Accéder au contenu principal

Radio Londres 1940 1944 La BBC ouvre ses ondes à la résistance

2Pour une poignée de français la guerre ne s 'arrête pas avec 
l 'armistice de 1940 ;mais la continuer est un pari audacieux quand manquent les moyens humains , financiers et matériels 
Tout reste à concevoir   c est dans cet esprit qu 'à Londres le colonel Passy organise le bureau central de renseignement et  d 'action
 ( BCRA )
Son objectif est triple
Recueillir des renseignements sur tout ce qui se passe en France , soutenir les résistants de l 'intérieur dans leur combat puis imposer à ceux ci une tutelle souvent fort mal acceptée( reference faite à " les services secrets du général de Gaulle ")

Résultat de recherche d'images pour "CLOUET DES PERRUCHES"
Résultat de recherche d'images pour "PINTEREST VOL DE NUIT"


Résultat de recherche d'images pour "SEES"


L'occupation allemande de la France pendant la Seconde Guerre mondiale, souvent nommée simplement l'Occupation, commence avec l'armistice du 22 juin 1940 et s'achève avec la libération progressive du territoire à partir de juin-août 1944 en France continentale, le tout précédé par le débarquement des Alliés en Afrique du Nord française(Maroc et Algérie) en .
Résultat de recherche d'images pour "défilé allemand paris 1940"
, Le pays se alors trouve inféodé à l'Allemagne nazie. Comme tous les pays occupés, la France fait l'objet d'un pillage économique, humain, financier et même territorial (annexion de facto de l'Alsace-Moselle). Le régime de Vichy, qui s'oriente rapidement vers une politique de collaboration, soutient la politique de lutte contre la Résistance et mène de manière autonome la persécution des Juifs, puis contribue à leur déportation en Allemagne et en Pologne. Cette situation de soumission s'accentue lorsque, en , la zone sud est occupée, à la suite du débarquement des Alliés en Afrique du Nord française (Maroc et Algérie).

Résultat de recherche d'images pour "sentinelle allemande"La vie en France sous l'occupation allemande se caractérise par la pénurie et par la répression.mais aussi par une réaction de son peuple
Résultat de recherche d'images pour "sees place du parquet"Une amertume tenace en découvrant l’emblême de l’ennemi d’hier , flotter au vent  en haut de l’escalier de la mairiE
Résultat de recherche d'images pour "personnel administratif wehrmacht feminin"Résultat de recherche d'images pour "GUERITE ALLEMANDE"  Ce jour je regrette de ne pouvoir utiliser le vieux kodak  familial ….par  sécurité !  , les" souris grises "( employées administratives allemandes )affairées et  hautaines se précipitent dans les escaliers de marbre de la mairie nous  ignorant totalement.Plus moyen d entrer  dans la bibliothèque !et je crois savoir que le bibliothécaire Monsieur G..... instituteur a l école communale ne peut exercer sa fonction habituelle de conseiller pour les jeunes que nous sommes ...
Notre seule distraction  la relève de la garde ...  une  guérite est  installée entre le café Ferté et le marchand de primeurs espagnol Bujosa Avec mon   ami Achille nous imitons le pas de l'oie mais  nos facéties irritent   notre garde champêtre 
Résultat de recherche d'images pour "DRAPEAU NAZI"Sées est alors une Orstkommandantur 
Le mot désigne à la fois les services de commandement, le bâtiment où ils sont regroupés et le territoire concerné. Au cours des deux guerres mondiales , la Kommandantur était un commandement militaire local, chargé de l'administration du territoire qu'elle occupait
Résultat de recherche d'images pour "prefecture alençon"
Résultat de recherche d'images pour "PRÉFECTURE ALENçON"Dans le cas présent la kommandantur est située à Alençon rue .saint Blaise..

Je réalisais que seule la radio anglaise avait laissé une marque indélébile de notre vie  de tous les jours durant l occupation 
Combien de fois suis je passé devant ce vieux poste de TSF de couleur marron ,Des milliers de fois je l avais connu là, au méme  endroit et au gré de mes pérégrinations  dans cette maison familiale

En fait la BBC que nous écoutions passionnément  était  à l origine d une véritable résistance , celle de la population civile  face à l occupant  
 
Ainsi de 1940 à 1944 dans les programmes diffusés en clair une équipe de français à Londres s' adressait quotidiennement  à ses compatriotes non seulement avec l espoir de les faire patienter mais en leur apportant une source d informations libres et authentiques
Mais aussi pour les convier à résister et pourquoi pas à soutenir les alliés dans 
l 'affrontement ultime

La radio devint alors une véritable arme de guerre et l 'arme de guerre majeure de nos alliés

Résultat de recherche d'images pour "gendarmerie sees"
Résultat de recherche d'images pour "VIDEO BBC CHURCHILL"

Franck Bauer était le dernier speaker français de Radio Londres. Le Troyen est décédé aujourd'hui à l'âge de 99 ans. Pour beaucoup de Français, ce musicien  de formation et sa voix ont incarné la résistance.
Par FMRésultat de recherche d'images pour "franck bauer radio londres" Franck Bauer 


Il était le dernier survivant de l'équipe de speaker français qui se relayaient sur la BBC pendant la seconde guerre mondiale. Frank Bauer était né à Troyes, dans l'Aube, en juillet 1918.

Frank Bauer est mort dans sa centième année à l'hôpital du Cateau-Cambrésis, dans le Nord. C'est son fils le musicien et interprète Axel Bauer qui a annoncé son décès.
C 'était  l oeuvre  de Churchill.... le SOE
..... rappelons son rôle
 

Le soe est un organisme majeur qui devait frapper en territoire ennemi vite et fort Ses opérations devaient être caractérisées par la soudaineté la ruse et la souplesse et frapper l ennemi aux défauts de sa cuirasse
Résultat de recherche d'images pour "kommandanture alençon" Résultat de recherche d'images pour "TEMPSFORD AIRFIELD" Résultat de recherche d'images pour "TEMPSFORD AIRFIELD"


En juin 1940   LA BBC ouvre ses ondes aux français et aux premiers résistants qui ont fui l' occupation allemande 
Résultat de recherche d'images pour "big ben londres"
Radio Londres est née et va devenir le rendez vous quotidien des Français pendant 4 ans
Résultat de recherche d'images pour "big ben londres"
 De Jeunes chroniqueurs ( jacques Duchesne , jean Oberlé , Pierre Bourdan ,Maurice Schumann et Pierre Dac insufflent
  un ton nouveau sur l 'antenne et inventent la radio de proximité  Résultat de recherche d'images pour "BBC RADIO LONDRES"
Résultat de recherche d'images pour "bigben"
Résultat de recherche d'images pour "chroniqueurs londres bbc"

Bulletins de Pierre Dac

Pierre Dac qui attaquait déjà Adolf Hitler et Joseph Goebbels dans son journal L'Os à moelle, commence à écouter les émissions françaises de la BBC à partir de 1937 Quand il entend l'appel du 18 Juin, il décide de rejoindre le général de Gaulle à Londres Lorsque les Allemands arrivent à Paris, il s'enfuit à Toulouse en zone libre et écoute Les français parlent aux français tous les soirs Son ami René Lefèvre lui suggère en décembre 1940 de rejoindre l'équipe de l'émission. En 1941, alors que la BBC examine sa candidature, il décide d'y aller sans attendre la réponse. Arrêté à Barcelone puis emprisonné, il n'arrive à destination qu'en 1943 et lit son premier texte le 30 octobre
Sa première intervention est plébiscitée par les auditeurs français contents de l'entendre à nouveau. Il prépare alors de nouveaux textes en écoutant les radios sous contrôle allemand pour se moquer des mauvaises stratégies et des défaites de l'ennemi. Il écrit aussi des textes et des chansons pour motiver la France contre l'envahisseur, avec par exemple ce quatrain sur l'air de Savez-vous planter les choux
Les agents sont des brav'gens
Quand ils aident, quand ils aident
Les agents sont des brav'gens
Quand ils aident les résistants

 La véritable Radio Paris, l'une des meilleures radios de France émet jusqu'au 17 juin 1940. L'occupant allemand, qui en a réquisitionné les locaux et le matériel, va usurper ce nom pour en faire, en zone occupée, l'outil principal de sa propagande, dès le 18 juillet 1940. Disposant de moyens financiers importants, cette radio allemande en langue française recrute de nombreux journalistes collaborationnistes et antisémites.









 Messages personnels  sketches , chansons , blagues et publicités S'ouvre alors une guerre redoutable entre radio PARIS et radio Vichy
 Preuve de son succès les allemands réagissent et confisquent les postes de TSF.. l écoute devient donc clandestine et risquée                                                       




Notre objectif pour aujourd hui où nous devons larguer nos containers c’est un territoire inconnu quelque part en France ( en l’occurrence un département situé à l’intérieur des terres …..l’Orne …) ou il nous faut parachuter de nuit des containers remplis d’ armes, munitions, et médicaments ; nous n’oublions pas le colis cadeau … composé de thé, café, et cigarettes …
Un simple coin de Normandie caché aux abords d’ une sombre foret mystérieuse qu il nous faut absolument trouver… quelles que soient les conditions climatiques, les radar et les danger du ciel marqués par la chasse allemande toujours aux aguets
 Résultat de recherche d'images pour "avion halifax"

Ces missions avaient pour nom « mission Harry « et les avions Halifax appartenant au 138 et 161eme squadron de la RAF etaient spécialement adaptés à ce type de mission
On conçoit la difficulté des pilotes et navigateurs à trouver ces points précis de nuit et feux éteints
Le danger résultant de différents facteurs , la DCA et la chasse allemande ,

Fin 1942 le SOE pouvait utiliser 2 escadrilles toujours basées à Tempsford, le 138 eme squadron composé alors d’une quinzaine de Halifax et le 161 eme squadron 5 Halifax six Lysander et un Hudson














Aurélie LUNEAU   Pendant 5 années ils firent de la simple relation hertzienne un instrument de la guerre des ondes contre 
l 'ennemi commun

l 'histoire des Français et de la BBC est celle d une liaison indéfectible nouée en temps de guerre  une histoire unique entre un média et ses auditeurs en lutte contre la tyrannie nazie  pour restaurer la liberté et la démocratie

les messages secrets de la Résistance Sagienne

Résultat de recherche d'images pour "POSTE TSF"

La lune a été pour le SOE une déesse encore plus puissante que dans les religions antiquesdu Moyen Orient
Toutes l' activité du SOE s'est  réglee sur ses phases Les avions clandestins ne pouvaient  pas atterir sans elle Il
restait désirable pour  une opération de parachutageque la lune soit au moinsà demi pleine et hautedans le ciel d 'où l organisation des missions secrétes en territoire occupé








 
Je ne fais que mettre en évidence    un aspect souvent,méconnu du grand public sagien celui de la résistance locale dans notre région
Un ancien résistant sagien  comme beaucoup d 'autres ne m 'avait t il pas rappelé  " Bientot nous serons ignorés et la vie se chargera de nous faire oublier "
Ma premiére réaction avait été de lui répondre" Eh bien non je profiterai de mes quelques moyens pour souligner  votre  action et rappeler la somme de courage et de volonté que vous avez déployée pour sauver l honneur de la France "
En effet j avais eu l occasion de discuter et de parler de cette période perturbée avec quelques anciens résistants pleins d' amertume devant 
l 'oubli qui les menaçait 
Rappelons les points essentiels  propres à  cette période
Résultat de recherche d'images pour "DOMINATION GERMANIQUE OCCUPATION" d 'occupation où la puissance germanique imposait sa  domination  sur toute l Europe 

Dans le cadre de cette domination l’avion et la radio  révolutionnaient les moyens d’action des belligérants de la seconde guerre mondiale ,imposant des changements fondamentaux à la nature ,au déroulement et aux formes de la lutte
. 

 

 PHOTOS INTERDITES  Défilé place du Parquet   juin 1940


On peut dire que la BBC réglait l’ existence de la plupart des Français tout au moins pour ceux qui accordaient la plus grande confiance aux alliés en écoutant les nouvelles transmises par RobertSchumann , Jean Marin , Pierre Jourdan
Carte de la mer « Manche »..On commençait à ressentir une sorte de tressaillement aux premiers succès alliés qui commençaient à se dessiner
Résultat de recherche d'images pour "bateau traversant la manche occupation" 
Pour nous simples habitants nous étions tous à l 'écoute passionnée des ondes de la  BBC qui était devenue notre point de ralliement
Londres représentait notre  but à tous  et les  français dans un rêve  ne pensaient qu'à traverser la Manche par tous les moyens maritimes existants en dépit de la surveillance des bateaux côtiers allemands et de la Luftwaffe



 














 



Résultat de recherche d'images pour "carte mers el kébir"


Résultat de recherche d'images pour "mers el kébir bataille"
Afficher l'image d'origine







Mers el kébir  On désigne, par cette expression, l'attaque par la Marine britannique, du  au , soit une semaine avant la remise des pleins pouvoir au Maréchal Pétain, d'une escadre de la Marine nationale française mouillant dans le port militaire de Mers el-Kébir (golfe d'OranAlgérie). Cette attaque a été précédée d'un ultimatum que l’amiral Somerville adressa au vice-amiral d'escadre Marcel Gensoul de livrer tous ses navires 
 ou de les saborder ou de les éloigner, avec un délai de six heures pour commencer à s'exécuter.




