît
Résultat de recherche d'images pour "LA MEDUSE"

Au fur et a mesure de ma progression surgit le décor habituel d une épave ancienne … une tige métallique de forte section apparaît cette tige est la verge d une ancre, je découvre une seconde ancre posée sur le sable
Résultat de recherche d'images pour "LA M2DUSE"


 


En conclusion quelle que soit la vérité ,c’est l’horreur du drame  du radeau mis en évidence par la réaction de l’opinion publique devant le tableau de Géricault   qui      retiendra l’attention .La rencontre du drame et d’une œuvre exceptionnelle exaltant et fixant  l’image de ces hommes désespérés  n’a pu  laisser indifférents les amateurs de sensations 


 
Cap sur Port lyautey  ,un regard sur Tabarka  et ses  fonds transparents  Dans le lointain les eaux vertes du lac el mellah brillent au soleil
Résultat de recherche d'images pour "port lyautey"
Une fuite d'huile inattendue …..et c’est l’escale     à Port Lyautey sur l'Oued Sebou . Descente acrobatique dans un brouillard tenace  .
Les plans de l'hydravion sont terriblement glissants ,un faux mouvement... et c'est le plongeon dans l'oued ..
     
        
27 octobre 1955   Port  Lyautey                

Décollage de Port lyautey ,cap sur Port Etienne (aujourd’hui Nouâdhibou). Durée de vol 3 heures
Cap juby sur notre gauche noyé dans les sables du Rio de Oro...Une pensée pour Mermoz chef de station à Cap juby  ,  privé de vol et peu enthousiaste à l'idée en 1930 de vivre loin du monde et de l'aventure de l'aéropostale
  " Ce petit poste était alors aussi isolé de toute vie qu'un ilot perdu en mer ...cette dune toujours à sa place ,ce fort espagnol... » écrira  Saint Exupery   En effet Il  passera plusieurs années dans ces lieux  avec pour mission le secours aux aviateurs perdus dans le désert
Le chef espagnol du Rif veut affirmer la prépondérance de l’Espagne sur ce morceau de territoire  .Saint  Exupery  est désigné comme chef de place en octobre  1927
C’est justement en 1928, en tant que chef d’escale de Cap Juby, que Saint-Exupéry passera  ses nuits à écrire « Courrier Sud ». Il rentre en France et présente son manuscrit  En 1929, Saint-Exupéry prend sa « plume » et écrit son premier roman, « Vol de Nuit », durant ses expéditions. Ses  romans connaîtront un immense succès dans le monde entier. A  l’issue de ces publications , il posera  sa combinaison de pilote pour un costume d’écrivain.
Mais sa mission à Cap juby c’est avant tout d’assurer un  rapprochement avec les autorités espagnoles au mieux des intérêts  de la compagnie
 La sécurité des postes du désert s’installera alors  tranquillement dans une austérité monacale dans ce petit poste où la solitude  est propice à la réflexion et à l’écriture 
Saint Exupéry conserve l’esprit du pionnier     …mais bénéficie de l’expérience des épreuves traversées lors des années passées à découvrir le monde 


Le phare Coppoloni et le cap Cansado sont en vue. Un appel de la tour de controle et notre hydravion se  pose  par un  vent de sable aveuglant  ,trainant un long sillage  d'écume   ,sur le  plan d'eau de Port Etienne battu par les alizés soufflant dans   la baie du Lévrier  




 27 octobre    Escale à Port Etienne  




 Un groupe de boscos de la marine nationale  s'agite en tous sens et nous indique l'emplacement de la  bouée d'amarrage . Hydroplanage ,  
Approche prudente  ,la bouée est prise sans coup férir ,par un membre de l'équipage muni d'une longue gaffe.   Exercice de routine pour un équipage entrainé. 
Notre chaloupe accoste au vétuste appontement de bois , secoué par le ressac., planté au bord d'une longue gréve blanche où des barques délabrées et de vieux chalutiers achèvent de disparaitre,noyés par   une longue  coulée de sable 

Résultat de recherche d'images pour "PINTEREST VENT DE SABLE"
Résultat de recherche d'images pour "bateaux abandonnés"
Résultat de recherche d'images pour "bateaux abandonnés port etienne"A chaque  décollage je me poserai cette éternelle question..Pourquoi ces bateaux en plein délabrement sont ils venus mourir si  loin de leur port d'attache ?
Résultat de recherche d'images pour "bateaux abandonnés"Une  vedette de la marine accoste pour les pleins de carburant... visite aprés vol ...vérifications diverses par l'équipage  ..Parés pour un prochain décollage . ; ; ;
Au loin la blancheur des maisons de forme semi sphériques de Port Etienne se détache sur la teinte unie des  dunes. Elles semblent construites sur le trajet du vent , qui balaie la baie  avant de traverser le village .Deux miradors , plusieurs "demi tonneaux"    de type  Nyssen...C'est  la base marine ... !


