Notre jeunesse ne fut qu'un ténébreux orage ...traversé là par de brillants soleils Charles Beaudelaire



Ma jeunesse ne  fut  qu 'un ténébreux  orage  Traversé ça et là par de brillants soleils charles beaudelaire   "  les fleurs du mal "


L' occupation tu l’as  vécue comme  moi donc rien a t’apprendre dans ce domaine sinon que le récit de nos mille facéties  n’a pas franchi les  frontiéres Et pourtant depuis ton départ en Amerique du  sud je pense que tu  ne peux etre informé du sombre bilan  qui découla de ces quatre années de détresse , de privations ,   d'aventures et  d interrogations;Ce débarquement on en parlait tant
 dans ,les campagnes ,et les chaumiéres Chacun exprimait ses désirs et ses pensées.. nous  les jeunes on débordait surtout d'imagination et de projets dans le  cadre d 'un certain optimisme...mais sans tenir compte de la réalité 
 



Sées  1940    Simples extraits de mon journal.... trés résumés

Cinq heures, le soleil n’est pas encore levé, des bruits de motos… sous nos fenêtres, Les silhouettes impressionnantes  de plusieurs motards se dessinent sur le pas de la porte .Je n’ose pas ouvrir la fenêtre Des silhouettes imposantes, des vociférations … des coups de pied dans la porte du rez de chaussée 
Casqués, imperméables gris, couverts de poussiéres, les silhouette floues des nouveaux arrivants nous font penser  à des guerriers d’un autre age  !Ces guerriers inconnus  crient vouloir visiter les lieux .
Devant leur insistance et non sans inquiétude William Hayton ouvre enfin la porte du rez de chaussée  Ils ne semblent pas menaçants mais plutôt indifférents à notre présence Un rapide regard pour inspecter les lieux 
Un piano dans le salon.... c’est l’aubaine …, L’un des motards exténué, au visage couvert de poussiéres s’installe délibérément sur le tabouret et rythme des airs guerriers, repris en choeur par ses compagnons . Un motard regarde avec intérêt une peinture clouée au mur et représentant le grand prix de Paris gagné en 1934 par l’un des cracks de l’élevage local « Admiral Drake
 « L’ un des motards déploie sur le bureau plusieurs cartes ressemblant étrangement à des cartes Michelin 
Sur l’une des cartes laissée à l’abandon je découvre qu’elle semble être la reproduction fidele de nos cartes routiéres, Les marges par contre sont imprimées en allemand 
L’avant garde repart sans crier gare et sans un signe de méfiance vis à vis de nous ,littéralement subjugués par une telle assurance  Enfourchant leur moto ils démarrent dans une énorme pétarade.. 



Les lendemain nouveaux  arrivants ....Plusieurs compagnies  bivouaquent dans la cour du haras,juste devant les bureaux . Les officiers prennent la liberté de visiter les boxes et jaugent la

qualité des pur sang

Ce qui me frappe c’est le comportement conquérant et insouciant des premiers éléments motorisés de cette avant garde



Nos visiteurs imprévus  veulent absolument voir le grand gagnant du grand prix de Berlin Casterari Comment ont-ils appris ce simple détail, ?

Un officier s empare de l un des étalons plutôt nerveux et réussit à se hisser sur le dos de ce vaillant animal Une ruade et le brillant officier se retrouve à plat ventre au milieu du bassin ……..parmi les nénuphars

Nous on n ose pas rire, l’officier vexé repart sans se retourner ;;;
Plus rien a faire au haras ,nous prenons le chemin du retour et croisons plusieurs convois  militaires 
 Inquiets nous observons dans le lointain les deux clochers rassurants de notre cathédrale  Majestueux ils dominent les toits de le ville Mais qu'allons nous trouver a notre retour sur notre place du parquet,?
Grande  animation sur les marches de la mairie 


Un  début d occupation agité!et le.... bonjour de nos premiers occupants

7 Juin 1940Avant  l arrivée des  allemands , la petite cité a connu d inimaginables scénes de pillage la place du parquet , les rues Billy et Montjaloux où tous les magasins ont été visités et vidés de leur contenu  Les autorités possédent le nom des personnes ayant participé à ces mises a sac 
Notre magasin pourtant situé face a la cathédrale et lieu de passage n a pas échappé à la régle 