En 1940, la BBC ouvrait ses antennes à ceux qui refusaient la défaite.

Les forces diverses naissantes de la resistance et dispersées à travers le territoire et a l origine dénuées de moyens parvenaient  à se structurer , s' unir et se renforcer progressivement au point de devenir par la suite un élément important au sein des armées alliées

Leur rôle sera enfin déterminant pour la libération du territoire et la présence de la France à la table des vainqueurs le 8 mai 1945


https://www.herodote.net/8_mai_1945-evenement-19450507.php6 mai 2016 ... La Seconde Guerre mondiale se termine officiellement en Europe le 8 mai 1945, à 23h01 (heure allemande), au lendemain de la capitulation sans condition de l' Allemagne nazie, signée la veille à Reims. Elle laisse un bilan sans équivalent dans l'Histoire avec plus de cinquante millions de mort


Pour ce qui est de la lutte clandestine en ces premiers mois 
d' occupation une évidence s’imposait : les conquêtes techniques  constituaient des atouts aux effets incalculables .et il est bon de les rappeler 




Incontestablement la résistance française devait son existence son organisation et son développement à quelques hommes qui avaient su concevoir et réaliser une liaison quasi permanente  entre   les instances  de la défaite et de la discipline nouvelle imposée par
 l' occupation allemande 
Résultat de recherche d'images pour "churchill"

LE  SOE

Cest Winston Churchill qui créa ce service au cours de 
l 'été 1940 en définissant ses objectifs «  mettre le FEU a 
L' EUROPE "
Résultat de recherche d'images pour "PEXELS RIVIERES DE NUIT"

Cette aide  ne pouvait  être apportée que par une étroite collaboration entre le BOA (organisme de résistance local national clandestin situé en territoire occupé )et  le SOE situé à Londres  en utilisant  la voie des air radio de la BBC
 l aviation par l intermédiaire du BCRA organisme de la  France libre )situé à LondresRésultat de recherche d'images pour "parachutes de france"
Résultat de recherche d'images pour "de gaulle"
                                           L AZUR ET LES PARACHUTES
Résultat de recherche d'images pour "halifax containers d armes"Résultat de recherche d'images pour "containers d armes soe"
Résultat de recherche d'images pour "CONTAINERS RAF PARACHUTAGES"
Résultat de recherche d'images pour "de gaulle"

La guerre des ondes s' engage 
 

Ici Londres ! Les Français parlent aux Français… " En 1940, la BBC ouvre ses antennes à ceux qui refusent la défaite. Radio Londres est née et va devenir le lieu de rendez-vous quotidien des Français pendant quatre ans. De jeunes et talentueux chroniqueurs (Jacques Duchesne, Jean Oberlé, Pierre Bourdan, Jean Marin, Maurice Schumann, Pierre Dac…) insufflent un ton nouveau et inventent la radio de proximité

A  l issue de la libératiole_8 Janvier 1946 des voix célébres de la BBC  parcoururent la ville de Gand en calèche et furent salués en héros de guerre

 - "Veuillez écouter tout d'abord quelques messages personnels." Ce 14 août 1944 en début de soirée, parmi les quelques mots prononcés sur l'antenne française de la BBC, certains résonnent tout particulièrement aux oreilles de la Résistance. "Nancy a le torticolis", "le chasseur est affamé", "Gaby va se coucher dans l'herbe"...
Au total, une douzaine de messages codés annoncent pour le lendemain le débarquement des forces alliées en Provence, dont le 70e anniversaire sera célébré à Toulon le 15 août par François Hollande. Environ 450.000 hommes, dont 250.000 Français (venus majoritairement de l'armée d'Afrique) se lancent à l'assaut des défenses ennemies. Deux semaines plus tard, Toulon puis Marseille sont libérées de l'occupation allemande.
Stéphane Hessel en a écrit beaucoup
Mais tout a donc commencé par quelques messages codés, comme, deux mois plus tôt, pour le débarquement de Normandie. Le 1er juin, 161 messages sont lancés pour mettre en alerte les réseaux de résistance puis 200 autres sont diffusés le 5 juin pour demander le passage à l'action. "Les deux plus célèbres, -les sanglots longs des violons d’automne- suivi quatre jours plus tard de -bercent mon cœur d'une langueur monotone- étaient destinés au réseau de résistants Ventriloquist qui devait ainsi entamer le sabotage de voies ferrées en Normandie et Bretagne", raconte Aurélie Luneau, auteur de Radio Londres 1940-1944 : les voix de la liberté (ed. Perrin) et Je vous écris de France : lettres inédites à la BBC, (ed. l'Iconoclaste).
C'est en effet grâce aux ondes de cette station que les messages codés sont passés. "Le tout premier a été envoyé en septembre 1941 après que le colonel anglais Buckmaster a eu l'idée d'utiliser la BBC pour entrer en contact avec la Résistance", précise l'écrivain.
"Au début, les textes reprennent le format des messages personnels qui étaient adressés à leur famille par ceux qui avaient fui la France", précise Michel Augeard ("Lisette va bien", "Richard dit bonjour à ses amis", "Jean et Georges embrassent leur famille et saluent Bichette"). Ils se sont ensuite diversifiés et complexifiés, certains reprenant des poèmes (de Verlaine notamment), d'autres étant tout bonnement inventés. "Stéphane Hessel a été l'un de ceux qui en a beaucoup écrit pour le débarquement en Normandie", ajoute-t-il. Les troupes en France étaient souvent prévenues du sens des messages par des radio émetteurs (l'un des postes les plus exposés de la Résistance) qui les joignaient grâce à des messages en morse.
Environ 15.000 messages pendant la Guerre
On estime que durant la Guerre, 80% des messages diffusés étaient des messages opérationnels. "Si l’on ajoute les leurres ou les messages d’intoxication non suivis d’effet, on atteint et dépasse sans doute les 15.000 messages", précise Michel Augeard. Certains annoncent le parachutage d'un agent de la Résistance, d'autres le déclenchement d'une opération ou des mouvements de troupes.
Résultat de recherche d'images pour "CONTAINERS D'ARMES"Chaque jour, juste avant les nombreux bulletins d'information (on en compte jusqu'à douze quotidiennement), ce sont des millions de Français qui les entendent. Alors que les premiers programmes en français sont diffusés avant la guerre, c'est l'appel du Général de Gaulle, le 18 Juin 1940 qui popularise la BBC.
"Malgré l'interdiction des autorités allemandes, ils sont devenus un rendez-vous incontournable pour les 6,5 millions de Français équipés d'un poste de radio. Et comme souvent l'écoute était collective, beaucoup plus de personnes étaient touchées", explique Aurélie Luneau, selon qui Radio Londres était "une radio de l'espoir".
Les résistants n'étaient pas les seuls mobilisés par ces messages; la BBC relayait également des appels à la population civile pour qu'elle désobéisse aux ordres allemands. "C'était une manière pour la radio de transformer ses auditeurs en auxiliaires des alliés quand les Débarquements ont eu lieu", conclut l'écrivain.
Tempsford Preparation des containers d 'armes destinés à la résistance
Résultat de recherche d'images pour "containers parachutage soe"
Résultat de recherche d'images pour "containers parachutage soe"




 Des messages personnels aux appels à résister, une véritable guerre des ondes se joue face à Radio Paris (Philippe Henriot) et Radio Vichy, démagogiques,
 collaborationnistes, voire antisémites. Jusqu’au triomphe des Alliés,

                                                               

Résultat de recherche d'images pour "CLOUET DES PERRUCHES" 

                                       CLOUET  DES     PERRUCHES

                                        

                                                                                                  

Résultat de recherche d'images pour "CONTAINERS RAF"

 Toute mission de lancement de containers d'armes destinés à la résistance est alors préçédée d' un message émis par la BBC 
Les Français parlent aux Français est une émission quotidienne radiophonique en français sur les ondes de la BBC (Radio Londres). Elle est diffusée dès le  d'abord sous le titre Ici la France puis, du  au , sous son titre le plus connu.
Après la défaite française et la signature de l'armistice le général de Gaulle réfugié à Londres lance l'appel du 18 Juin pour poursuivre la bataille. Dans la foulée, une émission quotidienne, indépendante de la France libre est diffusée à partir du 14 juillet, date de la fête nationale française appelée « Ici la France » puis à partir du 6 septembre 1940 « Les Français parlent aux Français ».
Cette émission a joué un très grand rôle pour faire connaître les nouvelles du front expurgées de la propagande nazie, transmettre des messages codés à la résistance intérieure française mais aussi soutenir le moral des Français.
Les quatre premières notes de la Symphonie no 5 de Ludwig van Beethoven — trois notes brèves suivies d'une longue (po-po-po-pom) qui frappent, pour le compositeur, les quatre « coups du Destin » — servent d'indicatif musical de l'émission. Cet indicatif est stylisé afin de pouvoir être entendu comme la lettre V en morse •••— et interprété comme le signe de la Victoire (V for Victory)
Résultat de recherche d'images pour "CONTAINERS D ARMES" 




 Des lettres inédites retrouvées dans des cartons d archives  
d' Angleterre témoignent de cette relation unique tissée entre radio Londres et ses auditeurs et nous révèlent l 'état de l opinion publique de ces français restés avides de liberté ...." sous le joug allemand " 
"Chers amis anglais merci pour le réconfort qu' apportent vos émissions
 Messieurs vous avez droit a l infinie reconnaissance des français patriotes par vos émissions quotidiennes alors que tout croulait autour de nous, vous nous avez maintenus en contact avec le monde extérieur ,vous avez été pour nous le phare qui permet aux marins  d 'éviter les écueils et indique l entrée du port ,vous avez été le guide qui soutient et réconforte "
 
En France un homme a compris la force de la radio et des mots sur le champ de bataille ...Le 18 juin le colonel de Gaulle lance sn appel a la résistance depuis un studio de la BBC  à Londres..... .la guerre des ondes sengage                                                         

 On ne peut échapper aux nouvelles locales et surtout les mettre en application mais.....Nous somme tous  plantés sur la BBC
 

 S 'ouvre alors une guerre redoutable contre radio Paris ou radio Vichy et la participation de jeunes et talentueux chroniqueurs insufflant un ton nouveau sur l antenne et inventant la radio de proximité avec messages personnels

Le conditionnement des livraisons

 
Selon les besoins, les dotations d' armes et de  matériels divers sont conditionnées dans des containers  de différents formats et dans des paquets.
 Il existe plusieurs types de dotations conditionnées en containers utilisées selon les besoins




 

 

L'organisation de la réception des containers

 d armes destinés à la résistance











Résultat de recherche d'images pour "clair de lune"







La lune a été pour le SOE une déesse 

encore plus puissante que dans les 

religions antiques du Moyen Orient

Toutes l' activité du SOE s'est  réglee 

sur ses phases Les avions clandestins 

ne pouvaient  pas atterrir sans elle 
Résultat de recherche d'images pour "lune a demi pleine"
Il restait désirable pour  une 
opération de parachutage que la lune 
soit au moins à demi pleine et 
haute dans le ciel d 'où 
l organisation 
des missions secrétes en territoire 
occupé



Résultat de recherche d'images pour "REGIMES DE LUNE"


Résultat de recherche d'images pour "PEXELS NUAGES LA NUIT"

 IL fallait compter sur le temps brumeux  

pluvieux  nuageux pour découvrir les balises 

installées par les 

résistants au milieu d'une verdure 

inextricable



Résultat de recherche d'images pour "pexels forêt brumeuse la nuit"







Récit d un témoin

AUBE LAIGLE


17 aout 1943



Un Halifax du SOE composé de 7 hommes d équipage dont deux aviateurs de nationalité australiennes s'écrase en flammes aprés avoir été touché par l artillerie allemande




« jai vu l avion pris dans les projecteurs de la flak d Aube saint esprit

il volait si bas que j apercevais meme les hommes à bord puis toucher la ligne haute tension et exploser Des explosions se firent entendre pendant plusieurs heures

L'appareil transportait des munitions , des pigeons voyageurs pour le maquis


En 1944 bombes tombérent à l endroit meme du crash visant probablement la batterie allemande située à proximité
 





 
MOINS DE DEUX HEURES DE VOL ENTRE TEMSFORD ET LE DEPARTEMENT DE L ORNE


Les opérations sont en principe effectuées dans les périodes de pleine lune pour obtenir une visibilité optimale. Elles sont donc programmées pour les lunes mensuelles. L'amélioration des moyens de communication évoquée au paragraphe précédent permet de décupler le nombre de parachutages.Résultat de recherche d'images pour "clair de lune"

Par exemple le son percutant de la BBC précèdé de son entrée en matiére caractéristique.... le son répété de la 2eme symphonie de Beethoven ......qu il nous faut étouffer pour ne pas attirer les soupçons des clients attendant dans le salon de mon pére

Parmi eux des civils de notre connaissance mais aussi des militaires allemands indifférents ou soupçonneux prêts à intervenir pour nous faire confisquer notre valeureux poste de TSF

Un alsacien eut toutefois la bonne idée de nous prévenir que le son de notre fidéle TSF franchissait le mur du salon.... donc prudence !
Le son de la BBC est tellement caractéristique ;;
Il est notre espoir..... D autant plus que l espoir réside.... Churchill affirme son autorité et son courage et nous ne pouvons qu ,espérer

Certains allemands sont venus dans le salon  se reposer échappant ainsi aux corvées journaliéres ,d autres essaient d'entamer une conversation

Quelques  métres  séparaient notre salle a manger cuisine , du salon où le valeureux poste de TSF trônait sur son étagére Quelques alertes toutefois ....