Résultat de recherche d'images pour "ILE TIDRA"
N.......ville  notre escale perdue dans les sables

L'eau potable est très rare sur cette terre isolée et le pastis du bar remporte un franc succès .   Des   toiles de  parachutes  tendues au plafond apportent une sensation de confort .Visage impénétrable , les maures  de l'escale nous observent en silence

Des  hamacs abandonnés depuis de longues semaines au sable du désert nous tendent  les bras .  Le sable est partout ...Les mouches s'accumulent en grappes sur les cordons de notre lit de fortune et s'envolent dans un lourd bourdonnement …

19 Juillet   En route pour l'Aguerra


Résultat de recherche d'images pour "DESERT PINTEREST"
Pour n'être pas nés  dans ce désert on peut toujours s'y adapter … aussi décidons nous malgré un  brûlant vent de sable  d'aller rendre visite aux phoques de Mauritanie en gardant à l'esprit  que les multiples facettes du désert sont toutes hostiles à l'homme non aguerri .
Départ en camion  4 x 4 dés l'aube  Long périple qui nous conduit au sommet d'une falaise surplombant la baie


Des phoques Moine  installés dans ces eaux depuis des générations . .et  guidés par les courants froids  ont découvert ,miracle de la nature  les eaux les plus poissonneuses du monde 
Résultat de recherche d'images pour "PHOQUES MOINE"
Au retour photo devant le fort espagnol en présence d’une sentinelle espagnole très discréte
Un groupe de nomades  enturbanné de cotonnades indigo nous invite sous la tente ,pour un thé fort et sucré Le premier verre est pour l'hôte d'honneur .Préséance  de rigueur  Le traçé de la frontiére entre la Mauritanie et le Rio de Oro date du début du XXéme siécle , alors que la Mauritanie est française et le Sahara occidental, espagnol. Le 27 juin 1900 , la France et l'Espagne signent le traité de Paris qui définit la frontière entre le Río de Oro (espagnol) et la Mauritanie (française)[1]. Le 4 octobre1904, la convention de Paris fixe les frontières du Saguia el-amra et de Cap Juby
  
 Limite HISTORIQUE ......entre le Sahara espagnol et la Mauritanie                                             La sentinelle espagnole souhaite poser pour la photo..

Après le départ des Espagnols en 1975-1976 suite aux accords de Madrid  le Maroc et la Mauritanie se partagent le Sahara occidental, mais un mouvement indépendantiste sahraoui, le Front Polisario, armé principalement par l'Algérie  et la Libye, s'oppose à cette annexion.


22 juillet    ordre de mission   .Exercice de navigation  
En embarquant sur notre vaisseau il nous faut surtout pallier aux dégâts causés par les mouettes ….



 Un ordre de mission nous parvient  du ministére de la marine ...identifier l'emplacement futur de la capitale de la Mauritanie... Nouakshott
Le navigateur note les coordonnées du lieu et nous décollons du plan d'eau dans un nuage d'écume  et d'embruns Le soleil      s'obscurcit ,un mur de sable barre complétement l'horizon .Au ras du sol les filets de sable et les tourbillons poursuivent      leur course saccadée .Un voyageur égaré , dont les traces , fragiles témoins de son passage ,aurait grand mal à s'orienter
Résultat de recherche d'images pour "guerrier mauritanien"Vertical Nouakshott !annonce notre navigateur en sueur  et très affairé  Pas un arbre,  pas de campement ...Une immensité de sable  Le navigateur a du se tromper . Mais non une oasis véritable ilot de verdure se dessine ...quelques      tentes... un troupeau de dromadaires... .Nous avons identifié l’emplacement de  la future capitale de la Mauritanie 
Nouakchott est la capitale de la Mauritanie depuis 1957, au bord de l'océan Atlantique. Nouakchott a été créée sur une zone de campement.
Résultat de recherche d'images pour "nomades mauritaniens"
La Mauritanie ( futur état independant en 1960 alors qu’elle avait été  rattachée à l’Afrique Occidentale française depuis 1920 Elle gagnera sa place sur l’échiquier international avec l’entrée à l’organisation des nations unies en 1960 et sa reconnaissance par le Maroc en 1969  )
Résultat de recherche d'images pour "nouakchott"

