Les semaines préçédant le débarquement

Nous sommes en Avril 1944 une opération d envergure se prépare , le parachutage de deux agents du BCRA ( agents de la France libre ) mais aussi un équipement de matériel radio

Le terrain choisi est donc " le Haras des Rouges Terres " situé a l'est de Sées( carte ci dessous).....
  Le parachutage se déroule  dans la nuit du 9 au 10 avril 1944 
Le Halifax a décollé de Tempsford ......,survole Londres souvent dans le brouillard ... les résistants sont fidéles au rendez vous malgré le couvre feu imposé par les allemands
On note la présence sur les lieux du parachutage de Edouard Cercueil ;;;;;;; hommes courageux entre tous ,conscients de 
l importance  tâche périlleuse a laquelle ils sont habitués

Des la reception du message de la BBC " un nouveau jour 
s annonce " le Halifax survole la zone prescrite et définie par les coordonnées d' usage  largue 15 containers et des paquets
 Ce message diffusé sur la fréquence de la BBC....Seuls les résistants concernés par le but de la mission en comprennent la signification
Dans le cas présent il s agit du largage de matériel radio destiné  au radio" Wallon "et à Edouard Paysant présents à   saint Marcel    en attente de ce précieux matériel qui leur permettra de rester en contact avec l aviation alliée


Le haras des Rouges Terres l objectif du parachutage  est situé à 10 km est nord est de Sées

 Date 9 10 Avril 1944  Terrain Aurore Haras des Rouges Terres  mission Harry 28 b Présence du BOA 
BBC " un nouveau jour s' annonce "15 containers et des paquets
deux agents reçus Tracteur et Sarcloir ( rené carel )
Du matériel est destiné au radio Wallon

Les containers contenant les èquipements de transmission radio  atterrissent sur la "dropping zone "prévue mais pour des raisons inconnues les deux agents de la France libre sont parachutés hors de la zone et atterrissent a proximité du moulin d Escures soit pratiquement a deux kilometres a l'ouest de Sées

Heureusement deux résistants   les récupèrent et les guident rue saint Martin au no 30  demeure de Edouard Cercueil

Clouet des perruches le DMR s' insurge contre cette erreur de 
l 'équipage du  bombardier

Ce parachutage présente une certaine importance dans la mesure où la totalité du chargement est destiné au radio Wallon présent a Saint Marcel aux cotés de Edouard Paysant ( ref a " l espoir des ténèbres  Parachutages sous l occupation " par Michel Pichard coordinateur national du BOA )                   )

 Nous sommes début Avril et la documentation fait état de contacts permanents entre les différents membres Edouard Paysant    Marie Croisé ,et le radio Wallon en attente de ce matériel indispensable aux échanges radio avec l'aviation alliée dans le cadre de 
l 'opération du débarquement

Le Halifax survole la zone prescrite et définie par les coordonnées 
d 'usage  largue 15 containers et des paquets (voir note archives)
Le terrain choisi " le haras des rouges terres " 

  Le parachutage se déroule dans les meilleures conditions dans la nuit du 9au 10 avril 1944 ( soit moins de deux mois avant le débarquement )Le Halifax aprés avoir décollé de Tempsford et les rèsistants sont fidéles au rendez vous
On note la présence sur les lieux du parachutage en Bretagne  de Edouard Cercueil ;;et de son équipe ;;;;; hommes courageux entre tous conscients de l importance capitale de leur tâche a laquelle ils sont habitués





TECHNIQUE DU REPERAGE ALLEMAND. PROTOCOLE D'UNE EMISSION
Nos Deux agents du BCRA
Quelques minutes avant l'heure du rendez vous avec
Londres,l'opérateur arrive sur les lieux de l'émission.
 Ce fut le cas rue Saint Martin où nos deux agents tacteur et sarcloir agissent  avec une prudence extrême ... Comme on les comprend...

L'opérateur établira le contact avec Londres et assurera la continuité des contacts radio

Un  guetteur est  en place.
Sortir l'appareil emetteur de sa cachette,le poser sur une table,
dérouler le fil d'antenne sur 10 à 15 mètres,relier la
valise à une prise de courant ou sur une batterie,
enficher le quartz fixant la longueur d'onde prévue,
régler l'émetteur et le récepteur,tout cela demande
quelques minutes.
Au moment prévu pour le contact l'opérateur lance son
indicatif d'appel 5 ou 6 fois.Dés que la centrale de
Londres le reçoit,elle confirme en lançant son propre
indicatif.La transmission des données peut alors commencer.
Les signaux morse crépitent alors.Par sécurité ,le quartz
est changé régulièrement pour tromper le gonio allemand
qui surveille.La centrale confirme la bonne réalisation
du transfert par l'abrévation FB(fine business).
 