  Dans le salon un soldat allemand flaire les odeurs de cuisine ,il longe le couloir et surgit alors que nous sommes tous attablés juste le temps de couper l émission de la BBC .Débraillé… sa gaucherie dénonçe une origine campagnarde , qui contraste comme une injure à la wehrmacht,à la discipline prussienne et l’impassiblité nazie
Ce soldat semble aussi étranger que possible à la guerre , un ennemi de la violence , le membre le plus inoffensif de l’armée allemande nous montrant toutes ses photos de famille Il semble plutôt avoir envie de s’attendrir sur tout ce qui est étranger à l’armée …..la nature , les arbres et les fleurs plutôt que les péripéties de la guerre 
Les photos circulent de main en main ,… on les examine avec une politesse distraite mais l’attitude de ce soldat nous surprend … nous qui avons plutôt l’habitude d’affronter l’arrogance ou l’impassibilité de nos occupants  il ne se préoccupe pas le moins du monde de notre poste dont
 l aiguille est restée plantée sur la longueur d ondes de la BBC et diffuse à haute voix les derniéres  nouvelles de Londres
Le soir nous prendrons l habitude de modifier regulierement son réglage .... par précaution .....et de revenir sur radio Paris .......Radio cité" ,les enfants de la chapelle"  etc...

De temps à autre un feldgendarme inquiet de la discipline de ses compatriotes jette un coup 
d' oeil inquisiteur dans le salon Non chacun son tour ! et nous de notre côté nous n éprouvons pas la moindre crainte affichant toutefois une certaine prudence


  Avec mon frére on traque ardemment le pissenlit dans les champs car bien sûr on éléve des lapins domiciliés chez le pére Juglet dans les vieux bâtiments face a notre héros Conté   Nous avions découvert un gisement inépuisable prés du calvaire route de Rouen

Mais notre préoccupation il faut le dire.... c est la BBC malgré la moulinette et le bruit de fond permanent crées par le brouillage
Résultat de recherche d'images pour "CHARLES TRENET"


http://all-images.net/fond-ecran-iphone-5s-hd-gratuit-163/ Check more at http://all-images.net/fond-ecran-iphone-5s-hd-gratuit-163/



Résultat de recherche d'images pour "CHARLES TRENET"D 'autant plus que en 1935, une nouvelle station privée avait  fait son apparition, sous le nom de Radio Cité. Dirigée par Marcel Bleustein Blanchet une jeune et dynamique équipe de journalistes, d'animateurs et de vedettes va inventer la radio moderne. Le financement est assuré par la publicité. C'est une époque très fertile  au cours de laquelle de jeunes talents comme Charles Trenet et Edith Piaf, entre autres, seront révélés .L'arrivée en direct des étapes du Tour de France, la retransmission des tournois de tennis, les chansonniers, les radio crochets  les feuilletons sont des innovations datant de cette époque.
La belle aventure des radios privées s'achève en 1940. Un décret du gouvernement de Vichy établit un monopole d' État. Durant quatre longues années ce sera l'heure de la radio de propagande. 
L' écoute de la radio anglaise, la B.B.C., brouillée par les autorités est formellement interdite. Elle diffuse cependant la célèbre ritournelle " Radio Paris ment, Radio Paris ment, Radio Paris est allemand ...''que Pierre Dac répète comme une litanie

Mais au delà de cette litanie on ne peut échapper a la diffusion nocturne des messages secrets destinés à la résistance les contacts par radio s 'établissent entre les membres du BCRA
organisme allié et le BOA local et composé de résistants toujours sur le qui vive 


Résultat de recherche d'images pour "resistants sur le terrain"
Résultat de recherche d'images pour "equipage lancaster halifax"




Des équipages héroiques décollant de Tempsford ( sud de Cambridge) s'engagent dans une lutte sans merci 
Résultat de recherche d'images pour "TEMPSFORD"
Leur but apporter des armes à la résistance quel que soit le temps , la distance, les conditions , l opposition

Résultat de recherche d'images pour "TEMPSFORD"

Résultat de recherche d'images pour "mission soe" Témoignage d un pilote du SOE décollant de Tempsford      destination ....la France     "  Nous volons feux éteints nous survolons de nuit les villes, les campagnes, les mers a la merci du chasseur de nuit de la luftwaffe et de laDCA à la recherche des feux balisés par les résistants et généralement  situés dans des lieux forestiers



Résultat de recherche d'images pour "containers d'armes preparation"
Résultat de recherche d'images pour "MESSAGES SECRETS BBC"







Résultat de recherche d'images pour "avions halifax" 
Le bombardier Halifax dont la soute a été adaptée pour le transport des containers  d' armes destinés à la Resistance


Exécution des opérations aériennes.
Chaque mois , et en fonction de la saison, le BCRA communiquait aux réseaux d'opérations les dates et heures limites de celles-ci. Il advenait souvent que l'appareil soit en retard car, en 1943, tout au moins , un bombardier de la RAF larguait parfois sur deux ou trois terrains différents.
Résultat de recherche d'images pour "PINTEREST NUAGES"La plupart des appareils , volant isolément , franchissaient la côte française dans la région de Cabourg. Puis ils allaient faire le point sur la courbe nord de la Loire dans la région d'Orléans. Pour les atterrissages , le balisage indiquait la piste et la direction du vent. Une quatrième lampe torche servait à émettre, en morse, la lettre de reconnaissance du terrain. L'appareil , s'étant posé , faisait demi-tour en bout de piste et revenait à son point d'arrivée: nouveau demi-tour et l'avion se trouvait en position de décollage. Les passagers et les courriers peuvent alors être débarqués et embarqués.
Pour les parachutages, trois lampes torches suffisent à indiquer la direction du vent, l'axe de largage et la lettre de reconnaissance. On distinguait les terrains "Arma" pour les simples réceptions d'armes, des terrains "homo" pour les receptions de parachutistes et, souvent de fonds. Il importait que ces derniers terrains fussent dépourvus d'obstacles et surtout de lignes électriques. Les terrains étaient souvent brûlés parce qu'un container, tombé trop loin , n'avait pu être récupéré et avait été signalé à la mairie. Les Maires ayant reçu des autorités de Vichy l'ordre de signaler directement aux Allemands toute trace de parachutage.
En raison principalement du balisage, les terrains devaient être invisibles des environs. Ils étaient donc souvent entourés de bois ou juchés sur des plateaux. 
Résultat de recherche d'images pour "village de nuit"






Un comité de réception courageux vigilant, prêt à tout, caché sous les ombrages attend,… guettant désespérément 
l’arrivée de l avion lanceur de containers sur le terrain balisé, quel que soient l’heure de la nuit, la température, le brouillard, la pluie, la neige, les rafales de vent et redoutant l'irruption d'une patrouille 

 "  Notre objectif pour aujourd hui où nous devons larguer nos containers c’est un territoire inconnu quelque part en France ( en l’occurrence un département situé à l’intérieur des terres …..l’Orne …) ou il nous faut parachuter de nuit des containers remplis d’ armes, munitions, et medicaments ; nous n’oublions pas le colis cadeau … composé de thé, café, et cigarettes …
Un simple coin de Normandie caché aux abords d’ une sombre foret mystérieuse qu il nous faut absolument trouver… quelles que soient les conditions climatiques, les radar et les danger du ciel marqués par la chasse allemande toujours aux aguets"
Résultat de recherche d'images pour "equipage lancaster halifax" 
Résultat de recherche d'images pour "PINTEREST VILLE ILLUMINEE LA NUIT"
Ces missions avaient pour nom « mission Harry « et les avions Halifax appartenant au 138 et 161eme squadron de la RAF etaient spécialement adaptés à ce type de mission
On conçoit la difficulté des pilotes et navigateurs à trouver ces points précis
de nuit et feux éteints
Résultat de recherche d'images pour "PARACHUTES CONTAINERS"Fin 1942 le SOE pouvait utiliser 2 escadrilles toujours basées à Tempsford, le 138 eme squadron composé alors d’une quinzaine de Halifax et le 161 eme squadron 5 Halifax six Lysander et un Hudson

Témoignage d un membre de l 'équipage

Nos repéres .......par nuit noire
en Vol de nuit.....et  feux éteints
  L 'équipage composé
d 'aviateurs chevronnés a la  recherche du terrain balisé devait prendre en compte  par exemple les différents types de repères au sol en énumérant leurs avantages et leurs pièges 

 
 Balises dissimulées dans la verdure d ' une forêt

Commençons  par  énumérer les points de repère permettant aux pilotes alliés et à l' équipage composé d une dizaine d hommes de s 'orienter avec précision de nuit au dessus d une campagne déserte mais pleine de dangers a la merci d' une batterie de DCA ennemie ou d 'un chasseur de nuit ennemi

  Résultat de recherche d'images pour "avion halifax"
l 'EAU
Résultat de recherche d'images pour "RIVIERES" Toujours plus facile a repérer que n importe quel autre élément ... Même si la nuit est profonde un point d 'eau  est facile à repérer dés lors qu'il  se trouve entre vous et la source de lumiére
Lorsque la lumière est diffusée par les nuages on peut voir l'eau a grande distance,
Au delà de la visibilité de tous les éléments susceptibles de les aider  l'eau reste le meilleurs repère sauf si on parle  bien sûr de  la côte et des grands fleuves qui sillonnent la région
Résultat de recherche d'images pour "BOIS FORETS"
Bois  et forêts
Résultat de recherche d'images pour "foret clair de lune"
Les grandes forêts, elles sont d'excellents repères,pour l équipage a la recherche  des feux balisés Les bois peuvent être particulièrement identifiés lorsque vous arrivez aux abords de votre zone de lancement en  comparaison par exemple d 'une  photo  aérienne représentant la région
 


Voies ferrées 

Comme l 'eau les rails brillent lorsque ils se trouvent entre vous et la luNE

  Résultat de recherche d'images pour "rails brillent"


Could I paint this? Wow is it amazing


routes  
une grande route nationale bordée de peupliers et coupant le paysage peut vous être très utile pour vérifier votre itinéraire
Résultat de recherche d'images pour "ROUTES"
Résultat de recherche d'images pour "ROUTES"


 Localités importantes  tout ce qui ressemble à une grande ville ou un centre industriel doit être évité en raison de la présence possible d' une DCA 
Résultat de recherche d'images pour "village illuminé"
Une ville est aussi bien caractérisée par les forêts qui l'entourent et 
d 'autres points caractéristiques que le pilote ou le navigateur ont pris le soin de noter
 Notons en passant la difficulté a identifier un terrain balisé en plaine et quelquefois en pleine forêt                   


Lysander avion léger spécialisé dans l'acheminement et la récupération de nuit    de personnalités politiques et d 'agents secrets

j'ai  rappelé sommairement les précautions prescrites par Hugh Verity avec lequel j'ai communiqué durant quelques années On peut considérer que les recommandations succinctes  ci dessus relatives aux points de repère concernent aussi bien les pilotes de bombardiers du SOE ( Halifax Lancaster  Liberator ) que les pilotes de Lysander ayant pour tache d ' acheminer et de récupérer des agents secrets sur le territoire national
Résultat de recherche d'images pour "TEMPSFORD"Plusieurs personnalités appartenant a la résistance     furent ainsi  conduits de nuit en Grande Bretagne ou déposés sur le territoire national sur  des  terrains dont les noms et les emplacements sont  gardés secret

                          Les pilotes de Lysander Hugh Verity 
2 eme gauche
          
Quelques noms de personnalités transportées clandestinement de nuit par Lysander.....on peut dire au nez et à la barbe  des allemands
Résultat de recherche d'images pour "lysander"
François Mitterand
Christian Pineau      
P Brossolette
D' astier de la Vigerie
jean Moulin     

 General Delestrain executé en déportation                                                                                                   LYSANDER
Claude de Baissac
Noor inayat khan  agent secret  exécutée dans les prisons allemandes
Vic Gerson
Duthilleul
Equipages évadés
Gal de lattre de Tassigny
Résultat de recherche d'images pour "lysander la nuit"
Résultat de recherche d'images pour "CLAIR DE LUNE AVION" Vincent Auriol
Gaston Deferre
Francois Mitterand

6 aviateurs britanniques
Violette Szabo
Clouet des perruches(organisateur des missions boa et bcra dans l orne )

Résultat de recherche d'images pour "village de nuit"

Résultat de recherche d'images pour "feldgendarme"La menace sur le terrain de reception des containers  d 'armes c 'etait  la feldgendarmerie
Aprés connaissance du message secret diffusé par la BBC
Résultat de recherche d'images pour "MOTARD ALLEMAND FELDGENDARMERIE" 
Une équipe de patriotes décidés   se rendait  au point  de largage prévu en empruntant des chemins forestiers ou de campagne 
 Les chiens aboient à leur passage ,laissant derrière eux une piste sonore qui indique une présence dans des lieux supposés déserts  à cette heure de la nuit  ? 
La situation la  plus probable était l'interception des membres du comité de réception par  la feldgendarmerie 
Résultat de recherche d'images pour "BARRAGE FELDGENDARMERIE"c est la raison pour laquelle certains se faisaient fabriquer  de faux permis de chasse ou médicaux qui permettaient ainsi  de circuler après le couvre feu
 Chacun d'eux avait imaginé une histoire en cas de rencontre d une patrouille allemande ce qui peut paraitre difficile à comprendre si l'on veut se faire une idée des dangers générés par la lutte clandestine Affrontement contre un ennemi intraitable et sans pitié et s 'opposant à la lutte que nous menons sans répit dans la clandestinité la plus totale 


De nombreux  dangers   difficiles à éviter alors que nous combattons sans armes...  armes que nous devons fournir  a ceux qui en manquent  dans la lutte  ouverte contre l'occupant 

.Ces hommes les résistants sans armes qui ont  consenti au sacrifice de leur vie de lutter contre un ennemi intraitable


  en cours

Objet: PARACHUTAGES  ORNE ET SARTHE à la        pleine lune


LUNE DE FEVRIER 1943 :

HESLOUP: Parachutage à proximité du bois d' Hesloup d' un important agent de la France Libre  Duthilleul , pseudo "Oscar". Il est accueilli par Marcel Mezen du réseau Minipule  par M Aubert des Eaux et Forêts et par M BADRE du secours national , tous d'Alençon. Il sera convoyé vers la gare par Jacques Aubert, chef de fabrication à la SILEC, lequel sera déporté et mourra dans les camps ( Témoignage  Abbé Jean Aubert, Alençon)

NUIT DU 21 MAI 1943:

GEMAGES, L'HERMITIERE: premier parachutage d'armes et de matériel sur le terrain de la Pierre Procureuse pour le réseau Satirist Physician
Résultat de recherche d'images pour "PIERRE PROCUREUSE"du réseau Buckmaster pour OCTAVE SIMON de la sarthe. Réception par Guy et Aymard à Courson , Marcel Plessis , Jean Reiss,
Marius Garnier , Arthur de Montalembert, Bernard Delavigne. Les armes et munitions inventoriés dans les taillis du second parc
Château de l' Hermitière (Mme de Courson , morte en déportation) seront prises en charge (après les interventions de la police allemande) par le réseau DUTHILLEUL, mission champignon de la Sarthe.