Rappelles toi de notre intrusion au  palais episcopal , la sentinelle n’y avait   vu que du feu !Les germains  n’avaient aucune chance avec leurs bottes ferrées de nous rattraper lors de la descente de la rue  Billy
Et la gifle magistrale reçue  par F ‘’’de la part de la sentinelle du grand reich  qui gardait l’entrée du palais episcopal notre lieu de rassemblement des vacances  Déçus de ne pas avoir accés à notre terrain de  jeux  nous avions assailli la sentinelle dans   sa guérite par  une pluie de marrons d inde récupérés place  du Friche La sentinelle touchée en pleine face alerta un feldwebel et dans l'heure qui suivit plusieurs soldats du reich tentérent de nous attraper... .je réussissais à me soustraire de la  riposte  mais mon ami F ne put  esquiver la contre attaque  et reçut une magistrale volée ,certainement la raclée de sa vie... Futur instituteur je pense qu'il médita longtemps sur  ce fait divers ...et que nous  n étions plus pour longtemps les  maitres des lieux et de la situation
entrée du chantier


Le lendemain un ordre de la kommandantur placardé avec la mention" Halt Wer da" on doit immédiatement s 'arrêter sous peine de s exposer à un coup de feu   personne ne doit  franchir les  murs armés du Séminaire et de la Miséricorde ni ceux du no 49 de la rue d Argentré il est défendu de descendre dans les abris creusés dans les cours du petit séminaire et de l 'école communale 
Pourtant nous n’avions rien fait de répréhensible  ;;;Seulement attirés  par la reprise de nos activités de Robinson parmi les blocs  de granit destinés à la restauration de la façade de la cathédrale nous voulions mettre en application nos velléités de combattant
30 Avril 1943  La orskommandantur siegera à  l'hotel de ville les lundi mercredi vendredi de 10  heures a midi En cas d urgence s  'adresser au bureau  de l 'ortskommandantur ,couvent  de la  miséricorde  
C 'est un ordre dicté par monsieur l'officier commandant la place de Sées




 Le personnel administratif de la kommandantur envahit chaque jour les escaliers de marbre blanc de notre mairie Surnommées "les souris grises" hautaines et indifférentes elle ne nous adressent pas un regard ...
Impossible de consulter l énorme  documentation et les livres de la bibliothéque tenue per Monsieur Guy







7 novembre 1940
Cloitrés à domicile !actes de sabotage dans la région de Sées Mortrée  interdiction de sortir de notre domicile  entre 18 h 30 et 7 heures du matin sous peine d arrestation  c es la premiére fois que le couvre feu est imposé impossible de rejoindre les copains ! les lignes   téléphoniques seront gardées nuit et jour par des sentinelles fournies par la population civile
 Nous sommes une orstkommandantur !

Les allemands découvrent notre petite ville......Dés les premiéres heures matinales ils  partent à 
l exercice en scandant leur marche favorite que nous avons appelé familierement " ali  alo " ignorant totalement la signification des paroles  



« Ein heller und ein  batzen « qui n est d ailleurs pas une chanson nazie mais une vieille chanson populaire «  a boire «  que les compagnies partant à l’entrainement, feldwebel en tête reprenaient en chœur en remontant la place du Parquet dés  le lever du jour
 Cette chanson de marche entrainante  nous l avons entendue pendant plus de quatre années ..Elle   a marqué la mémoire des  français d une façon  inaltérable


 Dés les premiers jours les allemands en toute liberté déambulent dans nos rues et assaillent les commerçant ,forts de leur priorité   pour tout… particularité qui n échappe pas au marchand de monuments et  d objets funéraires monsieur G....Grande rue et qui se fait un devoir d’afficher "priorité à la Wehrmacht"
 Remontrance de la mairie  à ce commerçant trop respectueux des ordres communaux   «  Pas de provocation "rappele le maire!