Aprés cette opération vitale pour les Forces de Libération
il faut tout cacher,détruire les messages transmis.Ces
liaisons étaient le seul moyen de transmettre de
l'information sur Londres quant à la situation des forces
ennemies en
FRANCE


TEMOIGNAGE PERSONNEL On note la présence d un camion gonio place du parquet aux pieds du piédestal de la statue de Conté
 

Avril 1944
…. Aucun événement ne peut échapper à notre curiosité
Les photos prises avec mon vieux Kodak à soufflet des années 20 ont bien fixe quelques images telles que celles prises à Belfonds en juillet 1943 ( photos d’ailleurs inédites ) mais le risque d’être surpris reste le même
Ce kodak encombrant J’ai failli me le faire « confisquer « par un
officier allemand en mai 1940 lors de l’arrivée des premieres troupes d’occupation
Combien je regrette de n’avoir pu fixer sur la pellicule les
mouvements de troupes sur notre place du Parquet ….les allemands
épuisés après une longue marche, affalés aux pieds de la statue de
Conté, ,, la reléve de la garde au pas de l’oie prés du marchand de
primeurs Bujosa , , la fanfare , fifres en tête paradant fierement ; ;
sous nos fenêtres ,l’agitation permanente des employés administratifs de la Wehrmacht sur les marches de l’hotel de ville et en particulier du personnel féminin ( elles étaient surnommées « les souris grises « car bien sûr vêtues de gris )
Encore aurait il fallu ,contrainte supplémentaire ,faire développer la
pellicule chez un photographe de confiance sans attirer l’attention,d’un occupant


Ce matin d ‘avril avec mon pere de notre fenêtre donnant sur la place du parquet ,poste d’observation privilégié nous sommes intrigués par la présence de deux camions équipés de matériel inconnu . Leurs occupants casqués d’écouteurs se livrent à des manoeuvres mystérieuses prés du piedestal en granit de Conté , socle débarrassé de son grand homme pour l’éternité .Vêtus de bleu , il s’agirait de soldats de la Luftwaffe reconnaissables à leurs uniformes
On distingue difficilement l antenne gonio sur le sommet du camion

Nous demandons à un gendarme de nos connaissances la cause de
cette animation….il reste muet Il est vrai que ce n’est plus la même
brigade ,la précédente ayant été déportée en Aout dernier aprés la
chute de la forteresse volante à Belfonds 

Que sont devenus nos gendarmes , figures familieres et clients assidus de notre salon?
Trois soldats casques avec ecouteurs s’agitent autour des camions
alors surveilles par deux feldgendarmes reconnaissables à leur
plaque de poitrine bien astiquée L’un d’eux entre dans notre cour et
demande à mon pére un seau d’eau
Sur le toit du camion un grand cercle en métal dont je ne puis
distinguer l’utilité


J’ai pu avec le temps trouver la raison de cette animation….Ces
soldats se préparaient ou s’exerçaient à une operation de détection
d’émetteur et certainement en relation avec l’émetteur caché chez
Cercueil ( voir témoignage Moise Cercueil ) …Bien sûr nous
ignorions cette situation
Les allemands avaient donc été informés d’un parachutage dans la
région….mais comment ?
Edouard Cercueil homme courageux cachait en effet
clandestinement les  deux agents secrets parachutés au haras des
Rouges Terres Edouard Cercueil averti in extremis par Mr Jouy
épicier ,voisin de Ipcar électricien habitant place du Parquet
s’empressa de faire évacuer les deux agents dans la campagne
environnante  cachés sous une épaisseur de paille
 








Le principe de l’identification et de localisation d’émetteurs
clandestins utilisés par la resistance est le suivant
,


L ‘installation de camions utilise le principe de propagation des ondes courtes ( ondes directes) le long de la surface du sol autour de l’émetteur , et que recherche le recepteur allemand 
Les ondes reflechies vers le sol par les couches nuageuses , constituent les ondes recherchées par les grands centres de recherche allemandes Brest Nantes en France
Munich Hambourg en Allemagne etc ..
Une premiere phase delimite un premier triangle de 20 km de coté
triangle repris sur un triangle de 2 km de côté grâce à l’onde de sol et les camions portant le récepteur gonio que nous distinguons sur le toit du camion( voir photos )

TECHNIQUE DU REPERAGE ALLEMAND
Pour bien comprendre comment repérer une émission,il faut savoir comment se propagent les ondes courtes(O.C.).Les O.C. se propagent de deux façons:
a:le long de la surface du sol,c'est l'onde directe perçue immédiatement autour de l'émetteur,c'est celle la que recherche le récepteur radio-goniométrique porté sur camion et proche du clandestin,
 

b:vers le ciel où les ondes rencontrent la couche réfléchissante qui comme un miroir les renvoie vers le sol à quelques centaines de kilomètres de l'émetteur et c'est celle la que recherchent les grands centres de repérage:Brest,Nantes France,Munich,Hambourg,Nuremberg,Berlin,Augsbourg en Allemagne.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SEES année 40 ...OCCUPATION

FALLINGBOSTEL CAMP DE PRISONNIERS STALAG 11 B RETOUR A PUTANGES

MONGOLS ARMEE ALLEMANDE....