Parachutages : notre première tournée de prospection de terrains de parachutages fut un fiasco. Car sur 7 terrains présentés, un seul fut homologué par le spécialiste BOA venu de Paris et appelé Daniel ? Par la suite , de nombreux terrains furent agrées et reçurent des parachutages. Je ne parlerai que des deux premiers pour y avoir été mêlé directement.
Le premier parachutage dans l’Orne eut lieu sur le terrain du Vieux Montmerrei, le chef de terrain étant Chevreuil de Mortrée. Je l’ai rejoins à 22 heures avec son équipe composée d’une dizaine d’hommes dont le brigadier de Gendarmerie de Mortrée. Vers minuit, l’avion est apparu et nous a lâché des colis : 12 containers , 11 d’armes dont deux FM, des mitraillettes Sten , des pistolets et les munitions plus le spécial contenant tabac, cigarettes, thé.
Le même soir devait avoir lieu un autre lâché sur le terrain du Haras des Rouges Terres et Paysant était sur place. Malheureusement, l'avion peut être touché , ne vint pas . Mais le parachutage eut lieu avec succès quelques mois plus tard. 1 à encore des armes et les premiers explosifs : plastic, détonateurs amorcés, mêches …( avec le mode d’emploi)
Malheureusement, ma mémoire est totalement défaillante quant à la date exacte des parachutages et des messages reçus. J’ai eu l’occasion d’en faire une relation plus complète qui m’avait été demandée par Ouest France à l’occasion de l’inauguration du monument de la résistance le 29 septembre à Argentan » ….


NUIT DU 10 AU 11 JUIN 1943:

MORTREE, Parachutage BOA comme le précédent qui échoua. 10 containers dont 4 destinés au matériel médical.( Chevreuil, chef de terrain Mouton et groupe du sanglier de Tanville s'occupent de la réception.

NUIT DU 21 AU 22 JUIN 1943.
MACE sur terrain ORAGE, réception de 5 containers et 2 paquets contenant 8 pneus d'automobiles. Opération BOA Capitaine Denormand.
VOYER, DARCHY, GROS et 7 hommes à la réception et à la protection, plus groupe Chevreuil.

Résultat de recherche d'images pour "lysander"NUIT DU 27 AU 28 JUIN 1943:
 Près ECHAUFFOUR la haute Bouillée, terrain . Mme de la Jachère, atterrissage d'un Lysander. Opération non identifiée.

NUIT DU 21 AU 22 SEPTEMBRE 1943;
MORTREE, échec du parachutage BOA sur terrain "lapin". Présents sur le terrain CLOUET DES PERRUCHES, BOA régional BRIGITTE FRIANG sa secrétaire ANDRE GROS alias Minet de l'AIGLE, ALBERT TERRIER d'Alençon alias Mr Jules Briand , dit "Petit Maurice" FFC. René Croisé alias Janvier , de Mortagne.

Résultat de recherche d'images pour "CLOUET DES PERRUCHES"
NUIT DU 31 DECEMBRE AU 1er  JANVIER. (ou du 30 au 31 décembre).
ASSE LE BOISNE (SARTHE) parachutage réussi sur terrain OURAGAN. Les équipes ornaises accueillent 3 agents BECHE, SEMOIR, CHANCE. 15 containers ,
6 paquets et 2 500 000 F pour Galilée ( Clouet des Perruches) et le DMR.

NUIT DU 2 AU 4 FEVRIER 1944:
TANVILLE; Parachutage sur terrain ECLAIR . Reçu 6 containers et 1 paquet. A la réception groupe du Sanglier de Tanville. Tessier père et ses 2 fils , Septier, Olivier, Leborgne.                                  

Résultat de recherche d'images pour "CLOUET DES PERRUCHES"                                                                                               

NUIT DU 1er AU 2 MARS 1944.
LE MERLERAULT : Parachutage BOA sur terrain " Message " le chien  a son numéro".Tessier père et ses 2 fils

NUIT DU 9 AU 10 AVRIL 1944.
 ST LEONARD DES PARCS: Succés parachutage sur terrain Aurore. Deux agents reçus TRACTEUR et SARCLOIR. 15 containers et des paquets.

                                           CLOUET  DES     PERRUCHES

Image


 ST LEONARD DES PARCS

Maison Cercueil rue Saint Martin
 ....)

s des rouges terres et définie par les coordonnées 

d 'usage  largue 15 containers et des paquets 


  Le parachutage se déroule dans les meilleures conditions dans la nuit du 9au 10 avril 1944( soit moins de deux mois avant le débarquement )
Le Halifax a décollé de Tempsford et les résistants sont fidèles au rendez vous
On note la présence sur les lieux du parachutage   de Edouard Cercueil ;;et de son équipe ;;;;;chargés de la récupération du matériel , hommes courageux entre tous conscients de l importance capitale de leur tâche a laquelle ils sont habitués


 









Comment circuler la nuit en  silence  aprés l'heure d'interdiction imposée par le couvre feu ? 
ces terrains selectionnés portaient les noms de
ces hommes dont la volonté et l'équilibre sont  mis à l'épreuve 24 heures sur 24 
mais aussi grâce à l héroisme d hommes et de femmes qui sur le sol national ont organisé dans des conditions difficiles et périlleuses atterrissages , décollages et parachutages clandestins indispensables aux déplacement des hommes responsables et ainsi qu' au soutien logistique et financier des combattants de l ombre 
Ces operations ne pouvaient se réaliser qu 'à la faveur du clair de lune  






Mais parlons de l'équipage du bombardier mission  SOE

 Les équipages  du SOE
Rappelons que le ciel de nuit est une occasion d’affronter pour les lourds bombardiers ….. les rapides chasseurs de la Luftwaffe



Témoignage d' un pilote du SOE


"Cette bonne terre de France si attirante mais inhospitalière il nous faut la survoler avec la plus grande prudence avec un équipage perpétuellement aux aguets scrutant du sabord ou de la tourelle arriére les profondeurs de la nuit "..equipage composé de dix hommes de nationalités souvent différentes Britannique, Canadiens, australiens ,néo zélandais , polonais



Bombardier lançeur de containers
« Chaque sortie dure plus de sept heures, des heures d’un vol angoissant dans la solitude nocturne, passées a survoler la mer toujours hostile et la terre ennemie, à surveiller un vide que peut a tout moment trouer le chasseur de nuit assassin, a scruter un néant que perce le pinceau glaçé du projecteur doublé du mortel éclatement de la flak _ »



La navigation relative a la recherche d un terrain balisé  par une nuit de pleine lune ,feux éteints présentait des difficultés toutes particulières pour 'l 'équipage en mission spéciale, qui pour mener sa tache à bien ,devait être capable de repérer avec la plus grande précision dans la nuit noire  une cible minuscule mal définie après avoir volé  pendant des heures au dessus du territoire ennemi"


Nos résistants  ou comités de réception  avaient ordre de choisir des sites aisément repérables du ciel mais pour de multiples raisons cela n'était pas toujours chose possible et l' avion ayant enfin trouvé  sa zone  de largage devait parfois chercher encore ........longuement les balises au sol  destinées à le guider et qui pouvaient etre cachées par  un bois ou les versants d une vallée

Le navigateur du bombardier  devait souvent recourir à la lecture des cartes et a la navigation a l'estime ce qui exigeait du pilote qu'il vole a basse altitude au dessus de la campagne
terrain balisé par la résistance

La tache des comités de réception de la résistance était quelquefois hérissée de difficultés  et souvent encore plus compliquée après le lancement des  containers  d'armes  sur  le  terrain choisi et ayant fait l'objet  d'un message  secret a la radio
Les résistants  devaient éclairer et surveiller la zone  identifiée par un nom de code
  Exemples
Résultat de recherche d'images pour "containers soe"
Aurore ( Rouges terres ) Lapin( Mortrée ) Orage ( Macé ) Eclair ( Tanville) Grêle ( Echauffour ) Ilot ( Le sap) Levite ( Ranes ) etc...




                                                     






Le risque d 'attirer l'attention au sol grandissait a chaque minute passée par  l appareil  dans le voisinage d'une campagne tranquille Des le milieu de la guerre ,les allemands s'étaient équipés de radar permettant de détecter et donc   d intercepter les avions en vol ou en cours de recherche du terrain
Résultat de recherche d'images pour "containers d armes soe parachutages"Inutile de dire qu'un bombardier lourd occupé à larguer du materiel ,volant ailerons baissés juste au dessus de la vitesse minimale de sustentation et dont l'équipage  avait l'attention attirée  pour tout ce qui se  passait en dessous de lui ,constituait du point de vue de la chasse ennemie une cible rêvée


Par  la suite en combinant Euréka  en vol et S phone au sol il semblait possible de ne plus se laisser arrêter par des nuages ou des bancs de brume pour déterminer  plus rapidement l'emplacement de la DZ( dropping zone)

La cause plus probable d'incident était en fait  
l interception des  membres du comité de réception par la feldgendarmerie,c' est la raison pour laquelle les resistants  se faisaient volontiers fabriquer un faux permis de garde chasse ou de médecin qui permettait de circuler après le couvre feu

Le dixième des échecs nocturnes était dû d' après les pilotes dû a des erreurs de navigation 
Ils ne trouvaient pas leur zone de largage ,,situation due quelquefois a des problèmes techniques ,quelquefois marquée par l 'absence  du  comité  de réception pour des raisons indépendantes de sa  volonté
Résultat de recherche d'images pour "dornier 1940" 
Des accidents exceptionnels  pouvaient survenir ,ainsi sur le terrain .x. dans notre département c est un Dornier de la Luftwaffe qui survint à la place  de l 'avion allié attendu et qui mitrailla les hommes  rassemblés au  sol causant quelques  dégâts parmi  les troupeaux d'animaux Une vache fut tuée et comme par hasard 
c 'était d ' après le fermier la plus belle du troupeau ...