 L' un des premiers allemands à Sées   Marigny rue de la gare



 ------------------------------------------------------------------------------------------------------
Premier allemand dans les  murs du  home familial  Dans le salon un soldat allemand flaire les odeurs de cuisine ,il longe le couloir et surgit alors que nous sommes tous attablés  .Débraillé… sa gaucherie dénonçe une origine campagnarde , qui contraste comme une injure à la wehrmacht,à la discipline prussienne et l’impassiblité nazie   Ce soldat semble  aussi étranger que possible à la guerre ,  un ennemi de la violence  , le membre le plus inoffensif 
 


de l’armée allemande   nous montrant toutes ses photos de famille Il semble plutôt avoir envie de s’attendrir sur tout ce qui est étranger à l’armée …..la nature , les arbres et les fleurs plutôt que les peripéties de la  guerre  Les photos circulent de main en main ,… on les examine avec une politesse distraite mais l’attitude de ce soldat nous surprend … nous qui avons plutôt l’habitude d’affronter l’arrogance ou l’impassibilité de nos occupants »C est bien cela  la guerre … Tous n 'ont pas envie de se battre !Et s ils étaient tous comme lui ..?

Commémoration aprés la guerre 
l' abbé Fulgence
 Notre patronage !

Nous avons toutefois  repris nos activités au cercle catholique ,le bonheur des parents mais aussi pour nous ;;; la détente en toute liberté sous la direction de l’abbé Fulgence notre mentor qui un jour nous annonça la terrible nouvelle. Nouvelle inattendue  qui déclencha angoisse et consternation ....Michel Coupry allait être fusillé veritable  drame dont nous ignorions les raisons  
"Deux jeunes Michel Coupry et Roger Coupé  avaient dressé   un barrage dans la nuit du 12 au 13  Aout 1940 sur la route nationale  avec des poteaux electriques ,  bidons d’essence et  panneaux de signalisation  bien sûr dans le but de contrarier les déplacements  allemands !Plusieurs otages furent désignés . Les allemands menaçants  attendaient  que les auteurs du sabotage se dénoncent . En effet devant la  tournure des événements les  deux jeunes  ne pouvaient  faire autrement que de se présenter à la gendarmerie Aprés jugement ils seront condamnés à 8 ans de prison par le
tribunal  administratif du département
Allemands insatisfaits ….L’affaire sera rejugée par le conseil de guerre allemand  qui voulait   un exemple…. Michel Coupry 18 ans   l ainé  sera fusillé..."

L’abbé Fulgence , notre dirigeant au cercle catholique rue d’Argentré recevra  à son domicile deux envoyés de la kommandantur ….Il  sera l’aumonier qui recueillera les derniéres paroles du condamné .
Michel  Coupry montra un courage énorme  lors de l éxécution de la sentence
L'abbé Fulgence nous conte ses derniers moments "trés calme il a écrit longuement deux lettres ' j ai observé qu il s essuyait quelquefois les yeux ; Il refusa le bandeau
L' abbé Fulgence me dit que la mort du jeune a été trés digne
 C 'est ainsi que débuta la resistance dans l'Orne dont l'esprit ne devait jamais faiblir
Sur le monument '' fusillé le" 23 Septembre 1940  à l'âge de 19 ans Premiere victime dans l'orne de l occupation nazie   Mort pour la France;;;"


Fin 1942 Notre nouvel instit!

Comme  moi tu as connu jean Mazeline ,le premier prof qui nous enseigna l Anglais la Géo et autres diverses matiéres en classe mais  aussi  le hand ball à onze Il a finalement été  victime comme tu le sais  des hordes germaniques Il entama notre classe en octobre 1942 ;;;

Sportif ,sympa ,attachant’dynamique  ,il  nous enseignait l’anglais dans le Carpentier Fialip mais trouvait le moyen de nous  initier au hand ball  sur le terrain des Ormeaux .lorsque  les «   frisés du grand reich » nous laissaient le terrain.. sinon.... Obligés  d abdiquer passivement …  devant l autorité germanique
Après un emprisonnement au château  des d ucs il fut à l' home Chamondot fusillé en aout 1944 avec notre voisin Frémiot ,transporteur de son métier mais dont l'épouse tenait un salon de coiffure contigù  à la maison de  la vieille dame passementiére
Transporteur d armes Frémiot ardent patriote  récupérait les nuits de pleine lune les containers lançés par les avions de la  RAF  au nez et à la barbe de l’occupant ;IL avait l'habitude de garer son  camion devant notre maison place du Parquet

