Crash de Belfonds '4 Juillet 1943 EVASIONS








Lien vers l'album photo commenté "Belfonds la Philippière"





 Huit aviateurs sauteront sur la plaine de Belfonds dans un zone comprise entre le hameau de Condé le Butor et l'église de Cléray. Deux aviateurs sont restés à bord...

Freeman
Erickson





 




francis hackley
Le bombardier, le lieutenant Donald Irvine, tombera avec les restes d'une tourelle de mitrailleuse prés de Belfonds au lieu dit "le chêne d'amour" et le navigateur, le lieutenant Francis Hackley, s'écrasera parachute en flammes au "Val d'enfer".


Deux membres de l'équipage ne pourront échapper à l'emprisonnement, malgré l'intervention rapide des villageois et des  membres  de  la résistance locale, dont Édouard Paysant, chef départemental du BOA, et le maire de Mortrée, Victor Chevreuil.  

Les  six rescapés, camarades d'infortune de la forteresse abattue, seront partagés en deux groupes. D'un côté le lieutenant pilote Gordon Erickson et trois des membres de l'équipage seront mis à l'abri dans une grange prés du village de Belfonds.
la grange refuge provisoire

l abri de Freeman et Manckovick




 De l'autre, les deux blessés Willard Freeman et Charles Mankovick seront acheminés sur une civière par la résistance locale dans un premier abri et ensuite en forêt de Gouffern prés d'Aunou le Faucon. Une cabane de branchages dissimulée dans l'épaisseur de la forêt les abritera pendant trois semaines et permettra à nos deux rescapés de recevoir les soins appropriés. "Notre hutte n'était pas très étanche mais elle suffisait à nous abriter des intempéries du mois d'Août, deux docteurs venaient régulièrement s'assurer de la progression de notre guérison" témoignera Freeman.


Six mois après la date du crash, quelques nuits passées à la belle étoile et un long séjour dans la région lyonnaise pour reprendre quelques forces, nos deux convalescents atteindront en Décembre 1943 l'Angleterre, et leur base respective de départ.   


Chasseur allemand abattu par l une des forteresses





Le quatuor dirigé par Gordon Erickson, accompagné des sergents Ashworth, Penly et Wingerter, atteindra Gibraltar fin août 1943 après un voyage mouvementé et une traversée du Pays basque sans problème majeur sinon l'inquiétude suscitée par le regard insistant à Dax d'un agent allemand intrigué par les chaussures de nos voyageurs. Suspicion inquiétante qui fait trembler nos quatre évadés et craindre le pire. Leurs faux papiers résisteront ils à un examen approfondi ? Après un long dialogue, le guide, homme d'expérience finira par les sortir de cette délicate situation.

Enfin nos rescapés termineront leur périple de l'autre côté de la frontière dans un camion transportant... des poussins ! Bientôt, c'est Bilbao et enfin la liberté au consulat britannique .

Dés leur arrivée à Londres après le passage des Pyrénées et leur prise en charge à Gibraltar par la RAF, Freeman et Mankowick nos deux blessés enfin rétablis, annonceront leur arrivée à bon port par le message suivant émis sur les ondes de la BBC "Les amis du petit bois sont bien arrivés". Un soulagement pour tous ces sauveteurs résistants et aides bénévoles des régions de Sées, Mortrée et Argentan qui avaient contribué à faciliter leur évasion au risque de leur vie.  



LIBERATION LE 12 AOUT 1944
 



                                            
                                                  
ENQUËTE  ROGER CORNEVIN-HAYTON    1998

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SEES année 40 ...OCCUPATION

FALLINGBOSTEL CAMP DE PRISONNIERS STALAG 11 B RETOUR A PUTANGES

MONGOLS ARMEE ALLEMANDE....