Même si l'avion et le comité de réception  arrivaient tous deux au bon endroit au bon moment le parachutage pouvait lui même poser problème , seuls les pilotes les plus expérimentés savaient  évaluer avec précision leur altitude   Si l'avion volait trop bas les colis risquaient de se détériorer  et les hommes de se blesser ,  Trop haut et un coup de vent suffisait a disperser les containers dans la nature et hors de portée


De Tempsford aérodrome secret (sud ouest de Cambridge ) deux heures de vol suffisaient a un bombardier spécialement modifié et adapté aux parachutages de nuit  pour lancer ses containeurs sur la DZ ( dropping zone ) préparée par les résistants

Fin fevrier 1943  Premier parachutage ans l' orne    BOA 

Etaient présents Bob, figaro ,( noms de code,? )Granger  Denormandie ( Macé ), Lefévre de chailloué , Cosnard de Belfonds
l 'adjudant Thual et le gendarme Collet ces deux gendarmes appartenant a la brigade de Sées





 Traduction de  son  article issu de "  we landed by moonlight"
édité dans les  années 50
"la nuit du 16 au 17 Aout 1943  Je me dirigeai vers Couture sur  loire ;;;;entre Sées et 'Alençon  j ai eu une expérience pénible a 22;25 toutefois exceptionnelle  sur  les routes de France , Juste un  mile devant moi, je vis un avion en flammes victime sans aucun doute  d'un chasseur allemand   Dans la lueur des flammes j'espérai découvrir un parachute  mais rien .....j 'avais un paquet a délivrer à Dericourt ..."
le lysander


Aprés quelques recherches sur les documents en ma possession       je lui précisais que cet avion en flammes  rencontré lors de sa  mission en cours était un Lancaster de la RAF touché lors  d'un  raid sur Turin (  ref à bomber command losses de la RAF ( wr chorley )edition 1943

NOTE adressée à HUGH VERITY concernant le Lancaster tombé au Chenay dans la nuit du 16 au 17 aout 1943

Squadron Leader John Russell Watson - Pilot
 

Sergeant Adrian Bernard Heyes - Flight Engineer of Birmingham
 

Sergeant Walter Bell Pettet - Wireless Operator/Air Gunner of Edinburgh
 

Sergeant Charles Edward Brook - Bomb Aimer of Boldon Colliery, County Durham
 

Sergeant Richard Clifford - Mid Upper Gunner
 

Sergeant Stanley Eastwood - Rear Gunner



"le chlorate fortifie les dents " Tel est le message diffusé par la BBC; Message uniquement compris et assimilé par les résistants en attente de cette intervention planifiée par Londres le soe et les groupes de résistance locaux

 Premier lieu de lancement  Saint Leonard des parcs  prés du Haras des rouges terres Nom du terrain  AURORE
On note la présence de deux gendarmes SAGIENS lors de ce lancement

Notons que la brigade sagienne paiera un lourd tribu
Quatre gendarmes seront déportés à Ellrich  .....un seul reviendra de cet enfer

Pendant l'Occupation, les missions de la gendarmerie sont commandées par le gouvernement de Vichy et par l'occupant. Des gendarmes participent ainsi à la déportation des Juifs et à l'arrestation des réfractaires au service du travail obligatoire. 
D'autres choisissent la voie de la Résistance et combattent pour la libération du pays, seuls ou en unités constituées (groupements Daucourt et Thiolet notamment).
Structure traditionnelle ou pas, le travail de la gendarmerie 
s avére aussi ingrat que délicat 
  Les brigades doivent surveiller ,protéger ,arrêter , signaler et tout cela contre leur gré , à la merci des menaces et des représailles  de l occupant


Second parachutage   a cette date    4 tonne d'armes seront  entreposées dans le clocher de l église de Goulet  Un dépôt a été constitué à Prépotin dans lPerche 
 Publié il y a par
  
 Deux agents secrets a Sées
 Le terrain choisi pour le parachutage des deux agents de la France Libre est donc " le Haras des Rouges Terres " situé a l'est de Sées( carte ci dessous).....
  Le parachutage se déroule  dans la nuit du 9 au 10 avril 1944 
Le Halifax a décollé de Tempsford ......,survole Londres souvent dans le brouillard ... les résistants sont fidéles au rendez vous malgré le couvre feu imposé par les allemands 
On note la présence sur les lieux du parachutage de Edouard Cercueil ;;;;;;; hommes courageux entre tous ,conscients de l importance  tâche périlleuse a laquelle ils sont habitués

Des la reception du message de la BBC " un nouveau jour 
s annonce " le Halifax survole la zone prescrite et définie par les coordonnées d' usage  largue 15 containers et des paquets
 Ce message diffusé sur la fréquence de la BBC....Seuls les résistants concernés par le but de la mission en comprennent la signification 
Dans le cas présent il s agit du largage de matériel radio destiné  au radio" Wallon "et à Edouard Paysant présents à   Saint Marcel    en attente de ce précieux matériel qui leur permettra de rester en contact avec l aviation alliée 


Le haras des Rouges Terres l objectif du parachutage  est situé à 10 km est nord est de Sées

Le 12 Août 1943, un  Halifax du 138 eme Squadron basé à Tempsford , en mission SOE, touché par la flak en volant à une altitude de 500 mètres, s'abattait vers 23.30 heures dans un herbage en bordure Est du bois du Frileux, commune d'Ecorcei (Orne).
L'avion ravitailleur de maquis préparait un lancer de parachutes pour le réseau clandestin Spruce 20 /21
. Deux aviateurs Foster et Cameron furent tués et inhumés au cimetière d'Ecorcei,  trois
aviateurs grièvement brûlés se rendront  aux allemands après s'être réfugiés au château des Graviers. Deux autres, Scott et Trusty, réussissent à s'échapper vers le village des Genettes puis vers Moulin la Marche.



Concernant un Halifax de la RAF du même Squadron, chargé également d'une mission de parachutages, un témoin se souvient le 17 Août 1943, avoir vu un avion pris dans les projecteurs de la Flak d'Aube Saint Esprit  "Celui-ci volait si bas que l'on apercevait les hommes à bord ". L'avion toucha la ligne à haute tension, explosa puis s'écrasa sur la commune d'Aube, prés du lieu dit "Les vallées ". Des explosions s'en suivirent pendant plusieurs heures. L'appareil transportait des munitions et des pigeons voyageurs destinés au maquis dans le cadre d'une opération du réseau.
Le pilote Norman Hayter de nationalité australienne et quatre aviateurs anglais furent tués sur le coup.  Les deux survivants, les Sgt WS Davies et JA Hutchinson décédèrent de leurs brûlures et seront inhumés au cimetière de Bernay.
En 1944 plusieurs bombes tombèrent à l'endroit du crash. Elles visaient certainement la batterie allemande située à proximité.


 
Les américains des "Carpetbaggers"  sont venus à la rescousse. Le 
Résultat de recherche d'images pour "liberator parachutes"Résultat de recherche d'images pour "liberator parachutes"Résultat de recherche d'images pour "liberator"5 Avril 1944, un Liberator du  801 BG / 406 BS touché par la DCA de Berniéres le Patry (Calvados) s'abattait au lieu dit  "Les Haieries" ou "Anfernel" (3 kilomètres au nord ouest de Tinchebray). Ce bombardier de  l'USAF en mission SOE avait décollé de Harrington à 22 heures pour ravitailler le maquis de Sainte Marguerite. Six membres d'équipage seront tués lors du crash et  inhumés à Truttemer le grand. Le lieutenant Kalbfleisch rescapé témoigne "Nous volions à 300 mètres d'altitude à la recherche des feux posés par le réseau de résistance lorsqu'un obus a touché le compartiment du navigateur. A 150 mètres, nous avons sauté et l'appareil s'est écrasé aussitôt après. Les allemands nous ont tiré dessus pendant que nous descendions. Je n'ai pas eu le temps de cacher mon parachute et je l'ai jeté dans une rivière proche"
Le sergent Porter autre rescapé est tombé à proximité des batteries de DCA allemandes "J'ai passé une haie, je l'ai suivie en courant en passant prés de plusieurs pièces de DCA à ma gauche et à ma droite… évitant ainsi de justesse ceux en fait qui nous avaient abattus"

Le 11 Avril 1944 vers 23h15, un Halifax en mission de ravitaillement des maquis de la région touché par la DCA,  passait en flammes au dessus du bourg de la petite Savetiére (Commune de Sainte Gauburge) en éclairant les maisons d'une immense lueur. Ses moteurs tournant à plein  régime, il s'écrasait à environ 200 mètres de la route de Paris. On retrouvera dans les débris une grande quantité de produits pharmaceutiques, postes radio, destinés au maquis. Les huit membres de l'équipage Anglais et Canadiens sont enterrés à Saint Hilaire sur Rille prés de Aube (Orne).

Résultat de recherche d'images pour "SHORT STIRLING"Dans la nuit du 9 au 10 Mai 1944 un short Stirling du 90 eme Squadron basé à Tudenham, Suffolk, est touché par la batterie de Berniéres le Patry et s'écrase vers  23H45 à Saint Jean des Bois (Tinchebray). Trois hommes d'équipage sont cachés dans la forêt de Gers (Témoignage de André Rougeyron) et ravitaillés par un cultivateur Henri Durand habitant les Gériers. "Nous partons pour la forêt et après plusieurs appels découvrons trois gaillards bizarrement accoutrés s'approchant craintivement". Il s'agissait de Ph. Green, Royston John et de Charles Potten. "Par la suite, j'apprends que le docteur Ledos a été arrêté, et je demande à Bourgoin d' abriter mes pensionnaires à l'Ermitage". Green témoigne "C'était mon 31 eme vol et nous avions pour mission de lâcher armes et approvisionnement sur un terrain situé dans le sud de la France. Nous devions effectuer ce trajet en respectant un horaire rigoureux, franchir 
Résultat de recherche d'images pour "BATTERIE DCA ALLEMANDE"la côte immédiatement après le crépuscule et au retour, être hors de France avant l'aurore. Nous volions prés du sol sans avoir éveillé exagérément les défenses allemandes. Nous avons été touchés par la DCA (Il s agissait de la DCA de Berniéres le Patry ). Moteur tribord en feu, moteur bâbord hors d'usage. Trop bas, nous ne pouvions sauter en parachute. Il fallait donc s'écraser avec la machine... L'un après l'autre, nous sommes sortis dans l'herbe longue et drue, une bonne terre de France ferme et sûre" témoignera l’un des rescapés.

le 16 juillet 1944  larré

Carte depuis Halifax Consulting, Hôtel de Créquy, 15 Rue de Pontoise, 78100 Saint-Germain-en-Laye pour Tempsford, Sandy, Royaume-Uni
A la demande du maire de Larré J'ai pu identifier cet avion en 1998 avec l’aide de l'ANSA. Il s'agissait d'un quadrimoteur Halifax transporteur d'armes et de munitions qui, après avoir décollé de Tarrant Rushton devait ravitailler le terrain " Goudron " de Radon situé en limite de la forêt d'Écouves. Six victimes identifiées et une 7eme inconnue trouvée bien plus tard dans un champs de betteraves sous une trappe ou porte de l'avion. Cette victime non identifiée pourrait être un membre du SOE (Special operations executiv)

Un bombardier Halifax.
Les feux marquant l'emplacement d'une zone de largage.

La cause de ce crash m'a été donnée en 1999 suite à un témoignage du maire de Forges. Une DCA était installée sur le territoire de Forges. parmi tant d'autres dont celle de Bois Roussel ( Les fontaines ); Les allemands suspectant la présence d'un terrain de parachutage dans les environs installèrent plusieurs feux figurant l'emplacement de la zone prévue de largage des containers.

Le pilote du Halifax piégé par la présence de ces feux réduisit la puissance des moteurs pour descendre à l'altitude de lancement. La flak allemande ne laissa aucune chance à l'avion lanceur et l'abattit. Les noms des membres d'équipage furent longtemps inconnus.


A la recherche des familles , j'ai pu trouver en 2003 Tom et Elsa Linning par l'intermédiaire d'un site de généalogie. Ils m'adressèrent la photo de l'un des membres de l'équipage William Edward Linning, 24 ans. Squadron Royal Canadian Air Force. 298 RAF (proche cousin de Tom linning ).flying officer operateur et mitrailleur à bord du Halifax. Ils découvraient ainsi 60 années après, la tombe de William et les circonstances du crash .William Linning originaire de l'Alberta est Inhumé aujourd'hui avec ses camarades canadiens au cimetière de Bretteville sur Laize ( Calvados ).






flying officer William Edward Linning
Royal Canadian Air Force


Autres membres d'équipage
 P/O James Foxall Crossley Pilote 24 ans, Sgt Edward Maurice Cyril Wilkinson flght eng 24 ans, WO Joseph Wilfred Romeo Fournier operateur et mitrailleur ,FO Derwood William Smith 22 ans bombardier , Sgt Enzo Biaggio Grasso bombardier 23 ans et un aviateur non identifié



 










Deux agents secrets a Sées

Ce matin d ‘avril avec mon pere de notre fenêtre donnant sur la place du parquet ,poste d’observation privilégié nous sommes intrigués par la présence de deux camions équipés de matériel inconnu . Leurs occupants casqués d’écouteurs se livrent à des manoeuvres mystérieuses prés du piedestal en granit de Conté , socle débarrassé de son grand homme pour l’éternité .Vêtus de bleu , il s’agirait de soldats de la Luftwaffe reconnaissables à leurs uniformes
On distingue difficilement l antenne gonio sur le sommet du camion
Résultat de recherche d'images pour "CAMION GONIO"Résultat de recherche d'images pour "CATHEDRALE SEES"
Nous demandons à un gendarme de nos connaissances la cause de
cette animation….il reste muet Il est vrai que ce n’est plus la même
brigade ,la précédente ayant été déportée en Aout dernier aprés la
chute de la forteresse volante à Belfonds 

Que sont devenus nos gendarmes , figures familieres et clients assidus de notre salon?
Trois soldats casques avec ecouteurs s’agitent autour des camions
alors surveilles par deux feldgendarmes reconnaissables à leur
plaque de poitrine bien astiquée L’un d’eux entre dans notre cour et
demande à mon pére un seau d’eau
Sur le toit du camion un grand cercle en métal dont je ne puis
distinguer l’utilité


J’ai pu avec le temps trouver la raison de cette animation….Ces
soldats se préparaient ou s’exerçaient à une operation de détection
d’émetteur et certainement en relation avec l’émetteur caché chez
Cercueil ( voir témoignage Moise Cercueil ) …Bien sûr nous
ignorions cette situation
Les allemands avaient donc été informés d’un parachutage dans la





Deux agents secrets a Sées
 Le terrain choisi pour le parachutage des deux agents de la France Libre est donc " le Haras des Rouges Terres " situé a l'est de Sées( carte ci dessus).....
  Le parachutage se déroule  dans la nuit du 9 au 10 avril 1944 
Le Halifax a décollé de Tempsford ......,survole Londres souvent dans le brouillard ... les résistants sont fidéles au rendez vous malgré le couvre feu imposé par les allemands 
On note la présence sur les lieux du parachutage de Edouard Cercueil ;;;;;;; hommes courageux entre tous ,conscients de l importance  tâche périlleuse a laquelle ils sont habitués

Des la reception du message de la BBC " un nouveau jour 
s annonce " le Halifax survole la zone prescrite et définie par les coordonnées d' usage  largue 15 containers et des paquets
 Ce message diffusé sur la fréquence de la BBC....Seuls les résistants concernés par le but de la mission en comprennent la signification 
Dans le cas présent il s agit du largage de matériel radio destiné  au radio" Wallon "et à Edouard Paysant présents à   Saint Marcel    en attente de ce précieux matériel qui leur permettra de rester en contact avec l aviation alliée 


Le haras des Rouges Terres l objectif du parachutage  est situé à 10 km est nord est de Sées

Résultat de recherche d'images pour "haras des rouges terres 61"
  Date 9  10 Avril 1944  Terrain "Aurore" Haras des Rouges Terres  mission Harry 28 B 
Présence du BOA local
Message secret   BBC " un nouveau jour s' annonce "
15 containers et des paquets 
deux agents sont parachutés  Tracteur et Sarcloir ( René Carel et ....)