 28  Juillet



Résultat de recherche d'images pour "pelicans"Ramassage de coquillages et de moules après le vol de nuit  Une immense marée mouvante et brunâtre ..des milliers de crabes brandissant  comme un rempart vers le ciel  leur unique  pince blanche   détalent sur la plage dés notre arrivée et disparaissent dans leurs trous   Des pélicans , des mouettes, des flamands roses,des cormorans dont le décollage lourd  et laborieux  nous remplit de joie  
Résultat de recherche d'images pour "barracudas"Plusieurs membres de l'équipage s'adonnent à leur passion favorite   ,la pêche…barracudas , requins ,raies ,murénes agrippées aux rochers , peuplent les eaux  de ce port  du bout du monde mais  la vision de ces bateaux abandonnés ne donne t elle pas l'impression  de décevoir ces hommes qui ont tant espéré ,en voulant  profiter trop rapidement des richesses de ces contrées désertiques où le temps semble s’être arrêté 
Poste frontière entre la Mauritanie et le Rio de Oro 
29 juillet


En avant pour l'Aguerra  village  situé juste à la frontiére du Rio de Oro  et de la Mauritanie .Ce territoire est  sous domination espagnole Une garnison d'une quinzaine d'hommes a établi son campement dans les murs de ce fortin  . Le village se protège du vent de sable par de rares barrières de végétation arrachées au désert ,.le sable succéde au sable et la végétation semble capituler  

Au retour notre 4x4 s'enlise dans un monticule de sable …. le crabotage et l’ardeur des passagers nous aident  à sortir  péniblement de notre situation  . .

Résultat de recherche d'images pour "maure habitant mauritanie"Au retour photo devant le fort espagnol en présence d’une sentinelle espagnole très discrète


Un groupe de nomades  enturbanné de cotonnades indigo nous invite sous la tente ,pour un thé fort et sucré Le premier verre est pour l'hôte d'honneur .Préséance  de rigueur 

30 juillet 

Parés pour l'hydroplanage . Un chalutier canarien nous observe avec curiosité et s'approche imprudemment à quelques encablures . Un violente rafale de vent et son mât heurte et s’accroche dans  la dérive de notre  hydravion   Le bateau chavire... trois hommes   se débattent au milieu des vagues . Je leur 
Résultat de recherche d'images pour "chalutier canaries"
jette une bouée .Ils s'y accrochent désespérement . Le bateau disparait dans les eaux  agitées de la baie.  Vol annulé
Le soir nos pêcheurs reconnaissants nous apportent un énorme turbot que nous destinons d'emblée au cuisinier de la base
Résultat de recherche d'images pour "peche mauritanie"
Résultat de recherche d'images pour "pecheurs canariens"
Résultat de recherche d'images pour "turbot"

 

 

Gorèe.... Ile d 'histoire .....



b




Voilà ce que  jai retenu aprés  trois années passées au SénégalSouvenir de trois années passées a Dakar Bel air ou 
j exerçais la spécialité de radariste sur Sunderland
Chaque jour je survolais l ile de Gorée  aussi bien au décollage qu a l'amerrissage.......une douzaine de décollages et d'amerrissages par matinée ...
je ne pouvais donc faire autrement que de songer et de rêver en dehors des perçées radar au spectacle qui se déroulait sous la coque de    l'hydravion .....les   contours  de ... l ile de Gorée  

Parlons donc de cette petite île  de Gorée   située à 3,5 km au large de Dakar et des côtes du Sénégal,
 Elle fut  du XVe au XIXe siècle le plus grand centre de commerce d'esclaves de la côte africaine

Gorée 28 ha petite ile,longue d un kilométre au plus ; située dans une mer intérieure au centre de l 'anse dessinée par l éperon rocheux qui porte Dakar  Il ne faut que quinze minutes  aux vedettes à vapeur pour aller d un lieu à un autre

Mais mes lectures et mes découvertes me faisaient comprendre que l histoire du Sénégal était marquée par l histoire de Gorée et chaque vol au dessus de cette ile pleine d histoire me faisait rêver 
Petite ile témoignant d 'un passé particulièrement douloureux et d’une expérience humaine sans précédent dans l’histoire des peuples.