 Il  est un fait que le bruit de ces avions hantait nos nuits et je  me demandais comment les pilotes de la RAF  réussissaient à localiser les terrains balisés par les resistants Un vrai défi et je ne  sais qui  on devait  admirer le plus….. les résistants cachés sous les ombrages en attente  d un avion incertain alourdi par son chargement de containers  ou les pilotes anglais en quête d’un  terrains mystérieux rempli de piéges Un résistant de nos connaissances nous avait fait comprendre secrétement  les mystéres et les  piéges de nos forêts
 je  crois savoir que ces avions décollaient de Tempsford et survolaient Londres avant d atteindre la côte normande  

Durant cette guerre l avion et la radio révolutionnent les moyens 
d action des belligérents ,imposant des changements fondamentaux à la  nature ; au déroulement et aux formes de la lutte Qu ' aurait été en effet  la résistance  si les combattants de l'ombre n'avaient eu aussi pour eux l'azur et le  ciel ? sans la voie des airs comment les groupes de résistants auraient ils pu communiquer , recevoir  des armes accueillir  ou  recevoir des agents
et sans la TSF,sans les emissions de  radio cladestins ,sans les  écoutes de Londres   sans les messages personnels de la BBC comment auraient pu               s 'effectuer les liaisons ,se  transmettre les instructions , s échanger des renseignements  

 Accrochés chaque soir à la TSF bloquée avec prudence sur la BBC c 'est dans cette ambiance  que nous vivions ...d'où notre discrétion à écouter le poste familial dans le plus  grand mystére 
 Notre  rêve à nous les jeunes ;;;traverser le channel et vivre cette guerre sous la protection  de la  verte Albion encore fallait il trouver un pêcheur en mesure de nous faire traverser la Manche !
  Aprés plus  de quatre années d occupation j'ai réalisé que  ce projet n  était qu un rêve                                                           

Notre   rôle me rappellera un pilote


Chasseur de nuit Fockewulf
balisage en forêt par les résistants



"Cette bonne terre de France si attirante mais inhospitaliére il nous faut la survoler avec la plus grande prudence avec un équipage perpétuellement aux aguets scrutant du sabord ou de la tourelle arriére les profondeurs de la nuit "..equipage composé de dix hommes de nationalité souvent différente Britannique, Canadiens, australiens ,néo zelandais  polonais

« Chaque sortie dure plus de sept heures, des heures d’un vol angoissant dans la solitude nocturne, passées a survoler la mer toujours hostile et la terre ennemie, à surveiller un vide que peut a tout moment trouer le chasseur de nuit assassin, a scruter un néant que perce le pinceau glaçé du projecteur doublé du mortel éclatement de la flak _ »
Un  défi au danger permanent  crée  par la chasse allemande ou d’une DCA dissimulée  sous les ombrages
 Heureusement la BBC egayait nos rêves  
 A tout hasard  si tu viens à l’écouter dans ton pays d’outre atlantique Songes  combien elle a pu nous faire rêver avec le signe annonciateur  de la symphonie de Beethoven Jamais je  n’oublierai ;;;;aurait chanté Rina ketty Ces  perpeties  nocturnes d e longue haleine dans le froid , le brouillard ,et la pluie ;;;

Nos quatre  gendarmes  déportés ,jean Mazeline Albert Frémiot et Edouard Paysant fusillés


Jean Mazeline lorsque il quitta Sees prit en charge différents  parachutages il  vivait en forêt ,caché mais de retour au domicile familial la gestapo le surveillait Et il ne put éviter le piége qui lui était tendu à  la naissance de son premier enfant Combien  j aurais aimé le revoir !
Le sachant  enfermé dans les sombres cellules du chateau des ducs ,chacun de nous espérait fermement un geste de clémence de l'occupant ..