Les containers contenant les èquipements de transmission radio  atterrissent sur la "dropping zone "prévue mais pour des raisons inconnues les deux agents de la France libre sont parachutés hors de la zone et atterrissent a proximité du moulin 
d 'Escures soit pratiquement à deux kilometres a l'ouest de Sées

Heureusement deux résistants   les récupèrent et les guident rue saint Martin au no 30  demeure de Edouard Cercueil

peinture 1940   roger cornevin 

Clouet des perruches le DMR s' insurge contre cette erreur de l 'équipage du  bombardier 


Ce parachutage présente une certaine importance dans la mesure où la totalité du chargement est destiné au radio Wallon présent a Saint Marcel aux cotés de Edouard Paysant ( ref a " l espoir des ténèbres  Parachutages sous l occupation " par Michel Pichard coordinateur national du BOA )                 

 Nous sommes début Avril et la documentation fait état de contacts permanents entre les différents membres Edouard Paysant    Marie Croisé ,et le radio Wallon en attente de ce matériel indispensable aux échanges radio avec l'aviation alliée dans le cadre de l 'opération du débarquement 

Le Halifax survole la zone prescrite du haras des rouges terres et définie par les coordonnées 
d 'usage  largue 15 containers et des paquets 
Avril 1944    La ferme de l » hopital  ( suite témoignage Bernard Cercueil )



« Un parachute ne s’est pas ouvert . Le container s’est retrouvé alors qu’il fait jour mais il est enfonçé dans le sol . Il faut faire vite pour en retirer les armes et ne pas être vus

Le parachute et le container vide restés sur le terrain seront récupérés par Mr Lelibou qui les camoufle rapidement

En attendant leur transport à la « Maison Verte «  les deux tonnes d’armes sont stockées chez Edouard Cercueil sous sept rangs de paille dans le hangar de la ferme ( 30 rue Saint Martin) C’est alors que les allemands décident de venir chercher de la paille et concasser des biscuits de soldat . Ils sont quatorze

Edouard Cercueil voyant le tas de paille baisser rentre chez lui , prend deux revolvers ,les met dans sa ceinture et dit à sa femme Madeleine «  Si tu entends péter , fais ce que tu peux «  puis retourne sous le hangar 

Ne sachant que faire elle monta au grenier pour prier 

Edouard Cercueil demande au sous officier s’ils avaient bientôt fini de prendre de la paille car lui aussi en avait besoin .Les allemands arrêrent leur chargement il ne restait que deux rangs au dessus des munitions . Ouf l’alerte avait  été chaude  ....




  Le parachutage se déroule dans les meilleures conditions dans la nuit du 9au 10 avril 1944( soit moins de deux mois avant le débarquement )
Le Halifax a décollé de Tempsford et les rèsistants sont fidèles au rendez vous
On note la présence sur les lieux du parachutage   de Edouard Cercueil ;;et de son équipe ;;;;;chargés de la récupération du matériel , hommes courageux entre tous conscients de l importance capitale de leur tâche a laquelle ils sont habitués

Dans le cadre du SOE
 

 J’ai noté ce témoignage de Bernard Cercueil qui retrace en fait les traits de la vie nocturne autour de notre petite ville ,vie clandestine ignorée de la plupart des sagiens …
" Entré en resistance malgré lui……
 

Témoignage de Bernard Cercueil fils de Edouard Cercueil habitant 30 rue Saint Martin à Sées ( extrait des echos sagiens )
" Après le parachutage les containers avaient été cachés dans un bâtiment qui servait de réserve à foin dans un herbage qui appartenait à Monsieur Gaucher ; Les containers issus
du dernier parachutage avaient été finalement cachés à son insu .
Venant voir ses bêtes il vit un faisan en train de manger du grain à la porte de son bâtiment
Perplexe et curieux il découvre le matériel entassé
Quelques jours aprés Maurice Cercueil vient lui rendre visite et le met au courant des faits en lui faisant remarquer qu’il pouvait adhérer à leur cause .
C'est ainsi que Monsieur Gaucher entra dans la résistance ....
 

La nuit du parachutage les containers furent transportés de l’herbage à un bâtiment d’attente en utilisant une vachére à pneus attelée à un cheval dont les fers avaient été posés à l’envers
Ils furent acheminés ensuite par différents transporteurs à Maisons verte où habitait Monsieur Colonna D’istria
Pâques 25 Avril 1944
« Edouard Cercueil participe à cette opération Il réceptionne prés de deux tonnes d’armes qui seront cachées dans la ferme de Mr Gaucher
 

Les deux agents parachutés ( Tracteur et Sarcloir ) trouvent asile au 30 Rue Saint Martin au deuxiéme  étage de la maison d’habitation Leur but communiquer le plus vite possible avec Londres
 
Quelques jours plus tard Maurice Cercueil venait livrer du lait à l’épicerie Jouy place du Parquet et passait réguliérement chez son frére boire le café
Ce jour la descendant la grande rue , il voit deux allemands sur chaque trottoir , écouteurs aux
oreilles .
Il arrive tres vite rue  Saint Martin et demande « Tu n’as rien içi ? «
Edouard répond « Si

Aussitôt mon pére monte au grenier  et demanda aux agents s’ils avaient des problémes . Les agents racontérent qu’ils étaient en train d’émettre vers l’Angleterre et qu’ils venaient d être captés par un avion allemand . Bien qu’ils aient coupé leur émission l’avion survola )plusieurs fois le secteur
Un cheval fut attelé dans la minute à un tombereau ,et les agents  montèrent dans le tombereau dissimulés avec le matériel recouverts de paille avant d 'être conduits dans la campagne de Champ Gérard   trés boisée à l’époque
Bien que n’ayant rien trouvé les allemands alertés ,arrêtérent une dizaine de personnes qui habitaient dans le se cteur répéré ; Aprés interrogation elles furent relâchées . L’occupant ne trouvajamais l’emplacement de l’émetteur alors que  les personnes arrêtées habitaient à 200 métres du 30 rue Saint Martin
 

Note « histoire de la resistance en France « tome ‘4 octobre 43 à mai 44 octobre Les deux « saboteurs « largués sur Aurore se nommaient René Carrel ( Sarcloir  et Tracteur)(noms de code adoptés par le BCRA( Bureau central de renseignements et d action de la France libre situé à Londres )  Dans ce chapitre on note la proportion inhabituelle d’agents parachutés à l occasion de ces diverses operations ,nombre qui s’explique de toute évidence par l’imminence du débarquement dont nous ignorions b


EN COURS DE REDACTION
je rapporte  leparachutage  Agents secrets

De Roger Cornevin            J’ai noté ce témoignage de Bernard C ercueil qui retrace en fait les traits de la vie nocturne autour de notre petite ville ,vie clandestine ignorée de la plupart des sagiens …







La nuit du parachutage les containers furent  transportés de l’herbage à un bâtiment d’attente en utilisant  une vachére à pneus attelée à un cheval dont les fers avaient été posés à l’envers

Ils furent acheminés ensuite par différents transporteurs à Maisons verte où habitait Monsieur Colonna D’istria

 


Pâques 25 Avril 1944




«  Edouard Cercueil participe à cette opération Il réceptionne prés de deux tonnes d’armes qui seront cachées dans la ferme de Mr Gaucher

Les deux agents parachutés  ( Tracteur et Sarcloir )    trouvent asile au 30 Rue Saint Martin au troisiéme étage de la maison d’habitation

Quelques jours plus tard Maurice Cercueil venait livrer du lait à l’épicerie  Jouy place du Parquet  et passait réguliérement chez son frére boire le café

Ce jour la descendant la grande rue , il voit deux allemands sur chaque trottoir , écouteurs aux oreilles .

Il arrive tres vite à Saint Martin et demande «  Tu n’as rien içi ? « 

Edouard répond «  Si « 

Aussitôt mon pére monte au premier et demanda aux agents s’ils avaient des problémes . Les agents racontérent qu’ils étaient en train d’émettre vers l’Angleterre et qu’ils avaient été captés par un avion allemand . Bien qu’ils aient coupé leur émission l’avion survola )plusieurs fois le secteur

Un cheval fut attelé dans la minute à un tombereau ,les agents cachés sous les couvertures montérent dans le tombereau avec le matériel  recouvert de paille Ils furent emmenés dans la campagne de Champ Gérard qui était trés boisée à l’époque 

Bien que n’ayant rien trouvé les allemands arrétérent une dizaine de personnes qui habitaient dans le secteur répéré ; Aprés interrogation elles furent relâchées . L’occupant ne trouva jamais l’emplacement de l’emetteur Pourtant les personnes arrêtées habitaient à 200 métres du 30 ue Saint Martin



Note « histoire de la resistance en France «    tome ‘4    octobre  43     à mai 44 octobre Les deux «  saboteurs « largués sur Aurore se nommaient  R ené Carrel ( S arcloir )  et Tracteur  noms de code adoptés par le BOA pour ce type de mission

Dans ce chapitre on note la proportion inhabituelle d’agents parachutés à l occasion de ces diverses operations cela s’explique de toute évidence par l’imminence du débarquement

14 agents ont été parachutés ce seul mois d’avril





Arrestation de Gravel Marcel  ouvrier agricole à Saint Léonard des parcs ( canton de Courtomer )   Déporté pour parachutages et transport d’armes

Libéré le 2 Mai 1945 à Neustadt  petit port sur la Baltique ( commando de Neuengamme )






« Le premier parachutage dans l'Orne eut lieu sur le terrain du Vieux Montmerrei le chef de terrain était Chevreuil de Mortrée. Je l'ai rejoins à 22 heures avec son équipe composée d'une dizaine d'hommes de Mortrée dont le brigadier de gendarmerie.  Vers minuit l'avion est apparu et  nous a lâché des colis 12 containers, 11 d'armes contenant deux FM, des mitraillettes Sten, des pistolets et des munitions plus le colis spécial contenant tabac cigarettes et thé » 