   
                             
Ile de Gorée 
 
Son histoire   apporte alors un témoignage exceptionnel sur l’une des plus grandes tragédies de l’histoire des sociétés humaines : la traite négrière. 
— Forts, bâtisses, rues, places, etc. — racontent, chacune à sa manière, l’histoire de Gorée qui a été du XVe au XIXe siècle le plus grand centre de commerce d’esclaves de la côte africaine.
 Son architecture est caractérisée par le contraste entre les sombres quartiers des esclaves et les élégantes maisons des marchands d'esclaves.
Le  président des Etats unis o Bama  lui-même attiré par la terre de ses ancêtres du Kenya marqua un point d honneur à vouloir  visiter en  2013 le continent qui avait vu naitre ses ançêtres  et surtout rendre hommage à l’immensité des esclaves noirs qui avaient quitté par la force leur terre natale .
Goree Island
Île de Gorée

Un quart d'heure en chaloupe suffit pour relier Gorée au reste du continent. D'une superficie de 28 hectares, l'île attire de nombreux visiteurs qui ressentent une émotion particulière en parcourant ses ruelles étroites et paisibles.   Résultat d’images pour VEGETATION TROPICALE
Trois siècles durant, de nombreux africains ont été réduits à l'esclavage et embarqués, à partir de l'île de Gorée, en direction du continent américain.
Dans la fameuse Maison des Esclaves, à quelques encablures de Dakar on peut encore voir les cellules des femmes, des hommes ou des enfants, les cachots pour les rebelles, la porte pour le «voyage sans retour» donnant sur l'océan, et l'escalier à double révolution conduisant aux appartements des négriers

http://i47.servimg.com/u/f47/14/17/85/70/1960_c11.jpg

Image

HISTORIQUE DE L'ESCLAVAGE ET DE LA TRAITE

Ecrire sur l’esclavage et la traite des Noirs est douloureux et périlleux,mais l histoire (de 1550 à 1850)est là présente pour nous rappeler un certain nombre de faits témoignant de l horreur de la traite et du terrible comportement des négriers

Cet   événement nommé " la traite des noirs " marqua l’histoire de l’humanité : À cette époque, les Européens amenèrent entre 10 et 12 millions d’esclaves africains en Amérique, par bateau. Cet événement a marqué de façon particulière et dramatique le cours de l’histoire sur tout le continent américain.

 j ai pu trouver une explication lors de mes recherches sur le sujet 

Les pertes en vies humaines commençaient lors de la chasse aux futurs esclaves, se continuaient pendant leur acheminement jusqu'à l’embarquement sur la côte atlantique puis lors de la traversée. 
On estime à 30% le nombre de captifs finalement débarqués sur les côtes Américaines ou autres tel le Brésil

 En effet, à cette époque, plusieurs grands pays européens, désireux de s’approprier davantage de territoires et de richesses, ont mis en oeuvre des expéditions visant à découvrir de nouvelles terres à exploiter. Les pays européens ont donc envoyé des colons pour peupler les nouvelles colonies européennes d’Amérique.
 
Les colons avaient le mandat d’exploiter ces nouvelles terres étrangères et d’en tirer des ressources naturelles (or, argent, café, sucre, coton), qui allaient permettre aux Européens de s’enrichir.
C’est entre 20 et 100 millions d’hommes et de femmes, qui furent perdus pour le continent africain et livrés au destin  la plus affreux 
Au Sénégal, il y avait un esclave pour un homme libre et, dans certaines régions quatre à seize esclaves par homme adulte libre.

L’esclavage et le servage ont donc  été à la base de l’économie de la plupart des civilisations et  furent  abolis en France en1848






Presqu ile du cap vert (ci dessus )


Le climat de Dakar lui ;;; a sa célébrité ,Chaleur sénégalienne est devenu synonyme de température a peu prés infernale 
Ce n’est pas toujours le cas ... . de la Toussaint à  la Pentecôte le soir il fait frais comme en France aux beaux jours de la fin du printemps ,le ciel est d un bleu merveilleux sans nuages 
Seule l’heure du midi sous un soleil implacable reste dure, les visages sont joyeux, les santés altérées 
En juin les choses se  gâtent  … Non seulement le thermomètre grimpe allégrement  mais ce qui est plus grave la chaleur devient humide ,le ciel se couvre de nuées opaque et des orages furieux chassent sur le pays des averses dévastatrices
En septembre et octobre la queue de l’hivernage donne parfois à la côte sénégalaise la température d un bain turc ,les européens sont alors dévorés par la bourbouille   Petits et Grands en sont les victimes
Jour et nuit la sueur baigne les corps, les vetements ;;;; tout effort épuise.... on transpire à outrance
La ville est comme plongée dans une douce torpeur Les noirs allongés dorment affalés sur les bancs ou sur les trottoirs ,plongés dans la moiteur du midi