jeunesse insouciante   c est nous !
Parlons  d Edouard Paysant ,lui était le grand chef ;;;  Nous ignorions tout de ses soirées nocturnes  dans la campagne sagienne Pilotant sa Simca il sélectionnait les futurs  terrains de parachutage roulant la nuit malgré le couvre feu et dans la clandestinité la plus totale La derniére fois que je l’ai vu nous avions mesuré les dimensions de la future piscine Piscine qui n’existe toujour pas d’ailleurs... et comme tu le sais nous  avions repéré l’étang Sauvager route de Carrouges Mais nos nouvelles habitudes donnérent l’éveil aux ,allemands en quête d un point d eau ;;; nous étions repérés  si bien que nous nagions  dans les eaux troubles de cette vieille carriere  peuplée sur le fond sablonneux  de wagonnets abandonnés
Une amazone bien connue semble t il est venue se pavaner  sous les pommiers A priori ce n était pas pour  manger des pommes ... et les Germains ont semblé  apprécier sa présence
Je pense quelle échappa de peu à la tonte forcée place du Parquet .sur les marches de la mairie en août 44 Spectacle lamentable populaire et moyen ageux que je ne suis pas prêt d oublier

l'Independence day ...

Souviens toi du 4 juillet 1943    Plus de cent forteresses volantes et des parachutes dans le ciel bleu! je résume  et simplifie ...

je venais de terminer l'entrainement de hand ball .... notre ciel normand d'un bleu sans nuages
091.jpgSoudain un bruit assourdissant  ... Une centaine de forteresses volantes de l'us air force se dirige vers le sud
Une heure aprés une forteresse poursuivie par un chasseur allemand ....Longue fumée noire dans son sillage la forteresse s écrase à la limite de la forêt  C est l'animation sur le terrain 
Un parachutiste américain tombe pas  trés loin de nous je récupére un morceau  de parachute et  je trouve un poignard
les seules photos de l'épave de la forteresse volante prises  le lundi matin 5 juillet vers10 heures
Dés le lendemain matin je décide avec mon frére de tenter une incursion sur les lieux du  crash  Dangereux mais pas impossible !le kodak familial caché  dans mon blouson nous franchissons le premier barrage sans difficulté sur les rives de la Senneviére  Un spectacle de désolation...
Des morceaux d'avions ,un moteur dans les eaux claires où nous avions l'habitude de pêcher la truite 
Seul le bruit du vent dans les peupliers La chance;; pas de sentinelle !je réussis  à prendre les seules photos existantes de l'épave ( elles me sont souvent demandées )Nous continuons  notre périple longeant le bord de la riviére  Un corps brulé méconnaissable celui d'un membre de l'équipage recouvert d un drap . un bouquet de violettes....,c est à la fois impressionnant et émouvant Nous continuons notre périple  Découverte d un autre corps brulé Nous sommes vraiment impressionnés ......
La famille de Hackley  avait découvert mon article sur le site ansa 39 45 Elle me contacta et m'adressa le drapeau américain dans un coffret  Hackley sauta de l'avion parachute en flammes;et tomba à proximité d un troupeau  de moutons .Le gardien pris de panique prit les jambes à son cou ..

 L' un de nous se fait "repérer "sur le manége place du friche ...Un morceau  de parachute sortait de  sa poche
je ne me lance pas  dans les détails 
Six aviateurs cachés par les résistants dans une vieille grange abandonnée ,pris en charge par la  résistance locale Deux ( Freeman et Mankovicks s'évaderont par les Pyrenées orientales ,et quatre par les Pyrenées atlantiques ...cachés dans un camion de volailles et de poussins aprés multiples péripéties
Deux faits prisonnier , l'un prés de notre place de baignade   l autre au village de Belfonds

Dans les années 50 je prendrai contact avec les services 
d archives de l 'Alabama et j'obtiendrai ainsi tous les tenants et aboutissants de ce drame  !
je pense que  tous les articles présents sur internet sont issus de mes recherches et des résultats que j ai pu obtenir des archives américaines En ce qui me concerne tous les résultats  sont a la disposition de tous aux archives départementales de  l'Orne