L'équipe Tessier de Tanville (le pére « le sanglier »  et ses deux fils surnommés « les marcassins ») parcourut de longues randonnées en forêt, dormant à proximité des lieux de parachutages dans des conditions extrêmement précaires, bravant les intempéries mais surtout la menace permanente des patrouilles allemandes conscientes de la présence de ces réseaux clandestins. Les équipes de réception, dés la récupération au sol des précieux containers,  dissimulaient provisoirement les objets tant attendus dans les buissons, sous une couche de feuilles mortes ou de fougères ou au creux d'un fossé.  Une véritable existence d'homme des bois...
Encore fallait il un moyen de transport approprié et une cache adaptée pour conserver en toute sécurité ce matériel facilement repérable.  
Avions ravitailleur de maquis abattus en cours de mission dans le département de l'Orne, avant et après le débarquement du 6 Juin 1944.
 En général, ces avions britanniques étaient lourdement chargés et le fait de voler à basse altitude représentait un handicap certain.
LES PARACHUTAGES DANS L'ORNE
Le 12 Août 1943, un  Halifax du 138 eme Squadron basé à Tempsford , en mission SOE, touché par la flak en volant à une altitude de 500 mètres, s'abattait vers 23.30 heures dans un herbage en bordure Est du bois du Frileux, commune d'Ecorcei (Orne).
L'avion ravitailleur de maquis préparait un lancer de parachutes pour le réseau clandestin Spruce 20 /21
Deux aviateurs Foster et Cameron furent tués et inhumés au cimetière d'Ecorcei,  trois
 aviateurs grièvement brûlés se rendront  aux allemands après s'être réfugiés au château des Graviers. Deux autres, Scott et Trusty, réussissent à s'échapper vers le village des Genettes puis vers Moulin la Marche.
Concernant un Halifax de la RAF du même Squadron, chargé également d'une mission de parachutages, un témoin se souvient le 17 Août 1943, avoir vu un avion pris dans les projecteurs de la Flak d'Aube Saint Esprit  "Celui-ci volait si bas que l'on apercevait les hommes à bord ". L'avion toucha la ligne à haute tension, explosa puis s'écrasa sur la commune d'Aube, prés du lieu dit "Les vallées ". Des explosions s'en suivirent pendant plusieurs heures. L'appareil transportait des munitions et des pigeons voyageurs destinés au maquis dans le cadre d'une opération du réseau.Le pilote Norman Hayter de nationalité australienne et quatre aviateurs anglais furent tués sur le coup.  Les deux survivants, les Sgt WS Davies et JA Hutchinson décédèrent de leurs brûlures et seront inhumés au cimetière de Bernay.En 1944 plusieurs bombes tombèrent à l'endroit du crash. Elles visaient certainement la batterie allemande située à proximité.
Les américains des "Carpetbaggers"  sont venus à la rescousse. Le 5 Avril 1944, un Liberator du  801 BG / 406 BS touché par la DCA de Berniéres le Patry (Calvados) s'abattait au lieu dit  "Les Haieries" ou "Anfernel" (3 kilomètres au nord ouest de Tinchebray). Ce bombardier de  l'USAF en mission SOE avait décollé de Harrington à 22 heures pour ravitailler le maquis de Sainte Marguerite. Six membres d'équipage seront tués lors du crash et  inhumés à Truttemer le grand. Le lieutenant Kalbfleisch rescapé témoigne "Nous volions à 300 mètres d'altitude à la recherche des feux posés par le réseau de résistance lorsqu'un obus a touché le compartiment du navigateur. A 150 mètres, nous avons sauté et l'appareil s'est écrasé aussitôt après. Les allemands nous ont tiré dessus pendant que nous descendions. Je n'ai pas eu le temps de cacher mon parachute et je l'ai jeté dans une rivière proche"Le sergent Porter autre rescapé est tombé à proximité des batteries de DCA allemandes "J'ai passé une haie, je l'ai suivie en courant en passant prés de plusieurs pièces de DCA à ma gauche et à ma droite... évitant ainsi de justesse ceux en fait qui nous avaient abattus"
Le 11 Avril 1944 vers 23h15, un Halifax en mission de ravitaillement des maquis de la région touché par la DCA,  passait en flammes au dessus du bourg de la petite Savetiére (Commune de Sainte Gauburge) en éclairant les maisons d'une immense lueur. Ses moteurs tournant à plein  régime, il s'écrasait à environ 200 mètres de la route de Paris. On retrouvera dans les débris une grande quantité de produits pharmaceutiques, postes radio, destinés au maquis. Les huit membres de l'équipage Anglais et Canadiens sont enterrés à Saint Hilaire sur Rille prés de Aube (Orne).
Dans la nuit du 9 au 10 Mai 1944 un short Stirling du 90 eme Squadron basé à Tudenham, Suffolk, est touché par la batterie de Berniéres le Patry et s'écrase vers  23H45 à Saint Jean des Bois (Tinchebray). Trois hommes d'équipage sont cachés dans la forêt de Gers (Témoignage de André Rougeyron) et ravitaillés par un cultivateur Henri Durand habitant les Gériers. "Nous partons pour la forêt et après plusieurs appels découvrons trois gaillards bizarrement accoutrés s'approchant craintivement". Il s'agissait de Ph. Green, Royston John et de Charles Potten. "Par la suite, j'apprends que le docteur Ledos a été arrêté, et je demande à Bourgoin d' abriter mes pensionnaires à l'Ermitage"Green témoigne "C'était mon 31 eme vol et nous avions pour mission de lâcher armes et approvisionnement sur un terrain situé dans le sud de la France. Nous devions effectuer ce trajet en respectant un horaire rigoureux, franchir la côte immédiatement après le crépuscule et au retour, être hors de France avant l'aurore. Nous volions prés du sol sans avoir éveillé exagérément les défenses allemandes. Nous avons été touchés par la DCA (Il s agissait de la DCA de Berniéres le Patry ). Moteur tribord en feu, moteur bâbord hors d'usage. Trop bas, nous ne pouvions sauter en parachute. Il fallait donc s'écraser avec la machine... L'un après l'autre, nous sommes sortis dans l'herbe longue et drue, une bonne terre de France ferme et sûre" témoignera l'un des rescapés.

Témoignage personnel:

Le 16 Juillet 1944, alors que nous étions réfugiés à Bursard, nous apprenons qu'un bombardier venait de s'écraser de nuit prés de Larré au lieu dit "La Chouannerie"C'était un Halifax qui, dans le cadre d'une mission SOE, devait larguer ses parachutes sur le terrain "Goudron" situé prés de Radon en bordure de la forêt d'Ecouves. Mais les allemands avaient semble t il déplacé les feux de balisage. L'avion trompé ne put éviter la Flak. Les munitions stockées à bord explosèrent une grande partie de la nuit.Nous trouverons dans la forêt un poste émetteur certainement destiné au réseau de résistance local. 


Rappelons quelques messages diffusés par la BBC parmi tant d'heures d'écoute mais généralement vers 19 heures et destinés aux résistants de notre région.  Chaque français rempli d'espoir les écoutait avec attention mais sans pouvoir deviner leur signification :

"ICI LONDRES, LES FRANCAIS PARLENT AUX FRANCAIS"...

"Chaque tiroir a sa clé"


"Noémie a un bouquet de violettes"
"Elle a cueilli de pleins paniers de fraises"
"Nous aimons le civet"

Qui ne connaît pas au moins quelques-uns de ces messages ? Derrière une phrase amusante ou bizarre se cachait souvent une grave décision: la préparation d'un atterrissage, la réception de matériels ou d'hommes parachutés, ou même l'organisation d'opérations de guérilla...
Dans notre département Edouard Paysant fut le chef de cette organisation dénommée le BOA et créée par Londres... "je suis fier de l'avoir connu" Sa silhouette d'homme tranquille, présente aux abords du terrain de sport des Ormeaux, ne pouvait me laisser soupçonner une telle responsabilité, lourde de dangers, à la merci de trahisons inattendues ou de bavardages imprudents. C'est en Aout 1943 lors de son départ précipité de notre région que j'ai mesuré l'importance et l'efficacité de son œuvre.Les terrains sélectionnés et acceptés par Londres étaient soigneusement préparés avant de demander une opération aérienne, qu'elle soit de parachutage ou d'atterrissage. Il fallait d'abord rechercher l'endroit où elle pourrait être effectuée avec le maximum de chances de réussite et la plus grande sécurité possible pour les hommes du comité de réception. Les normes exigées de ce que l'on appelait «le terrain» variaient selon le genre d'opération auquel il était destiné ( voir ci après ).
Extrait de « Clandestinités » de Andre Mazeline.« l'âme du BOA fut Edouard Paysant (pseudo Dominique Tinchebray) de Sées à qui Robert Aubin confia ce service en mars1943 »E. Paysant déploya une activité inlassable. il sacrifia tout à la cause qu'il servait. Son dévouement, son audace, son allant, firent l'admiration de ceux qui le connurent. Il forçait l'estime et l'affection par ses qualités d'homme qui égalaient ses vertus de chef.
Dans le département, il prospecta et fit homologuer une vingtaine de terrains, recruta leur chef et leurs équipes, organisa le service de liaison par radio avec Londres par courrier avec Paris, dirigea les premières réceptions d'armes et de matériel, assura le sauvetage et la protection d'aviateurs alliés abattus, le camouflage des réfractaires. Toutes les formes de résistance l'intéressaient, il ne s'accordait aucun loisir, aucun répit. Sa Simca bien connue des initiés sillonnait en tous sens le département.
C'est à la suite du sauvetage particulièrement audacieux des rescapés d'une forteresse volante de l'USAAF (Deux victimes, six évadés, deux prisonniers) abattue aux environs de Belfonds à la Pilliére le 4 juillet 1943, qu'il fut recherché par la gestapo avant de prendre différents postes de responsabilité dans le nord et la Bretagne. Il disparut, Victime des géorgiens de l'armée Vlassof.
La recherche de terrains était confiée en principe aux responsables départementaux. les emplacements possibles leur étaient signalés la plupart du temps par les unités de résistance locales. Dans la recherche de ces terrains Il était toujours  préférable de trouver une grande étendue. Les alentours devaient être assez dégagés pour faciliter la recherche des containers ou paquets parfois dispersés sur une grande distance, ce que ne favorisait pas le choix d'une forêt attenante.  Pas d'arbustes trop hauts qui pourraient cacher les lumières du balisage. Il était souvent nécessaire que le terrain soit éloigné non seulement de toute présence de miliciens, d'allemands susceptibles d'intervenir rapidement mais plus généralement de toute habitation, à moins que les habitants soient bien connus comme sympathisants et qu'il n'exista aucun risque de dénonciation ou de bavardage.
 

Recherche du terrain par l'avion lanceur de containers

Un bombardier quadrimoteur occupé à larguer des containers et qui rôde au dessus de la campagne pour rechercher le terrain désigné après un échange de messages codés  repasse souvent plusieurs fois au même endroit. Ailerons baissés, à la limite de la vitesse minimale de sustentation, l'avion descend à 150 mètres pour lâcher ses parachutes. L'équipage du bombardier, concentré dans sa tâche périlleuse et dont le regard scrute le sol avec une grande attention, remet ses moteurs à plein régime pour reprendre de l'altitude souvent au dernier moment. Ce type d'opération fait beaucoup de bruit dans le silence de la nuit et dans une campagne endormie, obstruée par les nuages, la brume ou la pluie. Cette opération  constitue en fait une cible de choix du point de vue de la chasse allemande, malgré la présence de la pleine lune. Il y eut bien sûr des échecs... erreur de navigation, incident mécanique, absence du réseau de résistance pour des raisons indépendantes de leur volonté, terrain invisible, la météo...Trop bas les colis risquaient de s'abimer au contact du sol. Trop haut, disperses par le vent et quelquefois hors de portée des résistants, les colis étaient alors ramassés par les allemands ou des mains étrangères.

Les terrains :  Aurore, Godet lapin, Eclair Goudron, Orage et d'autres encore   environnant notre ville seront le théâtre de parachutages très risqués,de containers  recueillis par des hommes défiant tous les dangers.On peut malheureusement citer plusieurs parachutages qui se sont très mal terminés dans notre région, au Merlerault par exemple, où  plusieurs membres du comité de réception furent arrêtes et déportés, victimes de dénonciations

Deux agents secrets en mission, parachutés au haras des Rouges Terres avec un lot important de containers, purent transmettre leurs messages d'un refuge provisoire chez M. Cercueil, rue saint martin à Sées. Rapidement détectés par les camions gonio allemands, camions mobiles spécialement équipés pour la détection des émetteurs clandestins,  les deux agents secrets purent s'esquiver dans la campagne environnante dissimulés sous des bottes de paille. 

"Ce fut une guerre de la nuit faite d'organisation persévérante et de travail ingrat, de résolution méthodique et de mauvaises surprises, de complicités multiples  et d'ingéniosité constante, de coups de chances et d'avatars imprévus, d'héroïsme et de trahison, de succès et de défaillances jusqu'à ce que, prés bien des sacrifices, sonne enfin l'heure de la libération"
François Bédarida (institut d'histoire du temps présent)

 Un lecteur
PascalPosté le samedi 01 octobre 2011 20:23
Les aviateurs alliés ont payés un lourd tribu dans ces missions de parachutage, et peu d'ouvrages en parlent mais il faut garder à l'esprit que c'est grâce a eux que les maquis ont été armés. Ces missions surtout de nuit étaient extrêmement dangereuses et voler à basse altitude sans visibilité demandait une bonne dose de courage. Certains équipages ont
disparu et parfois ont retrouve des restes au hasard de travaux. Ce fut le cas dans les années 80, où un bombardier britannique fut découvert dans la région de Sainte-Mère-Eglise pendant des travaux d'élargissement d'une rivière. Seul le pilote était resté à bord, tous les autres membres de l'équipage avaient sauté en parachute et furent recueillis dont un par la résistance et les autres tombés dans les environs de Carentan par les Américains.
 Le pilote Robert J. Sarvis était Missing in action (porté disparu) depuis plus de quarante ans et fut inhumé au cimetière de Colleville-sur-Mer. Un bel article qui rend hommage à tous. A bientôt

 exemple

AUBE LAIGLE

17 aout 1943



Un Halifax du SOE composé de 7 hommes 
d équipage dont deux aviateurs de nationalité australienne s 'écrase en flammes après avoir été touché par l artillerie allemande


récit d un témoin



« jai vu l avion pris dans les projecteurs de la flak d Aube saint esprit

il volait si bas que j apercevais meme les hommes à bord puis toucher la ligne haute tension et exploser Des explosions se firent entendre pendant plusieurs heures

L'appareil transportait des munitions , des pigeons voyageurs pour le maquis

En 1944 bombes tombérent à l endroit meme du crash visant probablement la batterie allemande située à proximité"
  Avions ravitailleur de maquis abattus en cours de mission dans le département de l’Orne, avant et après le débarquement du 6 Juin 1944.( extrait de mon dossier enregistré  sur ANSA 39 45)
Résultat de recherche d'images pour "FLAK ALLEMANDE DCA" En général, ces avions britanniques étaient lourdement chargés et le fait de voler à basse altitude représentait un handicap certain.
Le 12 Août 1943, un  Halifax du 138 eme Squadron basé à Temsford , en mission SOE, touché par la flak en volant à une altitude de 500 mètres, s'abattait vers 23.30 heures dans un herbage en bordure Est du bois du Frileux, commune d'Ecorcei (Orne).
L'avion ravitailleur de maquis préparait un lancer de parachutes pour le réseau clandestin Spruce 20 /21. Deux aviateurs Foster et Cameron furent tués et inhumés au cimetière d'Ecorcei,  trois
aviateurs grièvement brûlés se rendront  aux allemands après s'être réfugiés au château des Graviers. Deux autres, Scott et Trusty, réussissent à s'échapper vers le village des Genettes puis vers Moulin la Marche.