A ce sujet un simple séjour a Port Etienne     km au nord temperature séche et élevée 38 degrés humidité 35 pour cent suffisait a faire disparaitre cette maladie de peau insupportable 



Donc Retour a Bel air ... et  cap sur Port Etienne 

Une bordure  mouvante d écume  blanche...... la barre  …elle rêgne artout   quel que soit l'état de la mer Il  est toujours périlleux de la franchir
et enfin........ Port Etienne












............................................................................................................................................................


  NI.......VILLE


                                                          






J

 
 

                                                           








Publié par roger cornevin-hayton à 08:46 

Aucun commentaire:










Sur les rives d'un fleuve de l Afrique de l ouest 


Résultat de recherche d'images pour "guinée équatoriale"

Résultat de recherche d'images pour "DONABA NET"

Accueillis à Benti ( Guinée ) par la population du village 
Résultat de recherche d'images pour "ANANAS"Ce jour du 14 juillet et nous avons embarqué sur notre Sunderland bananes et ananas offerts par la population et les colons alertés de notre arrivée sur le fleuve arrosant Benti ( Guinée française )
Publié il y a 16th November 2016 par roger cornevin-hayton
Résultat de recherche d'images pour "REGIMES BANANES" Résultat de recherche d'images pour "BANANES"Résultat de recherche d'images pour "BENTI guinee"
Résultat de recherche d'images pour "hydravion fleuve" 

Résultat de recherche d'images pour "BENTI GUINEE"Résultat de recherche d'images pour "CARGAISON ANANAS BANANES"



























Chargement en cours



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SEES année 40 ...OCCUPATION

Image
J
Journal et notes personnelles de Roger Cornevin 1940 1944


Dans le tourbillon des événements s’étalant de 1940 à 1945 ,J’avais noté au jour le jour ...sur des cahiers d’écolier , et agendas… tant que les mots ... les images…. me restaient en mémoire ,les faits ,les anecdotes , mes impressions ,mes réactions

Mais aussi pour imager ces evenements ,j’avais utilisé un vieux kodak encombrant des années 20 qui ne put faire de miracles ,mais dans un contexte difficile me permit de realiser quelques photos exclusives telles que l’épave de la forteresse abattue en juillet 1943 à Belfonds, et la liberation de notre petite ville sous le joug allemand depuis juin 1940

J’ai donc extrait les photos de cette longue aventure qui ont dormi pendant six décennies au fond d’une vieille malle abandonnée dans le grenier , avant de se glisser dans les derniers chapitres de ce journal
Clichés qui racontent mieux qu’un témoignage les événements passés


Et après quelques dizaines d’années je me suis demandé …mais po…



LIRE LA SUITE

sees la place du Parquet

Image
Passage des anglais septembre 1939



La place du parquet c était notre spectacle journalier mais aussi notre lieu de distractions familiales Avec mon frère c était le grand spectacle a  n' importe quelle heure de la journée Disons une fois pour toute que cette fenêtre est restée un lieu de souvenirs surtout durant cette période de l occupation ,le grand handicap restant  cette interdiction de photographier mais malgré tout cela ne m 'empêchait pas d 'écrire


De notre fenêtre  rien ne pouvait échapper à notre curiosité et je me suis donc amusé à énumérer les principaux èvénements que nous avions pu suivre mon frère et moi ? C est toute une histoire  .. je dirais même un roman,  je reprends donc les termes de cette aventure liée bien sûr à l occupation et aux diverses tribulations rencontrées par les sagiens
j ai donc commencé par les grandes manoeuvre de 1937 évenement qui ne m a pas complètement marqué
Anglais ,Français y participaient en commun et ont donc fréquenté notre sa…