Dans la nuit du22 au 23 Mai 1944 avec mon frére nous observions le ciel et les étoiles en quête des points  lumineux marquant la présence d’escadrilles en route vers le Sud  Un avion inconnu enflammes rasa les toits et s écrasa au nord de la ville Spectacle  dantesque dans les buissons d aubépines que je m’efforcerai de ne pas décrire .Un amas de corps déchiquetés par l’explosion au sol et des objets épars qu' allemands et gendarmes s efforçaient d identifier et de récupérer ,documents , cartes foulards , etc..
 Aucun  survivant !
Les gendarmes n’ont pu déterminer la nationalité de cet avion inconnu En 1998 de retour d’outre atlantique  je retrouvai une tombe abandonnée et le registre qui me permit d’obtenir la liste de l’équipage auprès de la RAF et du ministére de la  défense britannique  54 ans après …c est un comble !

WGH propriétaire de la  bague


Les sentinelles ont refusé notre présence sur les lieux aussi nous avions été obligés de battre en retraite devant  l agressivité de l'une d'elles  ‘(yougoslave  je l apprendrai plus tard)et qui avec l un de ses collégues a l’annonce du débarquement s 'esquiva dans la campagne chez un fermier des environs pour échapper à l'emprise allemande


Photo d'un inconnu déchirée trouvée dans les débris de l'épave

le pilote et son  épouse avant le départ  pour l'Europe
c 'était lepilote !


..
Après avoir contacté la RAF et le ministére de la défense britannique  j’enquêtais en 1998 pour découvrir qu il s'agissait de six jeunes canadiens dont c était la premiere  sortie en territoire occupé  La DCA germanique veillait et l’avion en flammes aprés avoir rasé les toits de la ville s 'abattait à la Potence
A la recherche d un  témoin en 1998 aprés la découverte au cimetiere communal d une tombe inconnue  Je demandai au journal de l'orne de  publier un article  

Une bague en or et une photo déchirée  m'étaient  rapportées
   
par deux témoins   54 ans aprés la date du crash
Remise de la  bague à un membre de la  famille de WGH  60 ans aprés  le crash du  22 23  Mai 1944



Le débarquement Après le stationnement des tanks allemands aux pieds de la cathédrale et la menace des chasseurs alliés il ne nous restait plus  qu’une seule issue… quitter les lieux et émigrer hors de la ville Nos cousins accueillants occupaient alors la mairie de Bursard où ma cousine  exerçait la fonction d’ institutrice et de directrice de l’école
Le  grand silence de la campagne, les petits oiseaux au réveil …la quiétude retrouvée …
 ….Logés dans le grenier au milieu des postes de TSF  rapportés par  les villageois ...Privés de courant nous avions réussi à monter un poste à galéne et à   poursuivre l’écoute de ces informations nous  informant de  l’avancée des alliés
Soudain grande surprise mais aussi une peur intense  Irruption sous les ombrages de l allée de tilleuls d’un convoi allemand de la Luftwaffe   trainant dans son sillage des pieces de DCA
Nous commencions à réaliser que notre tranquillité au pays faisait partie des souvenirs

…Nos nouveaux locataires s'installérent dans les différentes piéces de notre maison mais dans les salles de classe impossible d écouter mon poste à galéne   caché dans un pupitre
  Nos  nouveaux locataires  trouverent  le moyens de descendre un mosquito de la royal nouvelle zelande  air force L’avion rasa notre toit avant de s écraser dans le bois environnant .Un servant allemand vint me chercher très tôt le matin  :La désolation ,la tristesse des lieux ,une surface de forêt rasée et au mileu une épave encore fumante Deux corps  disloqués ....
.L ‘allemand s empara d'un portefeuille et refusa de me communiquer son contenu Moi je récupérai une boussole tombée dans les broussailles  
Je fus contacté par la famille dans les années 50 celle du pilote Francis Carr
 Enfin a l'approche des divisions américaines et françaises "nos locataires " firent sauter les batteries et prirent la poudre 
d escampette sans crier gare Moi je récupérai  cartes et photos ...
 