Concernant un Halifax de la RAF du même Squadron, chargé également d'une mission de parachutages, un témoin se souvient le 17 Août 1943, avoir vu un avion pris dans les projecteurs de la Flak d'Aube Saint Esprit  "Celui-ci volait si bas que l'on apercevait les hommes à bord ". L'avion toucha la ligne à haute tension, explosa puis s'écrasa sur la commune d'Aube, prés du lieu dit "Les vallées ". Des explosions s'en suivirent pendant plusieurs heures. L'appareil transportait des munitions et des pigeons voyageurs destinés au maquis dans le cadre d'une opération du réseau.
Le pilote Norman Hayter de nationalité australienne et quatre aviateurs anglais furent tués sur le coup.  Les deux survivants, les Sgt WS Davies et JA Hutchinson décédèrent de leurs brûlures et seront inhumés au cimetière de Bernay.
En 1944 plusieurs bombes tombèrent à l'endroit du crash. Elles visaient certainement la batterie allemande située à proximité.
Les américains des "Carpetbaggers"  sont venus à la rescousse. Le 5 Avril 1944, un Liberator du  801 BG / 406 BS touché par la DCA de Berniéres le Patry (Calvados) s'abattait au lieu dit  "Les Haieries" ou "Anfernel" (3 kilomètres au nord ouest de Tinchebray). Ce bombardier de  l'USAF en mission SOE avait décollé de Harrington à 22 heures pour ravitailler le maquis de Sainte Marguerite. Six membres d'équipage seront tués lors du crash et  inhumés à Truttemer le grand. Le lieutenant Kalbfleisch rescapé témoigne "Nous volions à 300 mètres d'altitude à la recherche des feux posés par le réseau de résistance lorsqu'un obus a touché le compartiment du navigateur. A 150 mètres, nous avons sauté et l'appareil s'est écrasé aussitôt après. Les allemands nous ont tiré dessus pendant que nous descendions. Je n'ai pas eu le temps de cacher mon parachute et je l'ai jeté dans une rivière proche"
Le sergent Porter autre rescapé est tombé à proximité des batteries de DCA allemandes "J'ai passé une haie, je l'ai suivie en courant en passant prés de plusieurs pièces de DCA à ma gauche et à ma droite… évitant ainsi de justesse ceux en fait qui nous avaient abattus"

Le 11 Avril 1944 vers 23h15, un Halifax en mission de ravitaillement des maquis de la région touché par la DCA,  passait en flammes au dessus du bourg de la petite Savetiére (Commune de Sainte Gauburge) en éclairant les maisons d'une immense lueur. Ses moteurs tournant à plein  régime, il s'écrasait à environ 200 mètres de la route de Paris. On retrouvera dans les débris une grande quantité de produits pharmaceutiques, postes radio, destinés au maquis. Les huit membres de l'équipage Anglais et Canadiens sont enterrés à Saint Hilaire sur Rille prés de Aube (Orne).

Dans la nuit du 9 au 10 Mai 1944 un short Stirling du 90 eme Squadron basé à Tudenham, Suffolk, est touché par la batterie de Berniéres le Patry et s'écrase vers  23H45 à Saint Jean des Bois (Tinchebray). Trois hommes d'équipage sont cachés dans la forêt de Gers (Témoignage de André Rougeyron) et ravitaillés par un cultivateur Henri Durand habitant les Gériers. "Nous partons pour la forêt et après plusieurs appels découvrons trois gaillards bizarrement accoutrés s'approchant craintivement". Il s'agissait de Ph. Green, Royston John et de Charles Potten. "Par la suite, j'apprends que le docteur Ledos a été arrêté, et je demande à Bourgoin d' abriter mes pensionnaires à l'Ermitage". Green témoigne "C'était mon 31 eme vol et nous avions pour mission de lâcher armes et approvisionnement sur un terrain situé dans le sud de la France. Nous devions effectuer ce trajet en respectant un horaire rigoureux, franchir la côte immédiatement après le crépuscule et au retour, être hors de France avant l'aurore. Nous volions prés du sol sans avoir éveillé exagérément les défenses allemandes. Nous avons été touchés par la DCA (Il s agissait de la DCA de Berniéres le Patry ). Moteur tribord en feu, moteur bâbord hors d'usage. Trop bas, nous ne pouvions sauter en parachute. Il fallait donc s'écraser avec la machine... L'un après l'autre, nous sommes sortis dans l'herbe longue et drue, une bonne terre de France ferme et sûre" témoignera l’un des rescapés.

Témoignage personnel:

Le 16 Juillet 1944, alors que nous étions réfugiés à Bursard, nous apprenons qu'un bombardier venait de s'écraser de nuit prés de Larré au lieu dit "La Chouannerie". C'était un Halifax qui, dans le cadre d'une mission SOE, devait larguer ses parachutes sur le terrain "Goudron" situé prés de Radon en bordure de la forêt d'Ecouves. Mais les allemands avaient semble t il déplacé les feux de balisage. L’avion trompé ne put éviter la Flak. Les munitions stockées à bord explosèrent une grande partie de la nuit. Nous trouverons dans la forêt un poste émetteur certainement destiné au réseau de résistance local. 


La cause de ce crash m'a été donnée en 1999 suite à un témoignage du maire de Forges. Une DCA était installée sur le territoire de Forges. parmi tant d'autres dont celle de Bois Roussel ( Les fontaines ); Les allemands suspectant la présence d'un terrain de parachutage dans les environs installèrent plusieurs feux figurant l'emplacement de la zone prévue de largage des containers.

Le pilote du Halifax piégé par la présence de ces feux réduisit la puissance des moteurs pour descendre à l'altitude de lancement. La flak allemande ne laissa aucune chance à l'avion lanceur et l'abattit. Les noms des membres d'équipage furent longtemps inconnus.


A la recherche des familles , j'ai pu trouver en 2003 Tom et Elsa Linning par l'intermédiaire d'un site de généalogie. Ils m'adressèrent la photo de l'un des membres de l'équipage William Edward Linning, 24 ans. Squadron Royal Canadian Air Force. 298 RAF (proche cousin de Tom linning ).flying officer operateur et mitrailleur à bord du Halifax. Ils découvraient ainsi 60 années après, la tombe de William et les circonstances du crash .William Linning originaire de l'Alberta est Inhumé aujourd'hui avec ses camarades canadiens au cimetière de Bretteville sur Laize ( Calvados ).

 

flying officer William Edward Linning
Royal Canadian Air Force


Autres membres d'équipage
 P/O James Foxall Crossley Pilote 24 ans, Sgt Edward Maurice Cyril Wilkinson flght eng 24 ans, WO Joseph Wilfred Romeo Fournier operateur et mitrailleur ,FO Derwood William Smith 22 ans bombardier , Sgt Enzo Biaggio Grasso bombardier 23 ans et un aviateur non identifié




Monument au point de crash de l avion
Le Halifax abattu le 16 juillet 1944 à Larré

Crossley le pilote
Le Halifax   bombardier du soe

D W Smith

 







The Royal Air Force Missing Research and Enquiry Service 1944 - 1952

The Royal Air Force Missing Research and Enquiry Service (MRES) was set up in 1944 to trace the 42,000 personnel who were listed as 'missing, believed killed'. The demand was so great that the department was expanded in 1945.
These men had no special training, and did not have the benefits that modern technology offers; only a strong desire to bring home those who had not returned. Despite the obstacles caused by the lack of tools, the MRES was able to account for over two thirds of the missing personnel by a thorough combing of the globe. Those found were identified and reinterred in Commonwealth War Graves Commission plots.
Flight Lieutenant Noel Archer of the MRES noting details of aircrew graves






















MRES bearing an exhumed coffin to a reburial ceremonyWithout the commitment shown by the dedicated teams of the MRES, many families would go on not knowing what had happened to their loved one or of the location of their Final resting place. The MRES allowed families the dignity to finally grieve. The unit was disbanded in 1952.











































































 Rapport Noel Archer SUITE à SA VISITE à BOIS ROUSSEL janvier 1945

Résultat de recherche d'images pour "mres raf"
Visite de l’épave à larré
___________
« Le mercredi 2 janvier 1945 je visitais le lieu du crash de Larré en
compagnie de Monsieur Hayton un fermier anglais résidant dans les environs et
noel archer-002.jpgwhitley_2r.jpgfamilier de la région
1 _                   L’épave était répandue sur une surface de 50 yards x 4 yards
_
2 _En fonction de l’état de l’épave je suspectai une collision entre 2 avions
mais abandonnant cette idée après une recherche approfondie je retrouvai les 4
moteurs et les roues ( incluant la roulette de queue) 
Néamoins de nombreuses
pieces se trouvent énumérées dans l’index de ce rapport)

3  _ ll y avait également les pièces brûlées de parachute et de containers en métal
,grenades à mains, des boites à munitions pour mitraillettes Sten et Bren mais
aussi des bombes incendiaires Selon ma propre expérience je n’avais jamais vu
ce type de bombe incendiaire transporté par la RAF,ce n’était pas d’un usage
courant dans l’hexagone mais par contre j observais une similarité avec les
bombes allemandes à ailettes et les parties circulaires de la queue

4_ Six corps avaient été extraits de ce crash par les allemands et inhumés au
cimetiére civil de Larré


5 _Une visite chez le maire pour vérifier que la date du crash était bien le
16 juillet 1944 à une heure du matin et que les six victimes avaient été bien
inhumées dans des cercueils en métal à 5 heures PM le 17 Juillet 1944

6_ Le 29 Aout ces six hommes furent exhumés par les américains et emmenés
au cimetiére de Sainte Corneille cimetiére militaire américain prés du Mans
A cette période le cimetiere était ouvert et d’autres corps avaient été inhumés

7 _En octobre un septieme corps est découvert dans l’épave et inhumé dans un
lieu autre que les six autres qui avaient été exhumés
Les habitants du village avaient érigé une croix portant les inscriptions
suivantes
« ici repose les cendres d’un aviateur allié
tombé sur le territoire de cette commune
le 16 juillet 1944 _»

Les funérailles de ces restes eurent lieu le les 4 ou 5 octobre 1944 deux mois aprés la libération Ces restes  seront
inhumés sur le côté gauche du chemin conduisant à l’ église de Larré Il n’y a
pas de numéro de tombe et c’est la seule tombe de ce côté -_ »

Note personnelle malgré nos recherches avec mme Shirley Stone Ce 7 eme
corps ne sera jamais identifié


NOEL ARCHER Lui même fit l 'expertise du withley canadien( ci dessus ) abattu à Sées la Potence ( voir dossier )

Monument a Larré
Photo trouvée dans l épave du lancaster abattu  à Larré
Wilkinson









Charley Hayton accompagne Noel Archer a la  mairie de Bursard



0

Ajouter un commentaire

Réfugiés à Bursard depuis  le débarquement du 6 juin 44 nous cohabitions   à la mairie avec une compagnie de la Luftwaffe ;qui avait pris l initiative d installer ses batteries à Bois Roussel et dans les champs environnants  Réfugiés dans le grenier nous dormions avec mon frére parmi tous les postes de TSF rapportés par les habitants de Bursard suite à la réquisition du commandement allemand local
Résultat de recherche d'images pour "poste a galène" Résultat de recherche d'images pour "PINTEREST FORET DE NUIT"
 les Poste de TSF seront récupérés par les habitants après la Libération Dans le cas présent nous avions été obligés de fabriquer un poste à galéne et  brancher notre antenne sur un fil extérieur
Le problème avait été de trouver une galène chez l électricien Ipcar Place du parquet à 
Sées aprés multiple péripéties en cours de route 
Péripéties dues à la surveillance des routes par l 'aviation alliée et la méesenace d 'un convoi allemand servant de cible



Deux jours avant notre libération par la 2 eme  DB  les allemands firent sauter les batteries
Résultat de recherche d'images pour "mosquito bursard"
Un mosquito de la  RNZAF

 est abattu parla DCA installée prés de notre domicile 
Un allemand de la batterie avec lequel  j avais pu avoir un contact normal  me conduisit sur les lieux du crash à quelques centaines de métres de la mairie 
Au milieu d une surface boisée brûlée gisaient les deux corps des deux occupants du mosquito 
L allemand préleva la carte d 'identité des deux occupants  
Nous sommes entrés en contact avec les familles aprés la libération 5( contact madame Morel Hayton avec famille de Frank Carr )









les allemands ont fait sauter les batteries avant l, arrivée de la 2eme db

Résultat de recherche d'images pour "avion halifax"
Ces missions avaient pour nom « mission Harry « et les avions Halifax appartenant au 138 et 161eme squadron de la RAF etaient spécialement adaptés à ce type de mission
On conçoit la difficulté des pilotes et navigateurs à trouver ces points précis de nuit et feux éteints
Le danger résultant de différents facteurs , la DCA et la chasse allemande ,

Fin 1942 le SOE pouvait utiliser 2 escadrilles toujours basées à Tempsford, le 138 eme squadron composé alors d’une quinzaine de Halifax et le 161 eme squadron 5 Halifax six Lysander et un Hudson



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SEES année 40 ...OCCUPATION

MONGOLS ARMEE ALLEMANDE....

Sées Nos quatre gendarmes