15 Août
Ivres de gaieté nous avons décidés de fêter l’évenement dehors , autour d’une grande table .
Nous sommes ainsi installés prés de la porte d’entrée de notre vaste demeure et nous
découvrons ainsi toute la longueur de l’allée de tilleuls . L’ambiance est à l’expression d’une
joie démesurée et nous mesurons dans un optimiste général le chemin parcouru depuis plus
de quatre années .
Soudain .... mais je ne crois pas rêver . Une ombre se profile là bas prés de l’entree,derriére le
premier tilleul . Avec surprise je finis par distinguer la haute stature casquée d’un guerrier du
reich . SS , wehrmacht ,parachutiste ? C’est la stupeur et cette apparition stoppe brutalemnt
l’animation de la tablée . Plus un mot n’est échangé ,nous sommes tous figés dans une
immobilité inquiéte et silencieuse devant cette appariton insolite
Ce soldat nous a t il vu ? Il marque un temps d’arrêt à l’entrée de l’allée ,observe les environs
et reprend sa marche prudente ,courbé en deux ,vers la sortie du village . Un second ,un
troisiéme apparaissent bientôt en file indienne . C’est enfin huit soldats armés jusqu’aux dents
qui passent ainsi devant l’extrémité de l’allée en nous ignorant complétement . Je ne
comprends pas comment ils n’ont pas pu nous apercevoir ...
Peut être ces irréductibles ignorent ils que le village vient d’être libéré ....,ou encore affamés
sont ils en quête de quelque nourriture .? A coup sûr ils viennent des bois environnants .
Equipés comme des guerriers au combat , Mauser ,fusil mitrailleur, ils sont munis d’
armement impressionnant , complété par les grenades à manche passées dans la ceinture . .
Aprés quelques minutes d’intense émotion , je décide de suivre mon pere .
Notre curiosité nous incite à tenter de les suivre à .distance ... bien sûr . Ils traversent avec
prudence et à pas lents le village scrutant méticuleusement les environs
Des réfugiés du Nord sont là ,au bord de la route ont aperçus ces soldats encore sur le sentier
de la guerre . lLes réfugiés ne voulant pas prendre de risques préférent s’esquiver …
Le petit groupe armé , peut être avide de revanche , traverse avec précaution , la route Essai
Menil Erreux et suivant une épaisse haie ,à travers champs prend la direction du moulin de
Sou . Nous tentons de repérer leur itinéraire …
Une Jeep américaine venant d’alençon surgit à grande vitesse sur la nationale avec deux
occupants . Nous nous plaçons en travers de la route . La jeep stoppe devant notre insistance
et nous nous lançons dans une longue explication pour expliquer notre découverte Un
capitaine et un sergent ( le capitaine Jackson et le sergent ....)nous demandent si nous
acceptons de les aider .
,Armés d’un fusil à répétition et d’un revolver et nous dissimulant derriére les haies nous
tentons de suivre prudemment et à distance l’ escouade de guerriers du reich ...
C’est la premiére arme que je tiens entre mes mains ...et je ne sais pas trop comment m’en
servir
Aprés dix minutes d’une lente et prudente filature , ponctuée de plats ventre derriére les
haies ,le capitaine Jackson découvre enfin que notre tentative est d’avance vouée à l’échec et
estime devoir abandonner la partie
Après nous avoir quitté après de nombreux
remerciements il me fait cadeau de l’insigne du
corps d’armée
Nous traversons la nationale Essay Alençon au
moment où un camion de FFI passe accompagné
d’une traction avant barriolée de peinture blanche et .déjà couverte de croix de Lorraine

Notre groupe est conduits par un ami de la famille vers le moulin de Sou où une embuscade
est tendue aux allemands ,à la barriére d’un champ . Quelques minutes d’attente et nos
guerriers apparaissent enfin à la lisiére d’un bois
Sommation d’usage par les FFI ,...un allemand prend la fuite ,et bientôt abandonne dés le
premier coup de feu . ;
Ses compagnons d’évasion se rendent sans crier gare . Une balle égarée vient se figer dans le
coffre de la traction
D’où vient cette compagnie ? Occupants de chars détruits , fantassins abandonnés ?
Sur la grande place d’Essai ,une foule excitée est rassemblée . Elle veut lyncher les soldats .
Casques ,armes mauser ,mitrailletes baionettes , sont bientôt la propriété des villageois
déchainés . Les décorations sont jetées à tous les vents
A quoi bon commenter !
J’apprendrai beaucoup plus tard que deux soldats allemands furent abattus dans cette

échaffourée dans des circonstances demeurées mystérieuses ....



L

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

sees la place du Parquet

SEES année 40 ...OCCUPATION

FALLINGBOSTEL CAMP DE PRISONNIERS STALAG 11 B RETOUR A PUTANGES