Photo trouvée  dans le Halifax abattu à Larré et qui permit d'identifier l'un des membres de 

 l équipage  qui venait de se marier




Retour à sées  Notre maison une fois encore  reçut la visite de sagiens inconnus mais ce n'était pas le pillage de mai 1940



Une bréve retrospective m'incite a dire que notre autre voisin le docteur Melun docteur mais juif ...fut déporté a Aurigny avec des espagnols anti franquistes Terrible destinée,!Ramené à Drancy il fut envoyé  au terrible camp d  Auschwitz . 75 000 Juifs y furent gazés Certains ont dit qu il était décédé dans le train partant de la gare de Bobigny à destination de ce terrible camp d extermination 
Voisin , de contact agréable il sera surnommé »le médecin des pauvres et une  plaque  a été apposée prés  des murs de notre maison  
Mon beau pére britannique donc membre  du Commonwealth protégé par la croix rouge Régime privilégié mais privé de liberté  il sera  libéré de Drancy en juillet 1941 pour laisser la place aux juifs dont le terrible sort était déjà réglé par les SS Brunner et Eischmann  
Par contre il devra répondre à un contrôle permanent de la kommandantur structure de commandement de l' armée allemande dans notre département


Ce  que j ai appris concernant Edouard Paysant

« La  3 eme équipe est composée de Edouard Paysant (Trouvére) et Irene ( Marie Croisé  )
j'ai pris un extrait de"l'espoir des ténébres " de Michel Pichard coordinateur national du BOA 
"Le 19 juin 1940    au matin dans le bois de Callac «  Trouvére  «( Edouard paysant   a pris soin d achever la dispersion de son équipe puis il décide de se rendre au moulin de Plumele’c afin d y recuperer un poste et du matériel
Mais a quelque distance du moulin alors que les trois equipiers circulent a pied dans un chemin creux ils sont capturés par un groupe de «  cosaques « vers 15  heures
ils sont immediatement conduits dans un café de Plumelec où Maryse a la surprise d apercevoir Marguerite  Neulat ( secrétaire de fonction et hauteur  )mais elle réalise que Marguerite est aussi captive des cosaques
Ces captifs sont d abord conduits dans un café de Plumelec  a Locminé les prisonniers sont enfermés dans une porcherie mais à  une heure du matin le SD prend l affaire en main   le SD de Pontivy considére que la prise est de taille
Marie Croisé et marguerite Neulat seront déportées   A la prison de Pontivy «  Trouvére «  se signale par son courage et ses efforts pour maintenir le moral de ses compagnons   mais on perd la trace de Trouvére certainement éxécuté prés de Pontivy  On ignore enfin ce que sont devenus certain  de ses amis «

Et le cinéma allemand Nous on ne s’occupait pas de nationalité malgré l’afflux de films français de qualité ,Les vedettes allemandes Marika Rokk ,Zarah Leander chantant" lily marlen" nous attiraient et la wehrmacht nous laissait en paix
Souviens toi assis dans le fond de la salle adossés au mur comment nous nous sommes fait virér par les SS L’ami  jorry  fut projeté sur le trottoir et moi-même j'ai gardé longtemps les traces d’un coup de poing ravageur Qui avait mis du fluide glacial sur les siéges des allemands ?les français ou les espagnols,Nous ne le saurons jamais mais a partir de  ce jour le directeur du  Rex se souviendra longtemps de  son magnifique œil au beurre noir

je te donnerai la suite lorsque tu auras répondu à cette missive


Dans les années 50 je prendrai contact avec les services d '
archives de l Alabama et j'obtiendrai ainsi tous les tenants et aboutissants de ce drame exceptionnel malheureusement !je pense que  tous les articles présents sur internet sont issus de mes recherches et des résultats que j ai pu obtenir des archives américaines En ce qui me concerne  mes résultats de  recherches sont a la disposition de tous aux archives départementales de  l'Orne

Voir  les archives departementales et demander le dossier 

Roger Cornevin-hayton



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SEES année 40 ...OCCUPATION

FALLINGBOSTEL CAMP DE PRISONNIERS STALAG 11 B RETOUR A PUTANGES

MONGOLS ARMEE ALLEMANDE....